2021 Alex Moussa Sawadogo veut "ramener les professionnels du cinéma au cœur" du Fespaco

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Alex Moussa Sawadogo veut "ramener les professionnels du cinéma au cœur" du Fespaco

Les autorités burkinabè ont porté leur choix en octobre 2020 sur le Germano-Burkinabè Alex Moussa Sawadogo pour assurer la direction du Festival panafricain du cinéma et de la télévisionde Ouagadougou (Fespaco) qui se tient tous les deux ans dans la capitale burkinabè. Le nouveau délégué général du festival, dont l’édition 2021 a été reportée en raison de la pandémie de Covid-19, souhaite mettre salongue expérienceen matière de gestion et de programmation de festivals au service d’un événement culturel, d’un univers et d’un pays qu’il connaît bien.

franceinfo Afrique:pourquoi avez-vous accepté de devenir le nouveau délégué général du Fespaco?

Alex Moussa Sawadogo:je tiens d’abord à remercier les autorités burkinabèqui m’ontnommé à la tête de la délégation générale du Fespaco. A sa création, je n’étais pas encore né et me voir confier cette tâche estune lourderesponsabilité.Néanmoins,ilétait temps d’accepter cette mission confiée par mon pays, au regard de l’expérience acquisedansl’organisation d’événements cinématographiques au Burkina Faso et à l’extérieur, notamment en Allemagne, en France ou en Suisse,oùj’ai été directeur artistique ou directeur de festival. Cette nomination est également l’expression d’une forme de reconnaissance envers cette diaspora africaine qui se bat depuis plusieurs années pour défendre la culture africaine aussi bien chez ellequ’à l’étranger.Cela montre que nos gouvernements sont à l’écoute de ses aspirations et de tous ses combats. Comme je le disais, après avoir porté des événements culturels à l’étranger, c’est un appel à servir mon pays.

Quelles sont vos ambitions pour le Fespaco?

Mes prédécesseurs ont déjà abattu unimmensetravail pour pouvoir dynamiser cette institution qu’est le Fespaco. S’il a aujourd’hui cette notoriété, c’est grâce à la conjugaison de leurs efforts et de leur créativité. Mon ambition est de ramener le cinéma et les professionnels au cœur du Fespaco tout en gardantsapersonnalité singulière qui trouve son essence dans ce contactdirect qu’il a avec son public. Nous avons la chance d’avoir un cinéma qui se parle à lui-même et au monde. L’idée, c’est d’accorder davantage d’importance à la sélection et à la programmation artistique et aux activités professionnelles. C’est également d’écouter les souhaits de tous les professionnels du cinéma. Avec mes collègues, nous allons poursuivre le travail de nos prédécesseurs.

Durant ces dernières années, le Fespaco a été souvent critiqué, entre autres pour son manque d’organisation ou sa programmation. On lui reprochait notamment de ne pas assumer correctement sa mission, celle de promouvoirle cinéma africain. Est-ce votre manière de répondre à ces critiques et peut-être à une attente exprimée par les professionnelsque vousconnaissez bien?

Vu l’envergure et la dimension du Fespaco, nombreux sont les professionnels du cinéma, les journalistes et les communicants qui avaient l’impression que l’on accordait plus d’importance à d’autres aspects du festival qu’au cinéma lui-même. Le Fespaco doit prendre en compte les nouveaux développements de l’industrie. Outre l’exigence d’une bonne programmation artistique, il doit être une plateforme de rencontres entre réalisateurs et producteurs, producteurs et auteurs. Le Fespaco doit aussi donner la possibilité à toutesles autres plateformes qui existent dans le monde d’explorerla richesse cinématographique de notre continent. Le Fespaco de 1969 ne peut pas être celui de 2021: il doit être un festival de notre temps.

Quel type de mesures allez-vous prendre pour mettre les professionnels au cœur du système?

En plus de cet outil de diffusion de produits finis qu’il est, il va falloir que le Fespaco réponde aux aspirations des jeunes cinéastes et producteurs, des diffuseurs qui veulent profiter du festival pour se faire connaître, obtenir un soutien ou encore des contrats de diffusion. Ce qui leur permettra, nous l’espérons, de revenir au Fespaco un ou deux ans plus tard nous présenter leur travail.Si l’on veut avoir une programmation aboutie, inédite et des premières africaines, il faudradonner la possibilité de profiter du Fespaco sans avoir un film déjà fini etcela contribuera à nous distinguer.

Beaucoupde projetsmais la pandémie bouleverse tout. L’édition 2021, qui devait se tenir fin février,début mars, est pour l’instant reportée…

Rappelons-le: c’est un report, pas une annulation! Nous étions déjà avisés de l’impact négatif de la pandémie sur les grands événements culturels. A chaque édition, nous avons quelque 200000 personnes qui viennent à Ouaga pendant dix jours.Nous ne pouvons pas prendre le risque de mettre toute cette population en danger. Nous suivons la situation sanitaire dans le monde entier.Nous avons commencé à contacter nos festivals partenaires sur le continent pour éviter que les dates des uns et des autres ne se chevauchent – tous les calendriers des événements culturels étant chamboulés – et nous discutons avec les autorités burkinabè pour pouvoir fixer de nouvelles dates. Il est important pour nous que tous les professionnels africains puissent profiter aussi bien du Fespaco que des autres festivals qui se tiennent sur le continent et à l’étranger.

Pas de version en ligne pour le Fespaco?

Le Fespaco souhaite répondre aux besoins des cinéastes et il n’y a rien de plus beau que de célébrer la première ou la première africaine d’un film en présence du public. Un festival en ligne, c’est refuser aux réalisatrices et réalisateurs cette possibilité de vivre cette sensation, alors même que l’on sait combien il est ardu de fabriquer un film africain de fiction ou documentaire. Par ailleurs, faire un festival en ligne équivaut à accepter que d’autres publics, qui disposent de meilleurs connexions, découvrent des films africains que les Africains eux-mêmes ne seront pas en mesure de voir alors que c’est la vocation du Fespaco de le leur montrer.Enfin, lefestivala aussi une dimension économique: hôtels, restaurants, artisans et chauffeurs de taxis en dépendent. Nous n’allons pas encore prendre une décision qui ferait du tort à ce niveau-là. Tout le monde doit pouvoir bénéficier des retombées du Fespaco. Laissons la possibilité au monde entier de se retrouver à Ouaga durant une dizaine de jours pour pouvoir célébrer, encore une fois, le cinéma.

Travaillez-vous actuellement sur la future sélection?

Le comité de sélection a commencé à visionner les films en attendant les copies améliorées ou les films récents qui vont arriver. La machine est en route. Nous avons prolongé jusqu’à fin mars la date de soumission des films. Ceux qui n’ont pas encore soumis leurs œuvres ont encore un peu de temps et ceux qui le souhaitent peuvent renvoyer unenouvelle copiede leurproduction. Comme vous le savez, il est courant pour un festival de recevoir descopiesde travail.

Vous êtes très au fait de l’actualité du cinéma africain.Quels sont les échos que vous avez eus de la part des professionnelssurcette « annus horribilis »?

C’est une situation très difficile pour tous les acteurs culturels et le monde du cinéma. L’impact est énorme au niveau de la production cinématographique. De nombreuxpays étaient confinés et/ou sous couvre-feu. Beaucoup de cinéastes et producteurs ont eu du mal à obtenir des financements, à finaliser leurs dossiers parce que le calendrier des différentes commissions de films a été chamboulé. Le reportduFespaco va justement permettre àtous ces cinéastes des’ajuster notamment parce que la grande majorité de la post-production se fait en Europe dont les frontières sont actuellement fermées. De même, de nombreuses productionssontannulées et les boîtes de production vont en pâtir. Cependant, c’est aussi un moment décisif pour le cinéma africain: c’est l’occasion de pousserla réflexion sur l’existence de fonds de création et de financement africains ou de les renforcer quand ils existent. Nos Etats et les décideurs africains doivent prendre des décisions qui permettront ànoscinéastes de continuer à exister et à créer pour le plus grand bonheur des cinéphiles africains.

Source officielle de cet article : francetvinfo.fr

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password