« À des endroits, il y a une vingtaine de matelots qui dorment sur 3 ou 4 étages de couchettes »

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
"À des endroits, il y a une vingtaine de matelots qui dorment sur 3 ou 4 étages de couchettes"

 

Selon l’amiral Alain Coldefy, ancien commandant de porte-avions, c’est lors de l’escale à Brest au mois de mars que les premiers marins ont été contaminés au Covid-19.

1 081 marins ont été testés positifs au Covid-19 sur le porte-avions Charles-de-Gaulle et son escorte, sur un total de 2 300 personnes, selon un dernier bilan de l’armée. Deux enquêtes sont en cours pour déterminer l’origine de la contamination. L’une d’entre elles se concentre sur l’escale à Brest (Finistère) du Charles-de-Gaulle et de son escorte du 13 au 16 mars. Le confinement n’était pas encore décrété et la Marine a autorisé les marins à descendre à terre. « Cette contamination est vraisemblablement arrivée de l’extérieur », a estimé samedi 18 avril sur franceinfo l’amiral Alain Coldefy, ancien commandant de porte-avions.

>> Coronavirus : suivez l’évolution de la pandémie dans notre direct

« Pour moi, il est quasiment impossible que ce soit quelqu’un qui ait embarqué en janvier à Toulon sur le porte-avions et qui soudainement, trois mois plus tard, développe le Covid-19 », a-t-il expliqué ce samedi 18 avril sur franceinfo. Alain Coldefy explique l’importance du nombre de contaminations par la promiscuité : « À des endroits, il y a une vingtaine de matelots qui dorment ensemble sur trois ou quatre étages de couchettes », détaille-t-il.

franceinfo :Comment expliquer cette contamination massive ?

Alain Coldefy : Cette contamination est vraisemblablement arrivée de l’extérieur puisque le porte-avions et toute la force étaient partis mi-janvier vers Daech, vers la Méditerranée orientale, et rien ne s’est passé pendant toute cette période. Brest, c’est un endroit où il y a de nombreuses familles. Les élections municipales avaient lieu, il y avait certainement des gens qui votaient à Brest.

Ça m’est arrivé en mer, et quand c’est le commandant qui signe les trois volets de procuration, il a parfois jusqu’à 6 000 signatures à donner. Donc l’affaire a été vue comme ça avec sans doute des informations qui arrivaient mais aucun élément tangible à bord. Je pense que ce n’est pas la peine de rester trop longtemps sur ce point. Il faut simplement regarder qui a été transféré puisqu’il y a des transferts en permanence, des gens qui rentrent, des gens qui arrivent, des renforts ou des malades : il y a toujours des mouvements, soit à Chypre, soit à Brest, soit même au large quand on n’est pas très loin, qui sont nécessaires en temps de paix à la vie du bateau la plus économique possible.

Il sera possible de remonter à la source de cette contamination ?

Dès qu’on aura trouvé ce que les médecins appellent le patient zéro, on verra s’il y a une ou deux personnes, quel est leur trajet. Pour moi, il est quasiment impossible que ce soit quelqu’un qui ait embarqué en janvier à Toulon sur le porte-avions et qui soudainement, trois mois plus tard, développe le Covid-19. Donc c’est forcément quelque chose de l’extérieur. Quand on aura trouvé le patient zéro, on retracera son trajet et on aura une idée de la façon dont ça s’est propagé après.

C’est un milieu clos, très confiné, c’est ce qui explique cette contamination massive entre les différents marins ?

C’est 260 mètres de long, une quinzaine d’étages, près de 2 000 locaux, tous fermés car les bateaux sont faits pour combattre en ambiance nucléaire, on les gère sous pression. Il y a des installations qui sont tournées vers le combat et des installations de vie qui sont aux normes des années de construction. Le porte-avions a été dessiné en 1981, donc on prend les normes de 1981 et ce qui explique qu’à des endroits, il y a une vingtaine de matelots qui dorment ensemble sur trois ou quatre étages de couchettes.

Source : Franceinfo

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password