À la Une: paroles de rescapés

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Libération donne la parole ce matin à des ex-malades du coronavirus… « Il nous fallait de l’espoir, il est là, souligne le journal, dans les témoignages que nous publions dans ces pages. De l’espoir pour surmonter ces soirées scandées par la litanie des morts et des malades admis en réanimation. Pour continuer à suivre sur nos écrans, incrédules, sidérés, les ravages planétaires d’un virus qu’aucun scientifique ne se montre encore capable de maîtriser. »

Parmi les témoignages recueillis par Libération, celui de Laurent, 49 ans, artisan boucher, à Wambrechies dans Nord : « Le moment qui m’a le plus marqué, c’est quand mon cerveau s’est complètement déconnecté, raconte-t-il. Comme s’il s’était mis en protection, face à la douleur et au stress. C’était le 27 mars. Ce jour-là, j’ai eu une aggravation de mon état, un cocktail de symptômes qui a explosé. J’ai passé vingt-quatre heures à l’hôpital. A l’entrée du service Covid, quand vous voyez la porte au bout du couloir, vous vous demandez si vous allez ressortir ou pas. Mes poumons étaient atteints, mais pas à un stade où il fallait ramener de l’oxygène. Ils m’ont mis sous intraveineuse avec ce qu’il fallait pour rebooster la machine, des antidouleurs et des antibiotiques. J’ai eu la chance que le traitement fasse effet rapidement, et je suis rentré chez moi. »

« Une armée de blouses blanches avance »

Commentaire de Libération : « ces rescapés racontent tous la même violence, une violence inouïe qui a balayé leurs certitudes et laminé leurs forces. Pour eux, les jours d’après ne pourront plus jamais ressembler aux jours d’avant, il leur faut tout réapprendre. Mais au moins ils sont en vie, extirpés du trou noir. On l’oublie trop souvent mais 98 % des personnes infectées guérissent, pointe Libération, c’est énorme, et ce pourcentage devrait encore croître quand un traitement finira par être mis au point. » En attendant, « le monde semble à l’arrêt, comme figé dans sa gangue d’effroi. Mais il n’en est rien : des malades se relèvent chaque jour et, derrière les murs clos des hôpitaux et des labos, une armée de blouses blanches avance. »

Encore beaucoup de zones d’ombre…

Le Figaro, pour sa part, fait le point sur ce que l’on et ce que l’on ignore encore sur le Covid-19…

« Plus de deux millions de cas diagnostiqués dans le monde, au moins 130.000 morts. Inconnu il y a à peine plus de trois mois, le nouveau coronavirus a bouleversé notre univers… et recèle encore de nombreuses zones d’ombre. »

Les symptômes ? « Très variés », pointe Le Figaro, parfois avec une « aggravation brutale ». Pourquoi ? On ne sait pas encore. « Des facteurs génétiques sont très probablement en cause. »

« Développe-t-on une immunité ensuite ? » Ça n’est pas certain…

« Quelle est la part de patients asymptomatiques ? » La fourchette est très large selon les études ; entre 5% et 80% !

« Le virus a-t-il muté ? » Apparemment oui, répond Le Figaro. Mais ça ne signifie pas pour autant qu’il est devenu plus dangereux.

Enfin, « va-t-il disparaître avec l’été ? Là encore, aucune certitude. Certes, l’épidémie semble jusqu’à présent s’être moins propagée dans l’hémisphère Sud, mais est-ce dû aux températures ou au fait que le virus y arrive plus tardivement et que moins de tests sont réalisés ? Si l’épidémie ralentit à la faveur de l’été, ne pourrait-elle pas repartir de plus belle quand le froid reviendra ? »

Dette : la Chine doit faire un geste pour l’Afrique

À la Une également, l’appel d’Emmanuel Macron à aider l’Afrique… Avec ce commentaire du Monde qui applaudit la décision du président français : « Emmanuel Macron a eu raison, lundi, d’appeler à ‘aider’ l’Afrique en ‘annulant massivement sa dette’, ainsi que le revendiquent plusieurs chefs d’État, dont le Sénégalais Macky Sall. (…) Et si l’appel d’Emmanuel Macron est destiné à manifester l’ouverture d’esprit de Paris vis-à-vis de l’Afrique francophone, elle sonne aussi comme une invitation à la Chine, pointe Le Monde. Alors que le président Xi Jinping revendique pour son pays un statut de grande puissance et cherche à faire oublier son rôle dans la pandémie qui paralyse la planète, il est temps pour lui, estime le quotidien du soir, d’assumer ses responsabilités à l’égard de l’Afrique, où sa ‘générosité’ se traduit massivement par des prêts. (…) Seule une procédure incluant l’ensemble des créanciers peut réellement desserrer l’étau sur les pays africains. Cela suppose, conclut Le Monde, que Pékin sorte de l’opacité de ses relations financières avec le continent. »

Enfin, parmi les publications qui fleurissent sur le net en cette période de confinement, le journal en ligne Le Pangolin… Un journal multimédia avec textes, sons et images, réalisé par les étudiants de l’Institut pratique du journalisme à Paris. Au sommaire notamment : la 5G et le coronavirus, la science à l’épreuve des théories du complot, ou encore le rapatriement rocambolesque de deux françaises bloquées au Pérou. A lire donc sur lepangolin.info.

Source du post: RFI

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password