A Pôle emploi Bretagne, l’énigme Yann Gaudin

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
A Pôle emploi Bretagne, l’énigme Yann Gaudin

C’est la mi-journée et la chaleur est écrasante. Une cinquantaine d’intermittents sont rassemblés devant les grilles de la direction régionale de Pôle Emploi, à Rennes.

Une banderole est déployée: «nous défendons celles et ceux qui défendent nos droits», peut-on y lire.

Des intermittents déploient une banderole en soutien à Yann Gaudin, conseiller à Pôle emploi.

Les manifestants ont répondu à l’appel de la CIPB, la Coordination des Intermittents et Précaires de Bretagne.Ils sont venus défendre Yann Gaudin, un conseiller de Pôle Emploi, menacé de sanctions par sa hiérarchie.

«Tout est parti du moment où il a fait une information à 8000 demandeurs d’emploi sur une allocation spécifique, à laquelle les gens pouvaient prétendre…

Et c’est suite à cette information qu’il a commencé à avoir des ennuis avec sa hiérarchie».

On pense que la hiérarchie lui créait des problèmes parce qu’il renseignait trop bien les usagers.On peut considérer qu’à l’intérieur de Pôle Emploi, c’est une sorte de lanceur d’alerte, pour nous.

Rodrigue Bernard, éclairagiste et régisseur lumière

Un agent trop zélé ?

En indiquant aux intermittents comment obtenir des aides ou des formations, Yannick Gaudin se serait attiré les foudres de sa hiérarchie. Trop zélé, en somme.

Au point d’être convoqué ce mardi à 14h, pour un entretien disciplinaire.

Yann Gaudin n’est pas encore arrivé. Tout le monde se cherche un coin d’ombre pour se rafraîchir. En attendant le conseiller de Pôle Emploi, des personnes lisent au mégaphone des témoignages de solidarité.

Des intermittents lisent des témoignages de soutien à Yann Gaudin, recueillis sur internet.

Des intermittents lisent des témoignages de soutien à Yann Gaudin, recueillis sur internet.

Dans le milieu des intermittents du Grand Ouest, l’homme est apprécié: une pétition en ligne a recueilli plus de 6000 signatures pour le soutenir.

«Des personnes comme ça, nous donnent envie de nous accrocher», lance Lara, jeune intermittente du secteur audiovisuel.

«Il m’a donné confiance. Il m’a donné de la légitimité dans ce que j’avais envie de faire: la réalisation de documentaires qui est un domaine de niche, quand même.»

Des fois, quand on est pas très fan de l’administratif, on zappe les petites lignes. Et lui, c’est quelqu’un qui met en gros les petites lignes. Et pour pas mal de personnes un peu perdues dans leur orientation, il a bien aidé à ce niveau-là.

Lara, intermittente secteur audiovisuel

Emmanuelle, intermittente ingénieure du son, abonde:

«J’ai eu l’occasion de rencontrer Yann Gaudin à Pôle Emploi. Il m’avait bien conseillé. C’était une période où je me demandais si je devais changer de métier ou pas. On sentait quelqu’un qui était à l’écoute des gens, déjà. Ça fait du bien de voir des humains dans une administration comme Pôle Emploi. C’est rare.

Il connaît très bien son boulot, il connaît bien les lois. Et, du coup, il s’est rendu compte qu’il y avait aussi, du côté de Pôle Emploi, des choses qui n’étaient pas forcément très claires…»

Au fil des témoignages se dessine le portrait d’un homme dévoué au monde du spectacle et à ceux qui le font vivre, les intermittents.

Un conseiller Pôle Emploi à l’affut de la moindre aide financière ou formation qui permettrait à chacun de vivre son rêve. De se réaliser.

La victime d’un complot ?

Un homme victime d’un complot de sa hiérarchie parce que trop bon conseiller, selon les intermittents qui le soutiennent.

Tout à coup, une rumeur enfle. Le voilà qui arrive.

D’un pas décidé, il file directement vers l’entrée du bâtiment. Sans un mot pour la presse ou les personnes rassemblées qui l’applaudissent comme un héros. A peine esquisse-t-il un sourire et un geste de gratitude avant de disparaître vers son rendez-vous.

Yann Gaudin, conseiller Pôle emploi menacé de licenciement.

Yann Gaudin, conseiller Pôle emploi menacé de licenciement.

Une heure plus tard, le voilà qui ressort. Tout autre. Combatif comme jamais.

«On m’a redit les mêmes choses que l’on m’a dites par courrier. Que, depuis longtemps, je dépassais mon «périmètre», lance-t-il.

«Il n’y a pas de sanction annoncée, pour le moment.J’ai 5 jours pour saisir une commission nationale. Dans les quinze jours, cette commission doit se réunir et donner un avis qui sera consultatif. Et c’est, au final, la direction générale qui prendra une décision».

Je pense que l’intention est claire. L’intention, c’est le licenciement. Maintenant, normalement, je ne risque rien puisque je n’ai pas commis de faute. Cette procédure, ce sont des bêtises, des bêtises managériales.

Yann Gaudin

Mais que lui reproche-t-on, au juste? Sur le sujet, Yann Gaudin est un peu évasif.

«Ils fournissent des allégations de mes managers et des témoignages anonymes mais en présence de témoins comme quoi je perturberais le travail de mon agence, de mes collègues…», lâche-t-il.

De fait, aucun de ses collègues de travail n’est présent. Ils auraient peut-être peur de la hiérarchie, selon lui.

Mais pas le conseiller Pôle Emploi, à l’attaque:

«J’engagerai une procédure aux prud’hommes pour harcèlement moral. Il y aura peut-être aussi une procédure au pénal, parce que l’année dernière, j’ai subi une mise à pied de 5 jours sur la base de témoignages calomnieux.

C’est de notre vie dont on parle. Pôle Emploi, ça touche à la vie de chacun. Le travail et l’argent qu’on gagne en travaillant. Par rapport au travail et l’argent qu’on gagne, un petit peu, pendant qu’on ne travaille pas. C’est notre vie qui en dépend. Enfin… la vie des usagers, de leurs proches, de leurs enfants, de leur conjoints, etc…

Moi, j’ai le sentiment d’être un citoyen ‘normal’ et je fais un travail de conseiller Pôle Emploi, normal, tout simplement», conclut-il.

A peine a-t-il terminé que les journalistes sur place se glissent derrière les grilles. Nous sommes invités à écouter une déclaration du directeur régional de Pôle Emploi.

Dans une salle de réunion, Frédéric Sevignon lit un communiqué, visiblement fébrile. Emu?

«Yann Gaudin a été reçu en début d’après-midi pour un entretien disciplinaire», commence-t-il.

«Le contentieux entre Monsieur Gaudin et Pôle emploi date de plusieurs années et ne concerne en aucun cas ses déclarations publiques et le statut de lanceur d’alerte dont il se prévaut depuis peu.

Monsieur Gaudin a été alerté dès 2015 sur différents points et a fait l’objet d’une sanction en 2019. L’entretien de ce jour est l’aboutissement d’une nouvelle procédure engagée ces derniers mois…»

Que reproche-t-on exactement à Yann Gaudin? Le directeur ne repondra àaucune question.

«On ne peut pas répondre pour des questions de confidentialité sur le dossier», glisse une attachée de presse.

Le cas Yann Gaudin reste une énigme…

Source : France Info

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password