Que sait-on de l’accident de moto impliquant la police à Villeneuve-la-Garenne?

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
L'État belge doit lancer un gigantesque emprunt public

Dans la soirée de samedi, des images choquantes tournées à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) et montrant un conducteur de deux-roues au sol gravement blessé en train d’être secouru par des policiers ont été très partagées sur les réseaux sociaux. Dans la soirée, plusieurs personnalités ont réagi sur Twitter, notamment Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, qui a demandé que «toute la lumière [soit] faite» sur ces blessures qui «résulterai[en]t d’une course-poursuite». Cette version relayée un temps aussi par BFMTV a été rapidement démentie.

Un coup de portière

Que s’est-il passé? La scène a eu lieu samedi soir, avenue de Verdun, à côté d’une station-essence. La victime aurait heurté violemment la portière d’une voiture de police garée sur le côté, d’après les premiers témoignages partagés sur Snapchat. «Ils lui ont coupé la jambe […]. Ils ont fait exprès», commente dans une vidéo Snapchat un témoin épouvanté par la scène qu’il est en train de filmer. Pour lui, c’est certain il s’agit d’une bavure policière. A côté de lui, on entend un autre homme reprocher aux policiers d’avoir provoqué l’accident en «ouvrant la portière». Un autre témoin en train de filmer au même moment affirme la même chose.
Dans la soirée, l’accusation circule largement sur les réseaux sociaux où les vidéos sont partagées de très nombreuses fois. «Le poto était en train de rouler sur sa bécane. Il y avait une voiture de police banalisée Passat qui était garée. Il est passé à côté d’eux. Le policier qui était à l’arrière, il lui a mis un coup de portière, sachant qu’il n’avait pas de casque. Il n’avait rien du tout. Avec la vitesse, il a été éjecté, il a tapé un poteau», explique un autre internaute qui indique avoir vu la scène, toujours sur Snapchat.

Deux versions s’affrontent sur l’intention des policiers

Sur place, le journaliste Taha Bouhafs a recueilli le témoignage de Karim(1)qui corrobore cette version: «Il tournait sur la grande avenue. La police l’attendait au feu rouge. Lui, il était derrière. C’était une voiture banalisée, il ne pouvait pas savoir que c’était la police. Il roulait à fond, il allait les dépasser. Au moment où il est arrivé au niveau de la voiture, ils ont ouvert la portière d’un coup. Ça veut dire qu’eux, ils étaient conscients qu’il allait super vite, et ils ouvrent la porte. […] c’était voulu», raconte le jeune homme. Il montre aussi une vidéo montrant la portière avant de la voiture de police cabossée. D’autres images montrent aussi cette portière abîmée.
Contacté par CheckNews, le journaliste décrit la scène après l’accident. Les éléments sur place montrent selon lui que le conducteur a été pris par «surprise». «Il est arrivé sur la droite sur la piste cyclable, la voiture de police était au feu rouge. Il y avait assez peu d’espace [comme on peut le voir sur Google maps, ndlr]. On voit sur le sol des marques qui montrent que le freinage a été sec. Il n’a pas eu le temps de comprendre. D’ailleurs, ça se voit que la portière n’a pas été ouverte complètement», détaille-t-il.
Dans des vidéos tournées plus tard dans la soirée sur les lieux de l’accident, des jeunes hommes reprochent au policier qui, selon eux, a ouvert la portière, de «sentir l’alcool» et donc d’être en état d’ébriété.
Quelle est la version de la police? Dans la nuit, l’AFP recueille une première version d’une source policière qui confirme que le jeune homme a percuté la portière de la voiture: «Selon cette source, le conducteur de la moto roulait à vive allure dans cette commune des Hauts-de-Seine quand un policier à bord d’une voiture banalisée a ouvert la porte de son véhicule et l’a percuté», peut-on lire.
Contactée ce dimanche 19avril par Checknews, la préfecture de police de Paris livre sa version des faits mais affirme qu’il n’y aurait pas eu, de la part des agents, d’intentionnalité de provoquer la chute de la victime: «Samedi à 21h50, à Villeneuve-la-Garenne, des policiers qui se trouvaient à l’arrêt au feu rouge ont remarqué derrière eux un motocycliste non casqué roulant à vive allure sur une motocross non homologuée. Voulant procéder à son contrôle, l’équipage a ouvert la portière pour sortir du véhicule. Le motard a foncé sur le chef de bord qui se trouvait en dehors du véhicule. Il a percuté la portière et a fini sa course dans un poteau».
«Impossible. Si le policier était dehors, le conducteur l’aurait fauché», estime de son côté Taha Bouhafs.
Sur l’éventuel état d’ébriété d’un des agents, la préfecture dément avoir toute information allant dans ce sens. Elle indique par ailleurs qu’aucune enquête IGPN n’avait été ouverte pour l’instant (contrairement à ce qui a été affirmé sur les réseaux sociaux). C’est le Service de l’accueil et de l’investigation de proximité (SAIP) qui a été saisi de l’enquête, nous indique-t-on.

La victime hospitalisée, une plainte envisagée

En revanche, une chose est sûre: le jeune homme, grièvement blessé, souffre d’une fracture ouverte de la jambe mais n’a pas été amputé au moment de l’accident, comme ont cru le voir les témoins sur place. «Le conducteur du deux-roues a eu une fracture ouverte et a été amené en milieu hospitalier», indique la préfecture. «Je suis en contact avec la famille, son frère me dit qu’il est actuellement pris en charge à l’hôpital, qu’il va se faire opérer. Il m’assure que sa jambe n’est pas coupée comme certains ont pu le dire. La famille a déjà un avocat et compte porter plainte», a précisé Taha Bouhafs sur Twitter. Parmi les éventuels éléments du dossier, «il y a une caméra de surveillance de la station-essence qui donne pile poile sur les lieux», et qui pourrait être utiliséed’après le journaliste par la partie civile si une instruction est ouverte.
Cordialement

Emma Donada Source du post: liberation.fr

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password