L’actu économique

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
L'actu économique du vendredi 24 avril : chiffre d'affaires en recul pour le transporteur Stef, seulement 300 voyageurs par jour à l'aéroport Marseille-Provence...

L’accès au fonds de soutien mis en place sera élargi aux entreprises employant jusqu’à 20 salariés et réalisant jusqu’à 2 millions d’euros de chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration, a annoncé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Le montant de l’aide sera doublée à 10 000 euros au maximum.

Le secteur de la construction accuse une perte d’activité de 79 % depuis le début du confinement. L’industrie (-39 %) et les services marchands (-38 %) suivent. L’agriculture (-13 %) est le secteur le moins impacté, selon les chiffres de l’Insee.

L’aéroport Marseille-Provence, cinquième aéroport français, n’a comptabilisé que 300 clients par jour au mois de mars, contre 30 000 en temps normal. Ce qui représente 3 à 5 vols quotidiens contre 150 habituellement. Soit une perte financière de 13 millions d’euros par mois

– L’association de consommateurs UFC-Que choisir menace d’assigner devant la justice 57 compagnies aériennes, dont Air France, pour non-respect de la législation européenne en matière de remboursement des billets, après l’annulation en série des vols aériens liée à la crise du Covid-19. La plupart fournissent des avoirs, utilisables sous un an ou deux.

– Le confinement a mis fin à l’essor du marché de l’immobilier : le nombre de prêts a reculé de presque 14 % en mars, par rapport à un an plus tôt, selon les notaires.

Le groupe de transport et logistique Stef voit son chiffre d’affaires en recul de 9 % en mars

Stef, leader européen des services de transport et de logistique pour les produits alimentaires sous
température contrôlée, annonce un chiffre d’affaires de 793,4 millions d’euros au premier trimestre 2020. La crise du Covid-19 impacte le chiffre d’affaires qui recule de 1,1 % (-1,5 % à périmètre constant). La bonne tenue de l’activité au cours des deux premiers mois (3 %) contraste avec le ralentissement constaté au mois de mars (-9 %).
Stef, qui a réalisé 3,44 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019 avec ses 19 000 salariés, est implanté notamment à Chambéry (Savoie), Valence (Drôme), Saint-Quentin-Fallavier, Vaulx-Milieu, Fontanil-Cornillon (Isère), Lardier-et-Valença (Hautes-Alpes), Sorgues et Cavaillon (Vaucluse).  

Quelle sera l’économie du sport après la crise ?

Spécialiste de l’économie du sport, directeur de l’Institut Sport et Management de Grenoble (Isère) et ancien trésorier du FC Grenoble rugby, François Leccia estime que la pandémie de Covid-19 doit permettre de repenser le modèle sportif global qui sera ébranlé par la crise. Il constate qu’il a « suffit de cinq semaines sans matches pour que certains clubs soient déjà sur le toit et crient au secours ». Il souligne également que les cubs se reposent « très souvent sur des modèles qui dépendent de la dette […] Et il y a peu de clubs, en France, où les actionnaires gagnent de l’argent. Si on enlève les mécènes, il ne reste pas grand-chose. »

Haute-Savoie : Atelier F & B mise sur les masques de luxe

Le groupe Anthime Mouley, spécialisé dans le textile haut de gamme avec sa marque Atelier F & B, s’est réorganisé en trois jours, dans son atelier de Gaillard (Haute-Savoie) où se trouve aussi son siège, pour créer des masques en tissu (initiative citée dans « Direct éco » du 16 avril). La société, qui compte 80 % de clients à l’international, voit désormais un nouveau marché qui s’ouvre : les masques raffinés. « On est convaincu que demain le masque fera partie des accessoires usuels », commente François Vinas, le PDG de l’entreprise. Qui ajoute : « On se prépare à répondre à du sur-mesure. On peut imaginer demain qu’une fabrique horlogère haut de gamme voudra des masques avec son logo. »
L’entreprise compte 70 employés et réalise un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros.

Drôme : Le bailleur social DAH contacte plus de 1300 locataires tous les 10 jours

Le bailleur social Drôme aménagement habitat (DAH) est mobilisé pendant la crise, fait-il savoir dans un communiqué. Depuis le mois de mars, ses équipes contactent, tous les 10 jours, plus de 1300 locataires, isolés de plus de 75 ans ou bénéficiaires de l’aide adulte handicapé, pour faire le point sur leur situation : maintien du lien social, organisation des courses ou difficultés particulières.

Ardèche : le site d’Iveco Bus à Annonay va reprendre son activité la semaine prochaine

A l’arrêt depuis le 17 mars, l’usine Iveco Bus d’Annonay (Ardèche) devrait reprendre son activité à partir de la semaine du 27 avril. Le groupe Iveco Bus, basé en région parisienne, annonce dans un communiqué une « reprise progressive […] avec pour objectif d’atteindre sa pleine cadence de production à compter de la semaine du 11 mai ». L’entreprise souligne qu’elle a « la chance d’avoir un portefeuille de commandes à honorer permettant d’assurer une activité pendant plusieurs mois

Auvergne-Rhône-Alpes : l’Ademe aide les entreprises financièrement pour l’écoconception de leurs produits

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) lance une nouvelle session de l’appel à projets « Aura Pep’s » pour accompagner les entreprises dans l’écoconception de leurs produits. Lancé en 2019, ce programme vise à faire émerger une offre de biens et services à plus faible impact environnemental. Les deux premières sessions ont sélectionné 10 projets, pour moitié portés par des TPE-PME, pour un montant total d’aide de 440 000 euros, indique le communiqué. Toute entreprise souhaitant bénéficier du soutien de l’Ademe dans son projet d’écoconception peut candidater à l’appel à projets régional sur ce site.

Drôme : Valrhona va tester pour ses livraisons des bacs réutilisables remplaçant ses sacs jetables

Le chocolatier Valrhona, basé à Tain-L’Hermitage (Drôme), est soutenu par l’Ademe dans le cadre de son projet « Come bac ». Il s’agit de remplacer les sacs jetables de fèves de cacao livrés chez ses clients professionnels par des bacs réutilisables. Il doit permette une réduction de 50 % de l’empreinte carbone de l’emballage. Un test doit être effectué auprès de 100 clients lyonnais. L’objectif est d’analyser la valeur ajoutée de cette solution sur le bilan environnemental global, incluant la logistique retour et le nettoyage ainsi que la vérification d’un nombre de rotations suffisant pour garantir un bon bilan économique, explique le communiqué de l’Ademe.

Ardèche : Edafim veut réduire la consommation énergétique de ses fontaines à eau

Edafim, le fabricant de fontaines à eau installé à Saint-Julien-en-Saint-Alban (Ardèche), cherche à réduire la consommation énergétique de ses produits, de 30 à 50 %. C’est l’un des objectifs du projet « Lago » pour lequel la société reçoit, elle aussi, l’aide de l’Ademe. Autres buts poursuivis, selon le communiqué : l’utilisation de matières recyclées pour les composants plastiques de la carrosserie, et une conception permettant le reconditionnement de la machine une ou plusieurs fois au cours de sa vie.

Les infos de la matinée en France et dans le monde

– Le secteur de la distribution de carburants est particulièrement touché par la crise. Sur 1 800 stations-services implantées en zone rurale qui ont été interrogées, 77 % d’entre elles voient leurs ventes de carburants diminuer de 80 %, peut-on lire dans un communiqué du Conseil national des professions de l’automobile.  

– Le géant pharmaceutique français Sanofi affiche un chiffre d’affaires de près de 9 milliards d’euros au premier trimestre, soit une hausse de 6,9 % due pour moitié à la pandémie de Covid-19. Les ventes du Doliprane ont notamment grimpé de plus de 20 %.

Le trafic aérien est à seulement 10% de son niveau d’il y a un an en Europe, selon l’Association internationale du transport aérien (Iata).

– Le Parlement français a adopté le nouveau budget de crise et son plan d’urgence de 110 milliards d’euros. Il comprend notamment une augmentation du fonds de solidarité en faveur des très petites entreprises et des indépendants. Et la baisse à 5,5 % du taux de TVA sur les masques, le gel et les tenues de protection.

– Le groupe Schaeffler, équipementier automobile et industriel qui réalise 14,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires au niveau mondial, accuse une chute d’activité annuelle de 30 % en France, indique le président de Schaeffler France.

MS69 Propreté, entreprise lyonnaise de 600 salariés, a créé des groupes d’échanges sur l’application Whatsapp pour travailler et garder des liens entre salariés, depuis le début du confinement. La société a perdu 80 % de ses clients en quelques heures, explique son dirigeant Vincent Fischer.

– Le secteur de la volaille française se porte mal, à cause de la fermeture des restaurants et des écoles. Les stocks pourraient atteindre, fin juin, plus de 30 millions de volailles (soit 40 000 tonnes), indiquent les professionnels dans un communiqué. Parmi les plus touchées, les filières canard, pintade, caille, pigeon et poulet de Bresse. Les ventes ont diminué, atteignant jusqu’à -80 % pour certaines filières.

Drôme : chiffre d’affaires stable pour Amplitude Surgical malgré l’impact du Covid-19 en mars

Amplitude Surgical, leader français sur le marché des technologies chirurgicales destinées à l’orthopédie pour les membres inférieurs, annonce un chiffre d’affaires de 76,4 millions d’euros pour le troisième trimestre de l’exercice 2019-20. La croissance du groupe basé à Valence (Drôme) est « portée par une bonne performance de l’activité à l’international et par des gains des clients en France. Malgré l’impact estimé du Covid-19 à environ 4,2 millions d’euros, le chiffre d’affaires du groupe est stable pour les 9 premiers mois » (+0,2% à taux constants), analyse Olivier Jallabert, PDG d’Amplitude Surgical, cité dans un communiqué.
Au 30 juin 2019, Amplitude Surgical employait 436 collaborateurs. 

La Compagnie des Alpes va réduire de 30 millions son programme d’investissements

La Compagnie des Alpes compte 90 % de ses effectifs en chômage partiel, indique-t-elle dans un communiqué. Le groupe, qui exploite 11 domaines skiables dans les Alpes (Tignes, les Deux Alpes…) et des parcs de loisirs dont Walibi aux Avenières (Isère), a été impacté à la fois par la fermeture des stations le 15 mars (perte chiffrée entre 85 et 90 millions d’euros). Alors que six de ses parcs de loisirs avaient ouvert, tous sont désormais fermés et leur réouverture cet été reste incertaine. La fermeture de ses sites pourra être compensée à hauteur d’un peu plus de 40 % par un plan de réduction des coûts. Les investissements seront aussi ajustés. Quelque 30 millions devraient être retranchés du programme prévu, sur les 110 millions d’euros envisagés dans les stations de sports d’hiver.
La Compagnie des Alpes avait réalisé 854 millions d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice 2018/2019.

Savoie : Trimet a modifié les horaires de travail pour continuer à tourner 24h/24

A Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), l’usine Trimet poursuit sa production de fil d’aluminium. Le site industriel tourne 24h/24, malgré les restrictions imposées par la crise sanitaire. Avec l’absence d’une soixantaine de salariés pour raisons médicales ou garde d’enfant, l’entreprise a dû revoir ses horaires de travail à la hausse : une plage de 12h au lieu des 3×8 habituels. Parce que le manque de personnel entraînerait l’arrêt de cuves, dont le coût et les délais de redémarrage sont importants. Cette solution serait donc activée seulement en ultime recours. 
Trimet, avec 600 employés, a réalisé un chiffre d’affaires dépassant les 311 millions d’euros en 2019.

Drôme/Ardèche : Impek et Clean Aura, ces sociétés de désinfection que le Covid-19 occupe

La société Impek, implantée à Aouste-sur-Sye (Drômé) et à Guilherand-Granges (Ardèche), emploie 17 salariés pour la branche nettoyage. Depuis le 17 mars, l’activité a chuté, du fait de l’impossibilité d’exercer dans les maisons de retraite. Pour l’entreprise Clean Aura à Valence (Drôme), même constat : à cause de la fermeture des hôtels, c’est 50 % de clientèle en moins. Alors, plus que de tirer profit de la crise sanitaire, pour ces professionnels du nettoyage, combattre le Covid-19 est surtout un moyen de compenser les pertes pour survivre, semble-t-il. « Le secteur explose à Lyon. En ce moment, c’est porteur », observe le dirigeant de Clean Aura, Lorry Duquenne.

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password