Banque d’Espagne prévoit une chute «sans précédent» du PIB en 2020

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus: la Banque d'Espagne prévoit une chute «sans précédent» du PIB en 2020

La Banque d’Espagne a annoncé, ce lundi 20 avril, tabler sur un recul de 6,6% à 13,6% du produit intérieur brut (PIB) de la quatrième économie de la zone euro en 2020 en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

Dans un communiqué, la Banque d’Espagne explique que la chute du PIB sera «sans précédent dans l’histoire récente», même si son ampleur est soumise à «beaucoup d’incertitude», liée notamment à la durée du confinement, décrété le 14 mars en Espagne et qui doit être prolongé au moins jusqu’au 9 mai.

Ces prévisions sont «provisoires» et seront probablement modifiées dans les mois à venir en fonction de l’évolution de l’épidémie, anticipe la Banque.

Le tourisme, pilier de l’économie espagnol, en danger

Dans le cas d’un confinement qui se limiterait à huit semaines (soit au 9 mai), le recul du PIB pourrait atteindre 6,6 à 8,7%. Par contre, la chute pourrait atteindre 13,6% si le confinement atteignait douze semaines et que le retour à la normale n’était pas complet en fin d’année, notamment dans le secteur du tourisme.

Parmi les principaux facteurs qui pourraient menés à la récession, la «contraction prononcée de la demande interne», due à l’explosion du chômage et à la perturbation de l’activité économique, explique la banque centrale.

Alors que les exportations et le tourisme sont les piliers de l’économie espagnole, la Banque d’Espagne cite aussi «un profond affaiblissement de la demande de biens et services depuis le reste du monde», ainsi que «l’interruption des flux touristiques».

Mais le communiqué précise qu’en 2021, l’Espagne devrait récupérer «une partie significative, mais pas totale, du flux d’activité et d’emploi qui était attendu avant la pandémie». Le Fonds monétaire international prévoit de son côté que la contraction du PIB espagnol pourrait atteindre 8% cette année.

Selon le FMI, le taux de chômage pourrait bondir à 20,8% en 2020, alors que l’Espagne souffre déjà du pire taux de chômage de la zone euro après la Grèce, à 13,8%. Près de 3,9 millions d’Espagnols sont actuellement au chômage partiel, selon Madrid.


■ L’Espagne est passé sous la barre des 400 morts pour la première fois en quatre semaines

Le bilan quotidien du nouveau coronavirus en Espagne est passé, ce lundi, sous la barre des 400morts pour la première fois en quatre semaines, s’établissant à 399 morts, selon l’annonce du le ministère de la Santé.

Mais le nombre de cas détectés a dépassé le cap des 200000, à 200 210, alors que le pays a payé le plus lourd tribut à la pandémie derrière les États-Unis et l’Italie. Le bilan quotidien avait déjà été ramené à 410morts dimanche, une forte baisse jugée encourageante par les autorités sanitaires, qui espèrent avoir franchi le pic de la pandémie début avril. La baisse du nombre des morts mais aussi des hospitalisations et des admissions en soins intensifs a soulagé le système de santé, débordé pendant des semaines.

Source de cette publication : RFI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password