Biarritz : c’est au futur conseil municipal de décider pour le projet Aguiléra

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Biarritz : c'est au futur conseil municipal de décider pour le projet Aguiléra

France Bleu Pays Basque révélait ce lundi que le premier acte administratif concernant l’aménagement de la plaine des sports d’Aguiléra, voté le 12 février lors du dernier conseil municipal, avait été produit le 28 février. Il s’agit d’un concours de maîtrise d’oeuvre pour le choix de l’architecte. Deux conseillères municipales également candidates lors du 1er tour des élections municipales, aux positions opposés sur le projet, se rejoignent pour dire que c’est à la prochaine municipalité élue de décider des suites.

« On ne pose pas la première pierre »

Pour Maïder Arostéguy, conseillère d’opposition mais qui a voté pour le projet Aguiléra, ce concours « reste un acte administratif, on ne pose pas la première pierre de quoi que ce soit. » Et l’élue Les Républicains de se positionner : _« on permet à ce processus décidé avant avant les élections de se mettre en place_, après ce que l’on fera, le résultat, appartient à la prochaine majorité et pas à celle-ci. »

Nathalie Motsch, qui elle a voté contre le projet, n’est pas sur la même longueur d’onde. La candidate arrivée 3e au 1er tour des élections municipales et en position de se maintenir (14%) affirme que l’acte administratif« engage les finances de la Ville puisque les candidats (au concours, ndlr) seront dédommagés. Il y a une enveloppe qui oscillera entre 144.000 et 240.000€ (hors taxes, ndlr) donc ce n’est pas neutre. »

« Poursuivre ce projet c’est irresponsable »

Pour la conseillère, « dans le contexte actuel de crise sanitaire et de crise économique majeures, avec une économie touristique pour Biarritz qui est en péril, poursuivre ce projet et engager des sommes pareilles pour un appel d’offres d’une maîtrise d’oeuvre, c’est irresponsable ! » Et l’opposante va même plus loin en appelant « tous les élus à prendre conscience qu’on doit changer notre logiciel et que ce qui a pu être voté à un instant « t » doit être remis en cause aujourd’hui aux vues de ce que nous traversons. »

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password