Bouffons la vie contre le Covid-19 : des nuggets avec mon ado

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’ado est confiné. Plus que jamais, il est abonné aux deux grands piliers de son existence : la malbouffe et les écrans. Et faut bien avouer qu’à la quatrième semaine de mitard, on a vraiment lâché le trapèze de l’autorité parentale sur le sujet. A quoi bon s’insurger contre la dictature des Schokobons et de Rocket League quand nous-mêmes on est accro au Prince goût chocolat de LU et à tous les films de baston sur Netflix. C’était ça ou bien on se picousait au pastis en revoyant les superproductions de Max Pécas, pour mémoire On se calme et on boit frais à Saint-Tropez (1987) ou Embraye bidasse, ça fume (1978). Mais la faculté de médecine nous a déconseillés la seconde option, en arguant que le mélange anisette navets pourrait être pire que le coronavirus. L’ado a approuvé en engouffrant son vingt-quatrième paquet de Schokobons depuis le début du confinement.

Victor Hugo

Exit donc les grandes envolées sur les cinq fruits et légumes par jour. Oubliées les notes de lecture sur Victor Hugo ou George Orwell. Désormais, c’est pizza quatre fromages et PS4 à tous les étages du confinement. Va donc faire la leçon à l’ado reclus mais plutôt zen alors qu’à son âge on battait la campagne sans permis sur une vieille bécane. Avoir 15 ans à l’âge du coronavirus, c’est déjà une chienne de leçon de vie qui appelle l’indulgence. Alors l’autre soir quand il s’apprêtait à bâfrer un seau de manchons de poulet industriel, on lui a proposé de fricasser maison la volaille avec l’attrayante recette de «poulet croustillant et mousseline de carottes épicée» du chef Grégory Cuilleron, dont le livre Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? (1) est bien précieux en ces temps où il faut cuisiner deux fois par jour entre quatre murs. L’ado a dit oui, sûrement pour nous faire plaisir car, de nous deux, c’est sans doute lui le grand sage à l’ère du confinement.

Pour les nuggets de poulet (4 personnes), il vous faut : 4 filets de poulet ; 100 g de corn-flakes non sucrés ; 8 cuillères à soupe bombées de farine ; 2 œufs ; de l’huile de pépin de raisin ; du sel et du poivre du moulin. Pour la mousseline : un kilo de carottes, 1 pincée de gros sel ; 1 gousse de cardamome ; 2 cuillères à café de curcuma ; 10 cl de vinaigre blanc ; une demi-cuillère à café de sucre de canne ; 2 cuillères à café de gingembre frais haché ou en poudre ; 75 g de beurre.

Préparez la mousseline : lavez et épluchez les carottes, coupez-les en rondelles et placez-les dans une casserole d’eau froide avec le gros sel. Portez à ébullition puis baissez le feu et laissez cuire à petits frémissements jusqu’à ce que les carottes soient cuites. Dans une casserole, faites chauffer à sec les graines de cardamome et le curcuma ; déglacez avec le vinaigre et ajoutez le sucre et le gingembre. Laissez infuser hors du feu. Mixez les carottes égouttées et ajoutez le beurre et le vinaigre infusé. Mixez jusqu’à obtenir une purée fine et bien lisse. Rectifiez l’assaisonnement et maintenez au chaud dans la casserole.

Préparez les nuggets de poulet : mixez grossièrement les corn flakes et mettez-les dans une assiette creuse. Versez la farine dans une autre assiette creuse. Cassez les œufs en séparant les blancs des jaunes. Battez les jaunes et versez-les dans une troisième assiette.

Taillez les filets de poulet en aiguillettes, salez-les et poivrez-les. Roulez-les dans la farine, tapotez-les pour retirer le surplus, puis trempez-les dans le jaune d’œuf. Egouttez-les et panez-les dans les corn-flakes. Faites-les frire à la poêle dans l’huile de pépin de raisin à 160 degrés. Déposez-les sur du papier absorbant et servez-les avec la mousseline.

(1) Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? 80 menus pour les jours de la semaine de Grégory Cuilleron (ed. Hachette, 2018, 14,95 euros)

Source du post: liberation.fr

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password