Bourse: les chiffres sur le chômage déstabilise Wall Street

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street évoluait jeudi en ordre dispersé après un rapport faisant toujours état d’un nombre toujours historiquement élevé de nouveaux inscrits au chômage aux Etats-Unis mais en baisse par rapport à la semaine précédente.

Les indices

À Toronto, le S&P/TSX baissait de 62 points, ou de 0,45 %, à 14 895points.

Le S&P 500 laissait aller 13 points, ou 0,49 %, à 2769 points.

Le Dow Jones reculait de 234 points, ou de 1,00 %, à 23 270 points.

Le Nasdaq gagnait 24 points, ou 0,30 %, à 8418 points.

Le contexte

La Bourse de New York s’était nettement repliée mercredi, ébranlée par des indicateurs reflétant que l’économie américaine était plus affectée que prévu par la pandémie de coronavirus : le Dow Jones avait reculé de 1,86 % et le Nasdaq de 1,44 %.

Les États-Unis ont compté la semaine dernière 5,2 millions de nouveaux demandeurs d’allocations chômage, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail. Quelque 6,6 millions d’inscriptions avaient été enregistrées la semaine précédente.

Selon Patrick O’Hare de Briefing.com, la réaction spontanée de la Bourse à ces données avait toutefois peu d’importance.

« L’enseignement clef est que le marché du travail est complètement ravagé en ce moment. Un travail avec une rémunération correcte est ce qu’il faut pour soutenir une économie très dépendante des dépenses de consommation », juge M O’Hare.

Parmi les autres données publiées jeudi, les mises en chantier de logements privés aux États-Unis ont chuté de plus de 22 % en mars, clairement lestées par la propagation du virus et les mesures des confinements à travers le pays.

La saison des résultats d’entreprises se poursuivait par ailleurs, la banque Morgan Stanley faisant à son tour état du lourd impact de la crise sanitaire sur ses activités dans le sillage de plusieurs de ses rivales. Son titre baissait de 1,80 % à Wall Street.

La société de gestion Blackrock (+2,02 %) s’est elle montrée confiante pour le reste de l’année, assurant avoir limité les dégâts causés par la pandémie. Le groupe a été choisi par la banque centrale américaine (Fed) pour piloter des programmes d’aide aux entreprises et prodigue ses conseils financiers à d’autres banques centrales.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette des États-Unis reculait à 0,6047 % contre 0,6316 % la veille à la clôture.

Source de l’article : Les Affaires

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password