ce qu’il faut retenir de la présentation de la PS5, la nouvelle console de Sony

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
ce qu'il faut retenir de la présentation de la PS5, la nouvelle console de Sony

Le constructeur japonais a dévoilé jeudi soir le nouveau design de sa future Playstation5, attendue à la fin de l’année.

Au terme d’un peu plus d’une heure de présentation en ligne, Sony a finalement dévoilé, jeudi 11juin, à quoi allait ressembler sa prochaine console de jeux vidéo. Après des mois de spéculation et sans en dire plus sur ses caractéristiques techniques, son prix ou même sa date de sortie (prévue à la fin de cette année), le constructeur japonais s’est surtout appliqué à dévoilerune vingtaine de jeux qui seront disponibles sur la PS5. Si vous avez manqué cette présentation, franceinfo vous résume ce qu’il faut en retenir.

Une console au design futuriste

C’est une énorme surprise : la PS5 sera donc blanche. C’est peut-être un détail pour vous mais pour les joueurs sur Playstation, ça veut dire beaucoup. Après vingtans de pavés en plastique noir, Sony a donc opté pour une console parée de blanc, qu’il sera possible de disposer aussi bien verticalement qu’horizontalement.

Sur Twitter, les réactions ne se sont pas fait attendre. Comparant la PS5 à un immeuble de Dubaï, à une moule, à une box internet ou à une machine à expresso, les internautes s’en sont donné à cœur joie pour se moquer gentiment de ce look qui marque une rupture dans l’histoire de cette console. Ce design permet surtout à Sony de se différencier grandement de la nouvelle console de son concurrent de toujours, Microsoft, qui a dévoilé sa Xbox Series X il y a deux mois, comme l’annonçait Le Monde.

Deux versions proposées, dont une »digital »

La PS5 « Digital Version » présentée posée à l’horizontal. (SONY INTERACTIVE ENTERTAINMENT)

Pour la première fois, à son lancement la Playstation sera déclinée en deux modèles. Une version classique, avec un lecteur de disques ; une autre, baptisée « digital edition », sans ce lecteur, destinée aux joueurs qui achèteront et téléchargeront leurs jeux via le Playstation Store. Inutile de préciser qu’il sera nécessaire de posséder une très bonne connexion internet. Logiquement, cette console devrait être proposée à un tarif un peu moins élevé que la version standard.

Le jeu « GTA V » offert en version « expanded »

Après être sorti il y a sept ans sur PS3, puis sur PS4, le jeuemblématiquede Playstation développé par le studio Rockstar sera disponible en version « améliorée et étoffée » sur PS5. Attendue pour le second semestre 2021, cette nouvelle mouture de Grand Theft Auto V sera offerte à tous les possesseurs de la console, via le téléchargement. Une façon pour Sony de continuer à capitaliser sur ce jeu qui s’est écoulé à plus de 130millions d’exemplaires,soit le troisième jeu le plus vendu au monde derrière Minecraft et Tetris, rappelle le site spécialisé jeuxactu.com.

Une suite à « Horizon: Zero Dawn »officialisée

C’était le clou des annonces du constructeur japonais. Très attendue, la suite d’Horizon: Zero Dawn se nommera Horizon: Forbidden West. Et si cette nouvelle licence nous avait bluffés à sa sortie en 2017, sa suite se montre au moins aussi impressionnante. Pas de doute, cette exclusivité Sony développée par le studio néerlandais Guerrilla Games pourrait bien faire définitivement basculer les possesseurs de PS4 récalcitrants à investir dans une nouvelle console lors du lancement du jeu, prévu en 2022.

Le retour de quelques jeux exclusifs

Parmi les annonces marquantes, le studio californien Insomniac a dévoilé deux suites de jeux qui ont marqué la PS4. Marvel’s Spider-Man: Miles Morales, suite de Marvel’s Spider-Man sorti en 2018, et un nouvel épisode du duoRatchet & Clank intitulé Rift Apart, quatre ans après le dernier épisode, qui fera partie des premiers jeux disponibles sur la nouvelle console.

Dansles autres exclusivités dévoilées figure Sackboy: A Big Adventure, spin-off des jeux de plateforme Little Big Planet, mais aussi Demon’s Souls, version remasterisée du jeu sorti en 2010 en Europe et qui a donné depuis naissance à toute une catégorie de jeux « Souls Like », mêlant médiéval et horreur.Sony a en outre présenté quelques classiques, comme Gran Turismo7, nouvel opus de sa célèbre franchise de course automobile, ou la sortie annuelle de son non moins célèbre jeu de basket, NBA2K21.

Un nouveau « Resident Evil »

Parmi les licences cultes, on notera l’annonce d’un huitième opus de Resident Evil, baptisé Village, qui s’annonce plus flippant que jamais. Un épisode dans la droite lignée de son prédecesseur, mais« plus concentré sur les combats et l’exploration« , selon le sitePlayStation Blog. Le jeu est attendu en 2021.

Des nouvelles licencesintrigantes

Parmi les nouveautés, on guettera avec attention la sortie de Deathloop, cosigné par les studios Bethesda (Doom, Fallout) et Arkane (Dishonored, Prey). La longue vidéoqui dévoile du gameplay rappelle d’alleurs étrangement la franchise Dishonored, fleuron du studio lyonnais, mais dans une version futuriste et colorée.

On suivra également le développement de GhostWire Tokyo, présenté pour la première fois à l’E3 2019, et qui s’annonce comme un FPS (jeu de tir à la première personne) nerveux et futuriste. Le personnage principal sera chargé de résoudre de mystérieuses disparitions dans lacapitale japonaise, dont on nous promet une reconstitution bluffante. Enfin, on retiendraProject Athia(dont le titre est encore provisoire), jeu d’aventure à la première personne créé parLuminous Productions,le nouveau studio deHajime Tabata, ancien de Square Enix ayant travaillé sur des jeuxFinal Fantasy,et Returnal, jeu de science-fiction orienté action dont on sait pour le moment très peu de choses, et c’est sûrement tout ce mystère qui le rend ausi appétissant.

Quelques jeux indés qui font envie

Sans surprise, la conférence était également l’occasion pour Sony de montrer quelques jeux indépendants plus originaux. Parmi eux, Stray, sorte de « cat simulator »dans un univers peuplé de petits robots très mignons. Mais aussiLittle Devil Inside,jeu « kickstarté » en 2015 dont la direction artistique s’avère bluffante, ou encore Goodbye Volcano High,dont ledesign très cartoon de ses mignons dinosaures rappelle les personnages anthropomorphiques de la série d’animation BoJack Horseman (disponible sur Netflix).

Source : France Info

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password