À la chasse aux queues de castor à la Croix-Rousse

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
À la chasse aux queues de castor à la Croix-Rousse

À la chasse aux queues de castor à la Croix-Rousse

Délégation générale du Québec à Paris

Les queues de castor, pâtisseries montréalaises, présentes en France depuis 2018 dans un « food truck » qui fait le tour de nombreux festivals et foires, ont désormais leur restaurant dédié. Situé dans le premier arrondissement de Lyon, le restaurant français Queues de castor a ouvert ses portes le 1er juin 2019. La clientèle est accueillie dans un décor « typique » : lustres en bois de caribou, rames de pirogues sur un fond de motifs à carreaux de bucherons et drapeaux du Québec.

La queue de castor, produit phare du restaurant, est faite de pâte de blé entier, façonnée à la main pour prendre la forme d’une queue de castor puis frite avant d’être recouverte de différentes garnitures, dont les plus populaires : chocolat-banane, coco-vanille, cannelle-sucre.

La carte du restaurant propose aussi de la poutine (frites, fromage en grains et sauce brune) et le « beaver-dog », une saucisse enrobée par la pâte des queues de castor. L’adresse suggère une sélection de boissons du Québec, des bières, dont une blanche la « Cheval Blanc », le « Bec Cola Canneberge » un soda biologique ainsi que divers « smoothies ».

Les trois associés français ont obtenu le feu vert pour l’exploitation de la marque et des produits en France. Ils ont pour projet d’ouvrir d’autres succursales (Paris, Clermont-Ferrand) avant de se lancer dans le développement de franchises.
L’origine de la Queue de castor remonte à l’enfance de son fondateur, Grant Hooker. Sa mère lui cuisinait cette gourmandise en « petit-déjeuner spécial » arrosé de sirop d’érable. La recette se transmet de mère en fils et c’est la fille du fondateur, alors âgée de 6 ans qui donne son nom à la pâtisserie après avoir observé sa forme semblable à l’appendice du castor. Avec sa femme, Grant commence à vendre ses queues de castor dans la région d’Ottawa puis ouvre en 1978 un premier magasin au Marché d’Ottawa.

Six ans plus tard, la petite entreprise ouvre un second commerce au Québec, à la Ronde, un parc d’attractions montréalais. Pino Di Loia, alors étudiant à Montréal y travaille l’été. Dès la fin de ses études en administration des affaires, il fait l’achat du magasin avec deux associés. C’est la première franchise de Beaver Tails. Le trio ouvre ensuite plusieurs franchises au Québec et se voit confier la gérance de l’entreprise en 2001. La société mère est alors déménagée à Montréal et Di Loia et ses partenaires en deviennent propriétaires.

L’entreprise compte actuellement 148 succursales de Beaver Tails – Queues de castor dans le monde principalement au Québec, au Canada, mais également aux États-Unis, au Mexique, au Japon, en Corée et aux Émirats arabes unis.

Source : gouv.qc.ca

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password