Comment éviter l'effondrement du monde de demain ?

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Comment éviter l'effondrement du monde de demain ?

S’écrouler ou se réinventer, voilà l’enjeu de notre monde après une crise sanitaire sans précédent. Autorisons-nous l’optimisme, à condition d’agir rapidement en suivant les conseils des spécialistes.

Dans « C’est déjà demain« , Églantine Éméyé s’interroge sur le « monde d’après« . Y aura-t-il un monde d’avant ? Un monde d’après crise sanitaire ? Pour se préparer à la fin du (ou seulement d’un) monde, l’auteur Marc Welinski intervient dans l’émission pour présenter ses recherches afin d’entrevoir la société de demain… 

L’écrivain Marc Welinski réfléchit aux changements liés à notre société depuis bien avant la crise du Covid-19. Il a mené de nombreux entretiens avec des spécialistes, scientifiques ou encore philosophes pour réfléchir à une question : à quoi pourrait ressembler le monde de demain ?

Se projeter après le chaos

Selon le physicien et philosophe Marc Alévi, nous vivons dans un environnement de chaos. Il suffirait de mettre le nez dehors pour s’en apercevoir. Pour ce physicien de très haut niveau, ancien lauréat d’un prix Nobel, le chaos actuel ne saurait déboucher que sur deux possibilités de futur : l’écroulement de notre civilisation ou la création d’un monde nouveau

Ce chaos peut mener soit à un effondrement, soit à une émergence de quelque chose de nouveau, à un niveau supérieur de vie, d’existence, d’humanisme.

Cette vision très binaire fascine notre intervenant. Flippant, non ? Rassurons-nous, Marc Welinski penche plutôt pour la version optimiste !

La pandémie accélère les processus de solidarité

L’invité croit en l’émergence d’un monde réinventé plus qu’à sa dissolution. Mais attention, c’est uniquement « sous réserve qu’on fasse ce qu’il faut pour ! « . Coup de pression pour l’humanité. 

Étonnamment, l’auteur n’est pas très inquiété par la crise sanitaire actuelle : « Cette épidémie de coronavirus n’est pas quelque chose qui m’angoisse« . L’épidémie est arrivée après qu’il a commencé ses recherches et entretiens

Même s’il reconnaît que beaucoup de personnes en souffrent, il pense qu’elle « accélère des processus de solidarité dans le monde entier » dont « des façons de travailler et de se déplacer différentes« .

Sauvés par la coopération

Au cours d’un entretien début 2020, à l’aube de la crise sanitaire en France, une certaine Françoise Rousseau-Marie lui avait prédit : « Vous verrez que dans un an, il y aura un vaccin« . 

« L’interconnexion de tous les laboratoires fait qu’on trouvera un vaccin dans un an » et c’est ce qui s’est passé.

La coopération humaine pourrait donc nous sauver, notamment en luttant contre les nouvelles vagues épidémiques.

Voir les problèmes différemment 

Dans ce livre, les problèmes sociétaux sont vus différemment. Notre invité cite une multitude d’auteurs inspirants, dont Joël de Rosnay sur l’accès à l’eau potable ou encore Frédéric Taddéi qui trouve l’évolution de la société plus excitante qu’angoissante

Joël de Rosnay explique bien que le problème de l’eau n’est pas un problème de la ressource de l’eau. Il y a toujours la même quantité d’eau sur Terre. C’est un problème de distribution, donc quelque part, un problème de volonté politique et de prise en main par le peuple lors de cette distribution d’eau.

En conclusion, on peut retenir que la crise du Covid-19 « n’aura pas changé les choses, mais elle les aura accélérées« . 

La fin d’un monde est à réécouter sans plus tarder juste ici dans l’émission « C’est déjà demain« . Vous y retrouverez l’analyse plutôt optimiste de Marc Welinski qui publie « Comment bien vivre la fin de ce monde » aux éditions Guy Trédaniel.

La source officielle de cet article : ICI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password