Coronavirus: au Sénégal, le port du masque est désormais obligatoire

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus: au Sénégal, le port du masque est désormais obligatoire

Avec deux nouveaux décès en 24 heures, le Sénégal enregistre désormais cinq morts liés au Covid-19. Pour lutter contre la propagation du virus, les autorités ont pris une nouvelle mesure: à compter de ce lundi, le port du masque est obligatoire dans les administrations, les entreprises, les commerces et les transports.

Avec notre correspondante à Dakar,Charlotte Idrac

Des masques chirurgicaux, de pharmacie, ou des masques en tissu, en wax, colorés et même en fausse fourrure, on en voit de toutes sortes à Dakar où l’obligation de leur port est globalement saluée et plus ou moins respectée, dans les commerces ouaux arrêts de bus.

Le principal problème relevé par ceux qui n’en portent pas -et qui parfois se couvrent le nez et la bouche avec un foulard-, c’est l’accès à ces masques et notamment leur coût. En effet, dans les pharmacies, ils ne sont pas toujours disponibles, et un masque filtrant de type FFP2 peut coûter jusqu’à 2500 francs CFA pièce, soit un peu moins de 4euros.

Difficultés du secteur informel

Alors comment faire? Il y a ceux que l’on peut acheter dans la rue, entre 200 et 500FCFA, mais sans forcément de garantie sur la provenance et l’hygiène. Il y a ceux en tissu, confectionnés par des couturiers et des initiatives solidaires de volontairesqui en fabriquent et les distribuent gratuitement.

Dans le commerce «formel» -supermarchés, pharmacies, stations-service-la direction en fournit au personnel. Un salarié d’une entreprise privée confiait aussi en avoir reçu de son patron, un carton de 50unités. Mais pour les marchands du secteur informel -les vendeurs de fruits et légumes au bord de la route ou les vendeurs ambulants de café touba- la mesure est plus difficile à appliquer. La plupart ont un seul et unique masque et ne peuvent pas le changer, comme c’est recommandé, ce qui pose la question de l’efficacité.

Des amendes en cas de non-respect

Des sanctions sont prévues pour ceux qui ne respectent pas la mesure, selon l’arrêté du ministère de l’Intérieur publié dimanche soir: «Tout manquement sera puni par les peines prévues par les lois et règlements.»Le texte ne précise pas quelles sont ces sanctions, mais la presse se réfère au code des contraventions, qui prévoit des amendes de 200 à 20000 FCFA et jusqu’à un mois de prison en cas de non-respect d’une mesure administrative. Reste à savoir si des sanctions seront effectivement appliquées.

En tout cas, cette nouvelle obligation du port du masque dans certains lieux publics marque une étape supplémentaire dans la riposte, c’est d’ailleurs ce que recommandaient les autorités sanitaires, alors que le pays a enregistré deux nouveaux décès ces dernières 24 heures. Sur RFI, vendredi soir, le président Macky Sall avait évoqué de nouvelles dispositions, notamment l’élargissement du couvre-feu, actuellement en vigueur de 20h à 6h du matin, mais pas de confinement pour l’instant.

Source de cette publication : RFI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password