Coronavirus: dans le bidonville de Kibera, des jeunes sensibilisent au lavage des mains

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus: dans le bidonville de Kibera, des jeunes sensibilisent au lavage des mains

Publié le :

Au Kenya, la situation inquiète particulièrement dans les bidonvilles où la promiscuité et la pauvreté pourrait aggraver la situation du Coronavirus. C’est pourquoi des initiatives locales sont prises par les communautés pour protéger les habitants. A Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi, des groupes de jeunes proposent un lavage des mains gratuit.

Avec notre correspondant à Nairobi, Sébastien Németh

Le réservoir de 200 litres d’eau savonneuse est bien visible au bordCaribbean Youth Group abordent tous les passants pour leur proposer de se laver les mains gratuitement.

Ambeza, membre d’une trentaine d’années, espère protéger les plus vulnérables. Il explique qu’à Kibera la plupart des gens sont pauvres et ne peuvent pas se laver les mains dans la journée. Leur réservoir donne à tout le monde l’occasion de le faire n’importe quand. Pour lui, même une modeste station de lavage de 200 litres va permettre de sauver des vies.

Plusieurs jeunes ont été formés pour appliquer les bons gestes et les montrer aux habitants. Une pédagogie nécessaire dans un quartier où l’éducation fait défaut. « Beaucoup se lavent mal les mains », explique Saïd Brahim, membre du Caribbean Youth Group. « Soit ça ne dure pas assez longtemps, soit ils oublient certaines zones. » 

Les jeunes doivent donc parfois les retenir et leur montrer. D’ailleurs de plus en plus de monde s’arrête devant le réservoir, car la peur du Covid-19 est plus forte au fur et à mesure que le nombre de morts augmente.

L’initiative a un intérêt de santé publique mais aussi financier. Depuis le début de l’épidémie, les prix du savon et des masques flambent, les rendant inaccessibles aux plus pauvres. C’est ce qu’explique John, chauffeur de taxi-moto. Il n’a quasiment plus de clients à cause des restrictions et donc il a encore moins d’argent pour acheter des masques et du savon, dont les prix ont augmenté. Il est en colère contre les commerçants qui profitent de la situation. Il demande au gouvernement des distributions gratuites.

Plusieurs sociétés kényanes ont commencé à fabriquer du savon et des masques. Beaucoup attendent désormais que ces produits inondent le marché pour faire baisser les prix.

A lire aussi : Coronavirus: dans le bidonville de Kibera, la crainte d’une explosion de la criminalité 

Source du post: RFI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password