Coronavirus: Donald Trump veut «redémarrer l’Amérique» par étapes

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Donald Trump présente un plan de levée des restrictions en trois étapes, mais laisse la main libre aux Etats

Donald Trump avait assuré lundi qu’il disposait d’une autorité «totale» pour imposer aux gouverneurs quand et comment mettre fin aux mesures de confinement en place aux Etats-Unis pour lutter contre la propagation du coronavirus. Une position en contradiction avec la Constitution américaine, balayée par certains chefs de l’exécutif des Etats. «Nous n’avons pas de roi Trump, nous avons un président Trump», avait rappelé le lendemain le gouverneur de New York Andrew Cuomo, affirmant qu’il s’opposerait à toute décision précipitée qui mettrait en danger la santé des habitants de l’Etat, de loin le plus touché par l’épidémie. Une décision «dictatoriale» et «partisane» de relancer l’économie de New York serait «la pire chose que [Trump] puisse faire en ce moment».

«Prochaine phase de notre guerre»

C’est finalement une approche beaucoup plus inoffensive qu’a choisie la Maison Blanche. Affirmant qu’il était temps de faire «redémarrer l’Amérique», Donald Trump a annoncé jeudi soir lors d’une conférence de presse à la Maison Banche une série de recommandations, déclinées dans un document d’une vingtaine de pages intitulé «Opening Up America Again», qui laisse toute latitude aux gouverneurs des cinquante Etats. En quatre semaines, depuis la mise en place des mesures de confinement mi-mars, les Etats-Unis comptent plus de 22 millions nouveaux demandeurs d’emploi. Rien que la semaine dernière, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail, 5,2 millions de personnes sont venues s’ajouter aux statistiques.

A lire aussi Aux Etats-Unis, le chômage n’en finit plus de se propager

Le président américain a précisé que la réouverture du pays aurait lieu par étapes, «Etat par Etat» et sur la base de données «vérifiables» pour éviter une nouvelle vague de contaminations. Le pays a recensé plus de 660 000 cas de Covid-19 et plus de 33 000 morts, selon la comptabilité de l’université Johns Hopkins. La journée de jeudi a franchi un record de victimes de l’épidémie, avec plus de 4500 morts dans le pays, près du double de la veille, comme l’a souligné le Wall Street Journal. Des signes de ralentissement ont cependant été enregistrés. «Notre équipe d’experts est désormais d’accord pour dire que nous pouvons entamer la prochaine phase de notre guerre», a avancé Trump. Les gouverneurs, qui ont pris des mesures variées de confinement de leur population, fixeront la marche à suivre, guidés par ces recommandations non-contraignantes du gouvernement fédéral, fondées sur la capacité des Etats à procéder à un dépistage massif. «Tout est affaire de tests, de traçage et de traitement, et nous sommes très en retard» sur ces points, a regretté l’ancien vice-président Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle de novembre, interrogé dans la soirée sur CNN à propos des annonces de la Maison Blanche.

La feuille de route prévoit trois étapes. Première phase: un Etat enregistre une diminution de cas de Covid-19 sur une période de quatorze jours, et ses hôpitaux ne sont plus submergés. Le port du masque en public est «fortement» conseillé, le télétravail doit rester la règle autant que possible et les mesures de distanciation sociale sont maintenues. Ecoles et bars restent fermés; restaurants et clubs de sport peuvent rouvrir sous certaines conditions. Les personnes les plus vulnérables doivent rester confinées, et les voyages non-essentiels limités au maximum. Les autorités devront être en mesure de tester à large échelle les cas de coronavirus. Si aucun rebond de l’épidémie n’est constaté, la phase deux pourrait s’enclencher: réouverture des écoles, reprise des voyages. La levée des restrictions et du confinement, lors d’une troisième phase, interviendrait lorsque l’absence de résurgence de l’épidémie serait confirmée.

«Approche sur mesure»

«Nous n’ouvrons pas tout d’un coup, on rouvre prudemment pas à pas», a précisé Donald Trump, ajoutant que son administration sera «très vigilante pour empêcher le virus de revenir par l’étranger». Lundi, il avait affirmé ne pas compter lever les interdictions de voyager imposées aux ressortissants européens depuis un mois. «Nous voulons le faire très rapidement, mais nous voulons nous assurer que tout est en ordre, avait déclaré le président, qui a également ordonné la fermeture des frontières avec le Canada et le Mexique. Pour l’instant nous avons une interdiction très ferme, nous allons la maintenir jusqu’à ce que [les pays européens] se rétablissent.»

Les gouverneurs pourront adopter «une approche sur mesure qui réponde aux circonstances spécifiques dans leur Etat», a déclaré le président. «Quand vous regardez le Montana, le Wyoming, le Dakota du Nord», relativement épargnés par la pandémie, «c’est très différent de New York, c’est très différent du New Jersey», les plus touchés, a noté le président. Certains Etats pourraient redémarrer «littéralement demain», a-t-il estimé. Le document ne fixe pas de calendrier précis, et laisse le soin aux gouverneurs des Etats d’adapter le rythme de la «réouverture» de l’économie aux situations locales.

S’ils suivent ces recommandations, certains Etats «en très grande forme», comme les qualifie Trump, pourraient théoriquement reprendre plus tôt leurs activités économiques et sociales, tout en étant vivement incités à éviter les rassemblements de plus de dix personnes. D’autres, à l’instar de New York, du Michigan ou du New Jersey, pourraient rester confinés pendant encore plusieurs semaines.

Source du post: liberation.fr

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password