Coronavirus: Emmanuel Macron écarte le confinement prolongé pour les personnes âgées

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus: Emmanuel Macron écarte le confinement prolongé pour les personnes âgées

Publié le :

Il n’y aura pas de confinement prolongé pour les personnes âgées en France. Le président a lui-même tranché vendredi 17 avril, alors que le chef du conseil scientifique préconisait de poursuivre le confinement des plus de 65 ans et des Français fragiles après le 11 mai.

Au Sénat, devant une commission, le professeur Delfraissy avait estimé mercredi que dix-huit millions de personnes devraient rester confinées après le 11 mai : « pour les personnes d’un certain âge, de 65 ou 70 ans » et les personnes fragiles, « on continuera le confinement ». Autrement dit, 12% de la population ne serait pas concernée tout de suite par le déconfinement.

Après plusieurs polémiques et des voix discordantes, le chef de l’État en a finalement décidé autrement. Emmanuel Macron « ne souhaite pas de discrimination » des personnes âgées ou fragiles, a fait savoir vendredi l’Elysée. Le président préfère s’en remettre à la responsabilité de chacun. Un recadrage en règle du professeur Delfraissy, une façon de rappeler que le conseil scientifique « conseille » et qu’Emmanuel Macron décide.

Levée de boucliers générale

L’entourage du chef de l’État a vu la polémique prendre de l’ampleur en 24 heures. De l’Académie de médecine aux constitutionnalistes, en passant par les politiques, la levée de boucliers était générale. À droite, la députée Valérie Boyer s’inquiétait par exemple d’une prise de pouvoir par les scientifiques. En réagissant vite, Emmanuel Macron a voulu éteindre le début d’incendie et éviter de rajouter de la pression sur les Français, alors que l’horizon du déconfinement reste encore flou.

Le lundi 13 avril, lors son allocution aux Français, Emmanuel Macron avait indiqué que « pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées, tout au moins dans un premier temps ». Mais il n’avait pas précisé si cette « demande » aurait un caractère obligatoire, comme le confinement actuel, ou ne serait qu’un conseil.

Mourir de solitude

Le président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) Pascal Champvert a ainsi estimé vendredi qu’un confinement prolongé des personnes âgées après le 11 mai, en Ehpad comme à domicile, ne serait « pas tenable ». « Des gens vont mourir d’autres choses que du coronavirus : du confinement, de l’isolement et de la solitude », a déclaré M. Champvert.

L’Union européenne souhaite, de son côté, que les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques soient protégées « plus longtemps ». La présidente de la Commission Ursula von del Leyen avait même jugé qu’il fallait « limiter autant que possible les contacts des seniors » jusqu’à l’élaboration d’un vaccin, qu’elle espère « vers la fin de l’année ».

Selon le dernier bilan, vendredi, au moins 7 203 morts liés à la pandémie en France ont été dénombrées dans les seuls établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

(Avec AFP)

Source du post: RFI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password