Coronavirus: Jouer sur les vacances scolaires pour freiner l’épidémie dans les écoles, bonne ou mauvaise idée?

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
La doctorante Émilie Boutet répond à des questions fréquentes sur le coronavirus

Jean-Michel Blanquer dans une classe de primaire à La Ferté-Milon, le 22 mars 2021. — AFP
  • Pour enrayer la progression du Covid-19, la présidente de la région Ile-de-France, ValériePécresse, a suggéré mercredid’avancer de deux semaines lesvacancesde printemps pour la zone C (c’est-à-dire dès le 5avril).
  • La question d’anticiper lesvacances se pose aussi pour des départements de la zone A et B, fortement touchés par la montée en flèche de l’épidémie.
  • 20Minutesanalyse les avantages et les inconvénients qu’aurait une telle mesure. Sachant que le ministre de l’Education n’y est, pour l’heure, pas du tout favorable.

Et si c’était la solution face à l’urgence de la situation sanitaire?La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a suggéré mercredi d’avancer de deux semaines lesvacancesde printemps pour la zone C (c’est-à-dire dès le 5avril), afin d’enrayer
la progression du Covid-19. Car les hôpitaux sont en tension dans la région et le taux d’incidence (nombre de personnes positives pour 100.000 habitants) des 10-19ans est passéde 476 le 18mars à 685 le 25mars, selon l’ARSIle-de-France. La question d’anticiper lesvacances se pose aussi pour d’autres départementsde la zone A et B, fortement touchés par la montée en flèche de l’épidémie.20Minutes vous explique les tenants et aboutissants de cette mesure, si elle était adoptée.

Quel serait l’intérêt d’agir ainsi sur le calendrier?

Dans les établissements, la situation sanitaire empire:«de plus en plus de classes ferment et les personnels, que ce soient les enseignants ou ceux descantines, tombent comme des mouches», affirmeRodrigo Arenas, coprésident de la principale fédération de parents d’élèves, la FCPE.Les nouvelles restrictions prises la semaine dernière dans plusieurs départements ne semblent pas suffire pour enrayer la dynamique de l’épidémie, selon plusieurs scientifiques. L’un desleviers restants estla fermeture des écoles, des collèges et des lycées. Sachant que selon l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, les parents qui ont un collégien ou un lycéen qui va en cours la journée ont 30% de risques en plus d’être infectés, comme il l’a indiqué auJournal du Dimanche.

Mais leministrede l’Éducation refusecatégoriquement de fermer les écoles, le premier confinement ayant montré les limites de l’enseignement à distance. «L’impact est réel sur les conditions d’apprentissages et sur la santé psychique des élèves», soulignel’entourage du ministre, interrogé par 20 Minutes.

Dans ce contexte, avancer les vacances serait un moyen de gagner du temps, «de freiner la circulation du virusen espérant que la situation sanitaire soit moins critique après les vacances», indique Sophie Vénétitay, la secrétaire générale adjointe du SNES-FSU. De son côté, Stéphane Crochet, secrétaire général du Se-Unsa, estime que cettedécision «pourrait s’imposer d’elle-même, mais il faut l’anticiper avec les enseignants, les familles et les collectivités», a-t-il déclaré sur Twitter. «Ce serait aussi le moyen pour le ministre de ne pas perdre la face, car il risque de devoir fermer les écoles si le statu quo est maintenu. Alors qu’il s’est maintes fois félicité de ne pas l’avoir fait après le premier confinement», estime Sophie Vénétitay.

Comment pourrait s’appliquer cet avancement des vacances?

Pour la zone A, les vacances de printemps démarrent le 10avril. Pour la zone C, le 17. Et pour la zone B, le 24. Ces trois zones concernent des départementsparticulièrement touchés par la nette accélération de la circulation du virus. «Donc si la décision d’avancer les vacances était prise, elle pourrait concerner les trois zones. On pourrait imaginer que les vacances soient anticipéesd’une semaine pour chaque zone ouun dézonage des vacances, qui permettrait de faire partir les élèvestous ensemble», expliqueSophie Vénétitay. Au lieu de durer deux semaines, les congés seraient de quatre semaines.

Autre possibilité:que les établissements ferment avant les dates prévues pour les vacances de chaque zone et que les élèves basculent durant deux semaines en enseignement à distance, avant d’être en congés.Si une telle décision était actée, il ne faudrait pas forcément attendre le prochain conseil de Défense pour qu’ellesoit annoncée.

Quelsen seraient les inconvénients?

«Il y aurait évidemment un impact et des difficultés pour des familles en termes d’organisation», a déclaré le porte-parole du gouvernement, GabrielAttal, ce jeudi sur France Inter. «Les parents ont déjà posé leurs vacances pour avril, on ne peut pas changer le calendrier scolaire comme ça. Et cela reviendrait à un confinement dur», estimeRodrigo Arenas.

Si cette décision était prise en urgence, «on se retrouverait dans la même situation que lors du premier confinement, qui avait été annoncé un jeudi soir pour une mise en œuvre le lundi d’après. On se rappelle à quel point cela avait été compliqué pour les familles», ajoute Sophie Vénétitay. Autre question qui se pose, selon elle:«Puisque les déplacements interrégionaux sont interdits dans les départements soumis à de nouvelles restrictions, seraient-ils à nouveau autorisés ou les familles devraient-elles rester chez elles?».

Qu’en pense le gouvernement?

«Toutes les propositions sont utiles, surtout quand elles ne nient pas la réalité des faits et qu’elles cherchent à trouver des solutions», a réagi sur France Inter Gabriel Attal à la proposition de Valérie Pécresse. Une manière d’entretenir le flou.Mais du côté du cabinet de Jean-Michel Blanquer, l’idéene séduit pas:«Il n’est pas prévu à ce stade de modifier les vacances. Cela entraînerait des conséquences pratiques assez lourdes pour les familles, notamment concernant la garde d’enfant», déclare l’entourage du ministre.

Quelles seraient les alternatives?

Au cabinet de Jean-Michel Blanquer, on évoque d’autres leviers pouvant être actionnés dans les établissements, «comme établir une demi-jauge dans les collèges ou prendre de nouvelles mesures concernant les cantines». Pour Rodrigo Arenas, «il n’est jamais trop tard pour bien faire. Il faut ouvrir des lieux tiers (gymnases, préfabriqués, préaux…) pour faire classe ou pour faire déjeuner les enfants, afin de permettre davantage de distanciation».

Une chose est sûre:denouvelles dispositions vont bien être actées, comme l’a annoncé ce jeudi Olivier Véranlors de sa conférence de pressse, en déclarantque le protocole sanitaire allait encore être renforcé dans les établissements scolaires.



234

partages



La source officielle de cet article : 20minutes.fr

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password