Coronavirus : la chloroquine et Raoult sont (aussi) les sujets préférés des complotistes

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Covid-19 : Comment se protéger du coronavirus en copropriété ?

Il faut aller lire les commentaires sous les articles traitant du coronavirus, pour observer comment le sujet provoque de nombreux réflexes complotistes. Thème porteur du moment : le traitement à la chloroquine. La simple évocation du professeur Didier Raoult, qui défend la molécule antipaludique pour lutter contre le Covid-19, exacerbe le phénomène.

Pour schématiser, il y a ceux qui pensent qu’il faut «rester prudent» et attendre les résultats d’un essai clinique d’ampleur en Europe, comme une partie du corps médical ou le gouvernement et ceux pour qui il faut prescrire le médicament tout de suite, comme le professeur Raoult et d’autres. Le truc étant que l’infectiologue est soutenu depuis par beaucoup de démagogues, en France et à l’étranger, jusqu’à Donald Trump. En gros : ne pas administrer la chloroquine maintenant et à grande échelle serait mettre en danger la population de façon volontaire.

Parmi (et au-dessus) de ce beau monde, il y a ceux qui se «réinforment», pour ne pas lire la presse qui a fait «passer Raoult pour un fou». En ce qui concerne le Covid-19, ils considèrent que «le gouvernement ment» ou «est complice d’un génocide». A des degrés divers. Certains dans le lot sont persuadés que ce virus est une arme bactériologique inventée par les lobbys pharmaceutiques pour s’enrichir, et dans cette histoire où il y a un «mensonge d’Etat», le professeur Raoult, avec son traitement anodin et facile d’accès, est le grain de sable en train de faire capoter tous les plans du «système». Voici l’idée : «On accuse carrément les gouvernants de comploter contre le peuple, ce qui flatte un imaginaire victimaire et paranoïaque», analyse Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch, un site de référence sur le complotisme.

Sous un article du Télégramme annonçant la création d’un comité d’analyse scientifique sur le Covid-19, un internaute commente ainsi : «Encore une décision pour mettre hors circuit le professeur Raoult… Son traitement ne rapporte pas assez d’argent aux amis de Mme Buzyn…». Des réflexions la plupart du temps teintées d’antisémitisme. Un autre : «Je parie avec qui voudra que ce comité est créé pour enterrer la chloroquine. Il suffira d’étudier le CV de ses membres et on sera vite renseignés (Inserm)…»

«Le gouvernement savait»

Provoquées ou reprises dans des discours politiques alarmistes, dont une partie de l’extrême droite, ces réflexions pullulent. D’autant plus que la période a brassé des ingrédients qui, mis bout à bout, ont pu faire converger certaines thèses. Il y a eu, par exemple, cette histoire de molécule de la famille de la chloroquine, classée en janvier sur «la liste II des substances vénéneuses», ce qui a provoqué quelques soupçons chez certains après coup : «Très curieux qu’un médicament en usage depuis des années ait été rendu plus difficile d’accès juste au moment de l’épidémie de Covid-19», écrit un blogueur, repéré par Checknews. Ou ces confessions d’Agnès Buzyn, dans le Monde : l’ancienne ministre de la Santé aurait alerté le gouvernement sur la dangerosité du coronavirus dès le début du mois de janvier, mais les municipales ont été quand même maintenues. Marine Le Pen s’est jetée sur l’occasion pour hurler au «scandale d’Etat». Quand le Rassemblement national tweetait lui que «le gouvernement savait, mais il n’a rien fait».

Dans cette configuration de forts contre les faibles, le professeur réputé (Raoult), qui découvre un remède «simple et pas cher», endosse le rôle du lanceur d’alerte rejeté par la presse et le gouvernement. Pas étonnant qu’on le retrouve adulé sur des pages de gilets jaunes. Sur l’une d’elles est partagée une vidéo de «Ligne de conduite», un média d’extrême droite, où l’on voit un homme déclarer à des policiers aux abords d’un marché en plein air qu’«il y a ceux qui écoutent le professeur Raoult, de Marseille, et ceux qui écoutent Macron». Mi-mars, une vidéo d’un certain Cat-Antonio, proche des gilets jaunes, a énormément tourné aussi : se targuant de «dire la vérité», celle-ci exposait le fait que l’institut Pasteur aurait fabriqué et breveté le Covid-19. D’une durée de vingt minutes, la vidéo a été vue plus de 3 millions de fois en vingt-quatre heures, avant d’être supprimée de Facebook qui a renforcé sa lutte contre les fake news en pleine épidémie.

Le couple d’Agnès Buzyn, cible de choix

«Toutes les théories du complot, l’imaginaire autour du virus et du confinement, la question de l’arme biologique, le thème du complot juif qui impliquerait Agnès Buzyn et son époux Yves Lévy, sont très prégnants en ce moment», remarque Rudy Reichstadt. Il confirme que «le professeur Raoult est devenu une icône intouchable dans la complosphère d’extrême droite». Sur la chaîne YouTube de Riposte laïque, Pierre Cassen, vlogueur qui d’habitude divague sur la question de savoir si Macron «préfère les Noirs aux Blancs», s’est récemment filmé en train de raconter : «Je n’ai pas très bien compris pourquoi mais il faut qu’on meure, ça fait partie du plan, et [Raoult], il a foutu le bordel ! Il dit qu’on peut soigner tout le monde sans aucun problème avec sa chloroquine, et ça coûte rien. Les labos, comment ils vont faire leur fric ?» Sa vidéo a été vue 60 000 fois.

Récemment, Gilbert Collard a aussi disserté sur le sujet : «Quel courroux anime le couple Buzyn-Lévy contre le professeur Raoult ?» L’eurodéputé RN explique dans une vidéo pleine de sous-entendus sur le «pouvoir», que l’époux de l’ancienne ministre, ancien directeur de l’Inserm, a participé à l’élaboration d’un laboratoire de type «P4» à Wuhan, «ville où le Covid-19 a soudainement surgi». Son «podcast», qui ne fait que relayer avec plus d’ambiguïté les thèses de Cat-Antonio, a été vu 300 000 fois. «Le thème du « complot contre la santé » est récurrent dans la mouvance complotiste d’extrême droite», rappelle Reichstadt. Kontre Kulture, la maison d’édition d’Alain Soral, publie quelques ouvrages du genre. «Cela dit que ceux qui gouvernent les politiques sont les lobbys pharmaceutiques. Qui auraient donc aujourd’hui intérêt à bloquer le développement de la chloroquine et à faire taire le professeur Raoult, qui les empêcheraient de faire des profits.»

 

Source du post: liberation.fr

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password