Coronavirus: la Croix-Rouge du Burkina Faso mise sur la prévention

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
à l'hôpital de Chambéry, les soignants maîtrisent la vague de Covid-19

Au Burkina Faso, depuis fin mars, les villes où des malades du Covid-19 ont été signalés sont placées en quarantaine. Des mesures de couvre-feu sont également en vigueur. Entretien avec la coordinatrice santé de la Croix-Rouge burkinabè.

Le docteur Nadège Ouedraogo est médecin généraliste, coordinatrice santé au sein de la Croix-Rouge du Burkina Faso.

En quoi consiste la prévention avec vos équipes ?

Dr Nadège Ouedraogo : Nous postons des volontaires dans les lieux de rassemblements pour montrer aux gens l’importance des mesures barrières, comment se protéger du coronavirus. On a des volontaires qui invitent les gens au lavage des mains en leur montrant les différentes étapes, combien de temps elles doivent durer…

Est-ce que l’eau est disponible à peu près partout ? Comment faire quand on n’a pas d’eau ?

Au centre de la capitale, Ouagadougou, l’eau n’est pas un souci. Mais dans les quartiers périphériques, ça devient un peu compliqué. C’est là où les gens utilisent beaucoup plus le gel hydroalcoolique pour la désinfection des mains.

Message très important pour vous : la lutte contre le Covid-19 passe par chacun(e) d’entre nous et il ne faut pas seulement se reposer sur les soignants…

Bien souvent, dans notre contexte, les gens ont tendance à voir les maladies infectieuses comme étant seulement l’affaire des agents de santé, des médecins, des soignants. Nous faisons donc de la sensibilisation sur ce point, afin que chacun comprenne qu’il peut faire quelque chose pour se protéger et protéger les autres de cette maladie. Nous faisons passer ces messages de sensibilisation, dans toutes les langues, pour faire en sorte que toutes les communautés puissent adhérer à la lutte.

En tant que médecin, avez-vous accès à des masques pour vous protéger ?

Oui, l’État fait tout son possible et met à disposition des équipes soignantes les masques et le nécessaire pour pouvoir se protéger. Mais ce n’est pas encore assez. La mobilisation des ressources continue pour faire en sorte d’avoir les stocks disponibles et suffisants pour tout le monde, mais nous sommes quand même dans des régions sanitaires où il y a un manque.

Le nombre de lits de réanimation est très limitée au Burkina Faso et c’est bien pour cela qu’il faut à tout prix éviter d’atteindre ce seuil critique…

L’idée pour nous est vraiment de maximiser au niveau de la prévention et ainsi avoir le moins de personnes possibles touchées et qui se retrouvent en besoin de soins. Ce n’est un secret pour personne, en termes de lits disponibles en réanimation, nous sommes assez limités. L’État fait le maximum et appelle à l’aide des partenaires techniques et financiers pour pouvoir combler ce fossé.

Source du post: RFI

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password