Coronavirus : l’AP-HP expérimente l’isolement de malades à l’hôtel

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus : l’AP-HP expérimente l’isolement de malades à l’hôtel

De nombreux spécialistes de santé publique réclamaient depuis plusieurs semaines la mise en œuvre d’une telle stratégie, c’est désormais une priorité pour l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) : limiter coûte que coûte les chaînes de transmission du Covid-19, notamment au sein des familles, en repérant et isolant des personnes potentiellement contaminantes. Et ce pour éviter toute nouvelle flambée épidémique alors que se profile la phase de déconfinement, prévue à partir du 11 mai.

En concertation avec des collectivités territoriales, en premier lieu la Mairie de Paris et le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, l’AP-HP expérimente depuis mercredi 15 avril un dispositif de suivi sur trois sites pilotes : la Pitié-Salpêtrière (13e arrondissement), les hôpitaux Bichat (18e) – Louis-Mourier à Colombes (Hauts-de-Seine), et Avicenne à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Pour endiguer la transmission du virus à l’entourage, diagnostic, équipements et hébergement à l’hôtel si nécessaire sont proposés aux personnes infectées dont l’état ne nécessite pas ou plus d’hospitalisation.

Baptisé « Covisan », « ce projet s’inscrit dans la politique nationale de déconfinement et de prévention d’une deuxième vague. On fonctionne sur un pied d’égalité avec la médecine de ville, ça leur permet d’inclure leurs propres patients », précise au Monde Martin Hirsch, le directeur général de l’AP-HP.

L’initiative avait été ébruitée jeudi par Sébastien Bazin, PDG du groupe hôtelier Accor, qui avait annoncé, sur France Inter, mettre à disposition une partie de ses établissements pour ces malades pas ou peu symptomatiques. Pour l’heure, seuls trois hôtels du groupe, à proximité des quatre hôpitaux concernés, sont mobilisés. Il n’y aura pas de médicalisation des hôtels au sens strict. « C’est là où notre expérience d’avoir suivi 50 000 patients à distance à travers la plate-forme Covidom depuis un mois est utile, nous avons rodé un système de suivi de personnes porteuses de Covid », assure Martin Hirsch, qui précise que la Croix-Rouge sera aussi mobilisée. Pour assurer les tests de dépistage, les équipes d’intervention seront constituées d’infirmiers et d’internes.

Valeur de test pour Accor

Le dispositif, sous l’égide de la préfecture d’Ile-de-France et de l’Agence régionale de santé, s’effectuera sur la base du volontariat. Pour les personnes qui souhaitent rester chez elles, « des équipes vont être formées pour les accompagner et les aider à s’organiser, vérifier qu’elles disposent du matériel de protection individuel, résume Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris chargé de l’urbanisme. Et pour éviter qu’elles se rendent dans les magasins, on leur livrera des repas ou produits frais ».

En Seine-Saint-Denis, qui fait partie des départements les plus touchés par un excès de mortalité lié à l’épidémie de Covid-19, seront réalisées des enquêtes épidémiologiques parallèlement à la détection de « clusters » locaux. « L’idée est de mobiliser un ensemble de partenaires : services sociaux, associations, bailleurs sociaux, car au-delà de la dimension de santé, il faut articuler l’accompagnement social pour les familles et les enfants », explique Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.

La durée de cette opération n’a pas encore été fixée. La phase pilote sera menée pendant « quelques jours pour tirer le plus d’enseignements possible, indique Martin Hirsch. Si ces pilotes donnent des résultats favorables, ils seront utiles pour élargir et dupliquer le dispositif. » Cet accueil limité semble aussi avoir valeur de test pour Accor. Toutefois, le groupe, qui compte 1 700 établissements en France, se déclare capable de monter rapidement en puissance. Selon M. Bazin, il y aurait déjà « plus de 300 hôtels volontaires ».

« Prix coûtant »

« L’opération ne nous coûte rien ni ne nous rapporte », précise le numéro un de l’hôtellerie en Europe, dont près de 300 établissements accueillent déjà des personnels soignants ou des routiers depuis quelques semaines. En revanche, l’AP-HP – qui a déjà recours aux locaux du centre national d’entraînement de la Fédération française de tennis, dans le 16arrondissement de Paris et à un bâtiment de l’hôpital Sainte-Périne voisin – devrait verser de 30 à 50 euros, « prix coûtant », par chambre occupée aux propriétaires des hôtels.

L’ouverture de structures intermédiaires permettant de mettre en quarantaine des patients atteints de formes simples ou modérées de Covid-19 a déjà été mise en place à l’étranger, comme en Chine, en Espagne ou en Italie. Depuis le début de la pandémie, le groupe Accor a lui-même ouvert certains de ses hôtels en Corée du Sud et en Espagne. Jusqu’à présent en France, si des patients atteints du Covid-19 ont été mis à l’isolement, c’est d’abord pour soulager des hôpitaux sous forte tension. Comme dans les Pyrénées-Orientales, où, depuis le 26 mars, un hôtel de la périphérie de Perpignan a ainsi permis de libérer des lits d’hospitalisation.

L’initiative de l’AP-HP vient « un peu tard mais mieux vaut tard que jamais, estime le professeur Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. C’est une politique qui devrait concerner la France entière, c’est assez symbolique des initiatives locales ou régionales qui ne font que témoigner qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion républicain ». Selon lui, il serait urgent de s’attaquer à des « clusters » plus importants encore que la cellule familiale : « Quid par exemple des grosses chaînes de transmission dans les hôpitaux de l’AP-HP, des structures médico-sociales intermédiaires, des foyers de travailleurs, de migrants ? C’est un vrai problème. »

Source officielle de cet article : Le Monde

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password