Malgré le coronavirus, le chinois ByteDance, éditeur de TikTok, est en pleine croissance

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Malgré le coronavirus, le chinois ByteDance, éditeur de TikTok, est en pleine croissance

Rares sont les entreprises économiques qui s’en tirent aussi bien, dans le marasme économique que traverse la planète, que le chinois ByteDance, éditeur notamment de l’application TikTok. Signe de son insolente santé, l’entreprise a annoncé, mercredi 14 avril, le lancement d’une campagne de recrutement de 10 000 nouveaux travailleurs, appelés à rejoindre les 60 000 salariés que compte déjà la compagnie. Il s’agit là de la première étape qui doit conduire la société à atteindre le nombre de 100 000 employés d’ici à la fin de l’année. Et de la manifestation de ses ambitions.

Naturellement, les périodes de confinement auxquelles ont été astreintes les populations de nombreux pays à travers le monde ont été propices à l’utilisation des réseaux sociaux. Et notamment TikTok, cette application imaginée autour du partage de vidéos et qui s’adresse d’abord à un public jeune.

En Chine, début février, le temps quotidien passé sur l’application par les utilisateurs a atteint un niveau record de plus de sept heures et trente minutes. Et, à en croire le cabinet App Annie, son succès dépasse très largement les frontières chinoises, puisqu’il estime que TikTok a été l’application la plus téléchargée dans le monde au premier trimestre. D’ores et déjà, TikTok ne compterait pas moins de 800 millions d’utilisateurs actifs.

Des activités diversifiées

Autre force de ByteDance, la compagnie a réussi, au fil des années, à diversifier ses activités et ses sources de revenus. Le premier site qu’il a lancé en 2012, Toutiao, est devenu l’un des agrégateurs de médias les plus populaires en Chine. Depuis, la compagnie a également sorti une application de chat vidéo, des services éducatifs en ligne et s’est récemment lancée dans le jeu vidéo. En tout, l’entreprise est à l’origine d’une douzaine d’applications.

En début d’année, le groupe chinois a demandé l’obtention d’une licence pour créer une banque numérique à Singapour. « ByteDance est en train de constituer un écosystème sur lequel pèsent moins de risques, car il ne repose pas sur un seul produit », analyse le consultant Matthew Brennan, spécialisé dans les nouvelles technologies.

La société serait ainsi un peu moins exposée aux aléas du marché publicitaire – dont elle tirerait, selon certains analystes, près de 80 % de ses revenus. Non cotée, la compagnie n’est en effet pas tenue de dévoiler d’informations sur ses finances.

Des affaires compliquées aux Etats-Unis

Ses revenus en 2019 ont été estimés à environ 11 milliards de dollars (10 milliards d’euros), mais on ignore pour quels bénéfices. Pas plus qu’on ne connaît l’état de sa trésorerie. ByteDance a été soutenu par de nombreux fonds qui ont jusque-là permis son développement. Au fil de son histoire, il a réussi à lever au moins 4,6 milliards de dollars, notamment à l’occasion d’un important tour de table mené par le Vision Fund du japonais SoftBank pour 3 milliards de dollars.

Le groupe projetait de se lancer en Bourse, avec une valorisation estimée à près de 100 milliards de dollars, mais la crise du coronavirus, qui a provoqué la chute des marchés, a stoppé ses projets. ByteDance envisageait notamment une cotation au Nasdaq de New York, qui aurait été un symbole fort pour une entreprise qui ne cache plus ses ambitions internationales.

En début d’année, TikTok a annoncé l’installation d’un centre régional en Europe, à Dublin, baptisé « centre de sécurité et de protection des données ». Il s’agit du troisième site de ce type, après ceux ouverts en Californie et à Singapour, en plus de sa présence dans une trentaine de pays.

Ses affaires se sont cependant compliquées aux Etats-Unis, où il est victime de la méfiance de la Maison Blanche à l’égard des entreprises chinoises, qui voit dans ces applications des menaces pour la sécurité nationale, susceptibles de capter les données personnelles des utilisateurs américains. Plusieurs administrations ont déjà recommandé de ne pas recourir à l’application. Les récents travaux de deux développeurs ayant démontré les fragilités de l’application TikTok ne rassureront probablement pas les autorités américaines.

Source officielle de cet article : Le Monde

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password