Coronavirus: le Défenseur des droits réclame toujours la fermeture des centres de rétention

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus: le Défenseur des droits réclame toujours la fermeture des centres de rétention

Le Défenseur des droits, dont les avis ne sont que consultatifs, a de nouveau réclamé, samedi 18 avril, la fermeture des centres de rétention administrative où sont détenus les étrangers en procédure d’expulsion. Pour Jacques Toubon, le risque de contamination au Covid-19 y est «indéniable».

À plusieurs reprises, en mars dernier, Jacques Toubonavait demandé la fermeture des centres de rétention administrative (CRA). La promiscuité empêche d’y mettre pleinement en œuvre les mesures barrières, faisant courir «un risque sanitaire particulièrement élevé aux retenus et au personnel», remarquait-il déjà.

Une position réitérée en vain devant le Conseil d’État, qui rejetait le 27mars la demande de fermeture, assurant que les centres de rétention administrative ne constituaient pas «un facteur d’évolution de l’épidémie», notamment parce que les nouveaux placements en rétention devaient devenir «marginaux» et que «la carence dans l’accès aux soins ou dans la mise à disposition de produits d’hygiène» n’était «pas avérée».

Une situation sanitaire qui«se dégrade»

Pourtant, depuis, a pointé samedi Jacques Toubon, non seulement les placements se sont poursuivis «dans des proportions non-marginales», mais «la situation sanitaire n’a cessé de se dégrader et plusieurs étrangers et personnels du CRA de Paris, dans le bois de Vincennes, ont été testés positifs au Covid-19». Le tribunal administratif de Paris a d’ailleurs ordonné jeudi qu’aucun nouveau placement n’ait lieu dans ce centre.

Le risque de contamination est donc «indéniable» et «porte une atteinte disproportionnée au droit à la vie et à la protection de la santé, alors même qu’il n’existe pratiquement aucune perspective d’éloignement à bref délai», dénonce Jacques Toubon. Il réitère son appel à fermer tous les CRA et à libérer les personnes retenues, ou réclame à défaut «l’arrêt immédiat» des placements et la distribution «en quantité suffisante» de matériel pour protéger étrangers et personnel.

Source de cette publication : RFI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password