Coronavirus : le point du jour sur le Covid-19, mardi 14 avril 2020

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus : le point du jour sur le Covid-19, mardi 14 avril 2020

RÉFLEXES

Les bons gestes pour se protéger

Se laver les mains très régulièrement à l’eau et au savon (au moins 20 secondes) ou à défaut au gel hydro-alcoolique, à chaque arrivée dans un nouveau lieu.

Ne pas rendre visite aux personnes âgées pour éviter de les contaminer, ni aux personnes souffrant déjà d’une autre maladie.

Se tenir à 1-1,50 mètre de distance lors des déplacements obligatoires.

Ne pas serrer la main ou faire la bise pour se saluer.

Tousser ou éternuer dans l’intérieur de son coude.

Que faire en cas de suspicion d’infection ?

Depuis cette date, les recommandations sont formulées ainsi sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au Covid-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation. Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU-Centre 15.

Pour des questions non médicales, appeler le numéro vert Coronavirus au 0 800 130 000 (gratuit, 7 jours sur 7, 24h sur 24).

Déplacements

Les déplacements sont interdits sauf dans quelques cas, à savoir : déplacement de son domicile à son lieu de travail si le télétravail n’est pas possible, les achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés, se rendre chez le médecin, se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider des personnes vulnérables et pratiquer une activité sportive individuelle. Pour tous ces déplacements, il faudra se munir d’une attestation.

Ce qu’il faut retenir du point presse quotidien de 19h :

Le professeur Jérome Salomon, directeur général de la Santé, a donné les nouveaux chiffres de la pandémie : 

  • 465.000 personnes sont guéries dans le monde depuis le début de l’épidémie. Les USA restent le pays le plus touché avec 585.000 cas dont plus de 24.000 décès. L’Europe reste l’épicentre de la pandémie avec un million de cas et plus de 80.000 décès, dont plus de 18.000 en Espagne et 20.500 en Italie. 
  • Ce soir la France a passé le cap des 100.000 cas confirmés de Covid-19 avec 103.573 cas, soit 5.597 de plus qu’hier. Depuis le début de l’épidémie, 71.903 personnes ont dû être hospitalisées. 32.289 personnes sont encore hospitalisées à cause la maladie. 
  • En 24h, on dénombre 1.965 nouvelles admissions enregistrées, une hausse de 179 malades par rapport à hier. Il n’y a jamais eu autant de malades Covid-19 hospitalisés. Parmi eux, 95 jeunes de moins de 30 ans sont en réanimation.  
  • Au cours des dernières 24h, ce sont 275 nouveaux patients en réanimation de plus qu’hier mais cependant le solde est, pour le 6eme jour consécutif, négatif (- 91 patients). La baisse des besoins en réanimations se confirme. 
  • Depuis le début de l’épidémie, on dénombre 15.529 décès en France. 
  • Enfin le directeur général de la Santé a rappelé que les personnes présentant des symptômes d’autres maladies que le Covid-19 ou nécessitant un suivi médical ne doivent pas hésiter à appeler leur médecin ou le 15 (s’il y a urgence). 

— INFO SPÉCIALE DU JOUR —

Dix fois plus mortel que la grippe H1N1, le Covid-19 constituera une menace jusqu’à « la mise au point et la distribution d’un vaccin sûr et efficace », a déclaré lundi soir le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus, en insistant sur une levée progressive des mesures de confinement. En attendant, l’OMS enjoint les gouvernements à mettre en oeuvre des dépistages massifs pour les cas suspects, à isoler ces derniers et à procéder au suivi des contacts afin de remonter la chaine de propagation. 

Sciences 


Une étude pour évaluer l’hydroxychloroquine en prévention

Une étude menée sur 900 soignants va évaluer si deux médicaments, l’hydroxychloroquine (plaquenil) et l’azithromycine, sont efficaces pour empêcher d’attraper le Covid-19, ont annoncé mardi 14 avril les hôpitaux de Paris (AP-HP). Nommée PrEP COVID, cette étude ne porte pas sur le traitement de la maladie, mais sur sa prévention, en associant un traitement médicamenteux en prophylaxie à des gestes-barrières (lavage de mains, masques…). Contrairement aux études controversées du professeur Raoult, celle-ci ne testera pas les deux médicaments en les associant, en raison du risque cardiaque. 

Résurgence de la maladie chez certains patients considérés comme guéris

116 cas de personnes normalement débarrassées du coronavirus ont de nouveau été testées positives en Corée du Sud, soulevant la question d’une possible seconde contamination. Si le pays compte lever progressivement son confinement, ces résurgences interrogent les scientifiques. Plusieurs hypothèses existent. Les patients pourraient avoir été recontaminés, ce qui indiquerait que l’immunité développée par le corps après avoir contracté la maladie serait de courte durée, voire inexistante. Une autre piste, privilégiée par certains experts coréens, est que le virus pourrait s’être réactivé chez les patients (sans nouvelle contamination donc). Enfin, il est possible que les tests aient donné des résultats erronés ou que des restes du virus soient encore présents dans le corps des anciens malades, sans pour autant être dangereux pour eux ou pour leur entourage. L’OMS déclare pour le moment ne pas avoir de réponse à cette question. 

Trois angles d’attaque pour traiter le Covid-19

Le virus SARS-CoV-2 à l’origine du Covid-19 tue de multiples manières, directement par sa multiplication dans l’organisme, par l’ampleur de la réponse immunitaire qu’il a causée, ou en raison des défaillances d’organes qui suivent l’infection. Chacune de ces situations appelle des solutions très différentes, voire opposées. Dans le cas d’une trop grande réponse immunitaire, il pourrait être envisagé de l’abaisser, le tout est d’éviter de complètement la désamorcer, ce qui laisserait le corps sans défense face à l’infection. Dans le cas contraire, où la réponse immunitaire est trop faible, l’utilisation d’antiviraux est la seule solution, plusieurs molécules sont candidates. Enfin, en ce qui concerne le manque d’oxygène liée une défaillance des poumons et dans une situation où les respirateurs se font rares, l’utilisation d’oxyde nitrique est envisagée. Il permet d’améliorer la circulation sanguine (et donc le transport d’oxygène) dans les zones encore fonctionnelles des poumons.  

115 candidats vaccins contre le coronavirus

Depuis plusieurs mois déjà, la course au vaccin contre le coronavirus SARS-CoV-2 est lancée. Première étape majeure, la publication de sa séquence génétique le 11 janvier 2020, véritable coup de feu pour la recherche à travers le monde. Des dizaines de projets, dans des laboratoires pharmaceutiques et des instituts de recherche sont depuis lancés. Et pour cause, sur ce vaccin reposent tous les espoirs d’une immunisation sur le long terme, clé d’un déconfinement total en toute sécurité. La revue Nature a établi un panorama de tous les projets recensés. À la date du 8 avril 2020, pas moins de 115 candidats vaccins étaient dénombrés. Pour 78 d’entre eux, le projet était suffisamment étayé pour connaître son étape de développement. Sur ces 78 donc, 73 se situaient au stade de recherche ou au stade pré-clinique (essais sur l’animal), pour savoir comment la molécule se comporte. Plusieurs des acteurs ont annoncé vouloir tester leur vaccin dans le courant de l’année 2020. 

France 


Prolongement du confinement jusqu’au 11 mai en France

Comme l’a indiqué le président de la République dans son discours, regardé par plus de 36 millions de téléspectateurs, le confinement est prolongé jusqu’au 11 mai 2020. L’activité pourra ensuite redémarrer avec une réouverture progressive des crèches, écoles et lycées. Les bars, restaurants ou cinémas resteront, eux, fermés jusqu’à nouvel ordre, tout comme les frontières avec les pays non européens. La réouverture progressive des écoles à partir de cette date a soulevé une série de critiques et d’interrogations parmi les parents et les enseignants qui se demandent si toutes les mesures de sécurités nécessaires pourront être mises en place d’ici cette date. Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a précisé lors d’un passage sur France 2 que ce retour ne sera pas obligatoire et que beaucoup d’aménagements restent à faire. 

Une multiplication des points de dépistages 

Le ministre de la Santé Olivier Véran s’est dit confiant, lors d’une interview sur RTL, sur la capacité pour la France d’augmenter le nombre de points de dépistages à partir du 11 mai, lorsque le confinement devrait être relâché progressivement si la courbe continue à s’aplatir. « On fait, à peu près, aujourd’hui, 150.000 tests et au-delà par semaine, nous sommes en train d’aller vers les 200.000 tests par semaine », a-t-il déclaré. Concernant l’isolement des personnes testées positives, toutes les possibilités restent ouvertes, notamment une réquisition d’hôtels. À noter que cette décision rejoint l’avis d’une étude notamment réalisée par l’Institut national de la santé et de la recherche (Inserm) selon laquelle un déconfinement pourrait s’avérer catastrophique si n’était pas mis en place un système de tests massifs et d’isolement des personnes infectées

Étranger 


Assouplissement des mesures de confinement en Italie, en Autriche et en Espagne

  • En Italie, où le confinement et l’arrêt quasi total de l’activité économique imposé depuis plus d’un mois a été prolongé jusqu’au 3 mai, quelques commerces, comme les librairies ou les laveries, sont autorisés à rouvrir mardi 11 avril dans certaines régions. Mais cet allègement reste marginal.
  • L’Autriche rouvre mardi 14 avril ses petits commerces et ses jardins publics, estimant avoir suffisamment « aplati » sa courbe de contamination. Le pays compte moins de 400 morts du Covid-19 pour une population de 9 millions d’habitants.
  • L’Espagne, pays le plus endeuillé d’Europe après l’Italie, autorise depuis lundi une reprise partielle du travail sous conditions afin de relancer son économie exsangue. Dix millions de masques ont été distribués par des policiers et des volontaires dans les métros et les gares. Les Espagnols restent néanmoins soumis à un confinement très strict.

L’Inde prolonge le plus grand confinement du monde

Le gouvernement indien a annoncé mardi la prolongation au moins jusqu’au 3 mai du confinement de ce pays de 1,3 milliard d’habitants entamé le 25 mars. L’Inde a recensé 10.363 cas confirmés et 339 morts, selon le dernier bilan officiel, vraisemblablement sous-estimé en raison de la faiblesse du dépistage. Néanmoins, le premier ministre Narendra Modi a annoncé que les zones qui n’étaient pas à risque pourraient être autorisées à reprendre une partie de leurs activités à partir du 20 avril. Cette déclaration pourrait être une réponse à la situation déjà précaire d’une partie de la population rendue invivable avec le confinement. 

Plus de 120.000 morts dans le monde 

La pandémie de coronavirus a fait plus de 120.000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi 14 avril à 11H00 GMT. Plus de 1.923.390 cas ont été diagnostiqués dans 193 pays.

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 23.649 décès pour 582.594 cas. Suivent l’Italie avec 20.465 morts, l’Espagne (18.056 morts), la France (14.967 morts) et le Royaume-Uni (11.329 morts).

— Avec AFP

Source : Sciences et avenir

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password