Coronavirus : « Les politiques de précaution en cours en valent vraiment la peine »

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus : « Les politiques de précaution en cours en valent vraiment la peine »

Tribune. Est-il vraiment utile de prolonger le confinement ? De garder un confinement partiel jusqu’à l’arrivée d’un vaccin ? Serait-il préférable de tester à grande échelle comme l’ont fait les Coréens ? Et, au final, n’en fait-on pas trop, au risque de payer un coût économique excessif ?

On peut comprendre le rôle et l’importance des paramètres de la crise pandémique et économique que nous vivons avec un modèle assez simple pour entrer dans un tableau Excel. Un tel tableau, réalisé à l’université de Princeton, est librement téléchargeable sur le site https://sites.google.com/site/marcfleurbaey/Home/covid.

Chaque utilisateur peut modifier à sa guise les paramètres du modèle (taux de transmission et de létalité du virus, comportement de précaution de la population, capacité hospitalière, dates d’arrivée des traitements efficaces et d’un vaccin, valeur de la vie), ainsi que l’ampleur du confinement et des opérations de test au cours de chaque semaine, sur deux ans.

« Aplatir la courbe » est essentiel

Le modèle permet de comparer la valeur des vies sauvées à une estimation sommaire du coût économique des politiques de confinement. Le modèle s’applique pour le moment à trois pays : France, Royaume-Uni et Etats-Unis.

Il y a trop d’incertitude sur des données importantes pour faire des prévisions sérieuses aujourd’hui, mais avec un tel outil on peut mieux saisir la mécanique de la transmission du virus, et des façons de l’arrêter. Voici quelques leçons qui ressortent de cet exercice, tous les chiffres cités ci-dessous se référant au cas français.

Tout d’abord, le modèle confirme très clairement qu’« aplatir la courbe » est essentiel car les capacités hospitalières seraient débordées (jusqu’à 500 % ou plus) en cas d’arrivée brutale d’une vague de malades. Cette importance croît avec l’écart de mortalité entre malades pris en charge à l’hôpital et malades non pris en charge, qui n’est pas encore bien estimé mais est vraisemblablement grand d’après l’expérience italienne.

Ensuite, la différence entre la dynamique spontanée de la pandémie et les résultats de la politique actuelle de précaution est considérable. On peut vraiment diviser la mortalité par dix ou même vingt. Ceux qui diront qu’on en a fait trop quand on verra que les chiffres finaux ne sont pas très différents d’une forte grippe saisonnière seront dans l’erreur. Les morts évitées n’apparaîtront pas dans les statistiques officielles, mais ce modèle en donne une idée.

Source officielle de cet article : Le Monde

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password