Coronavirus: reprise partielle de l'activité économique à Téhéran

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus: reprise partielle de l'activité économique à Téhéran

Publié le :

Une semaine après la réouverture des activités économiques en province, le gouvernement iranien a autorisé la reprise des activités dans la capitale, malgré la crainte d’une relance de l’épidémie du coronavirus.Le Covid-19 a fait plus de 5000 morts en Iran, selon les chiffres officiels annoncés samedi à Téhéran.

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

La vie économique a repris à Téhéran une semaine après les villes de province. Cette reprise partielle se fait après un mois de fermeture complète. Depuis une semaine, les chiffres des personnes contaminées et des morts sont en baisse.

Pour Saïd, âgé de 56 ans, qui tient une blanchisserie dans le nord de Téhéran, la réouverture de son magasin son fait avec une certaine inquiétude: «Notre syndicat nous a informé que notre activité est passé de l’échelle à risque à l’échelle peu de risque. On nous a donné l’autorisation d’ouverture et je suis inscrissur le site du ministère de la Santé. J’ai repris le travail ce matin. Mais nous sommes inquiets, car il y a des sons de cloches différents. Certains disent que le virus est parti, d’autres disent que l’épidémie peut reprendre de nouveau».

Reste que l’autorisation de la reprise des activités économiques ne concerne pas tout le monde. Les cafés, les restaurants, les centres sportifs et culturels, les grands centres commerciaux ou encore le Bazar de Téhéran sont restés fermés.

Hossein, un commerçant d’une trentaine d’années, qui travaille dans le Bazar, avait réouvert son magasin, mais les agents lui ont demandé de fermer de nouveau. Il explique les dégâts économiques: «Ils nous disent de fermer. Depuis le le 29 esfand, nous sommes fermés. Le matin, Depuis le 29 du mois dernier, le magasin est fermé. Cela fait un mois. On a perdu au moins 30 à 40 millions de touman. Nos marchandises sont restées sur nos bras». Cette perte sèche représente environ 2000 euros, ce qui est beaucoup pour ce commerçant.

Le gouvernement, qui se base sur les chiffres officiels de la baisse du nombre des personnes contaminées et des morts, a parié sur une réouverture partielle de l’économie, tout en demandant à la population de respecter les consignes de distanciation, qui ne sont pas toujours respectées.

Source du post: RFI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password