Des requins pèlerins pointent le bout de leurs ailerons dans la rade de Brest

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Pompiers du Finistère
Pas de confinement pour les requins pèlerins qui se baladent en ce moment dans la rade de Brest. Ils ont été aperçus jusque dans le port de commerce par des pêcheurs ou des plaisanciers et plus loin, dans l’anse de Bertheaume.

Informé de leur présence, Mathieu Carpentier, habitant de Plougonvelin a sorti son drone pour suivre ces espèces. Il en a repéré un jeudi 9 avril et quatre le samedi suivant. 
 

Une espèce régulièrement observée… mais pas si près des côtes

Observer des requins pèlerins en cette période « n’a rien d’exceptionnel« , indique Eric Stéphan, coordinateur et co-fondateur de  l’association pour les études et la conservation des sélaciens (Apecs).

« Le printemps est une période favorable à leur apparition car c’est une espèce qui se nourrit de plancton et les eaux bretonnes en sont riches en ce moment.«

Leur présence est assez variable d’une année sur l’autre mais ils apparaissent généralement dans le sud de la Bretagne, avec une forte présence autour des Glénans.

Mais leur présence si près des côtes, notamment dans le port, reste un phénomène plus rare. Le dernier signalement dans le goulet de Brest remonte à 2014.
 
 

22 observations en une semaine

Combien sont-ils à se promener dans la rade ? Difficile à dire.

L’Apecs a reçu 22 signalements depuis le 6 avril mais « un signalement peut correspondre à une observation de deux requins tout comme ces mêmes requins peuvent être aperçus à différents endroits, par des personnes différentes« , précise Alexandra Rohr, chargée de mission au sein de l’association.
 

« Pour identifier l’animal, il nous faudrait à chaque observation des photos nettes pour que l’on puisse comparer leurs marques ou encore leur taille, ce qui est très difficile à mettre en oeuvre. »  

Les requins pèlerins récemment observés font « entre trois et six mètres« , selon les informations d’Alexandra Rohr, mais ils peuvent atteindre 12 mètres de long, ce qui en fait les plus grands requins du monde, après les requins-baleines. « Ces géants des mers sont impressionnants mais parfaitement inoffensifs« , sourit Eric Stéphan.
 

Les effets du confinement ?

Leur présence si près des côtes serait-elle un des effets du confinement ? « C’est une grande question, mais sans doute car les activités nautiques sont réduites et les animaux moins dérangés. Peut-être aussi que les gens, confinés en bord de mer, sont plus attentifs à ce qu’ils se passe sur l’eau« , suppose Eric Stéphan. 

Plusieurs phénomènes similaires ont été notés ailleurs en France, à Marseille par exemple où des rorquals sont observés au large des Calanques, mais aussi dans les villes, comme à Paris où, tout aussi insolite, des canards ont été aperçus sur le périphérique. 

 

Source : Franceinfo

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password