Disney France tout ce qu’il faut savoir sur le concurrent de Netflix

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Disney+ en France : prix, catalogue, nouveautés… tout ce qu’il faut savoir sur le concurrent de Netflix
Table de contenu

Disney+ est désormais disponible en France depuis ce mardi 7 avril 2020. Combien coûte l’abonnement ? Combien de profils peuvent-ils être créés ? Quelles sont toutes les séries, films, documentaires et dessins animés dans son catalogue ? Y aura-t-il beaucoup de nouveautés chaque semaine ? Êtes-vous contraints de passer par Canal+ pour l’utiliser ? Comment pouvez-vous regarder Disney+ sur votre TV ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur la nouvelle plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD).

Ça y est : Disney+ est enfin disponible en France. La plateforme avait annoncé ce 21 mars qu’en accord avec le gouvernement français, elle reportait son lancement en France au 7 avril 2020, et non plus au 24 mars comme prévu initialement. C’est donc dans la nuit du 6 au 7 avril que le service a été officiellement lancé. Il est désormais accessible directement sur le site de Disney+ ou via les applications Android ou iOS. Il est également possible de s’abonner à Disney+ dans Canal+, a confirmé sur Europe 1 Maxime Saada, le DG du groupe Canal+, qui a noué des partenariats forts avec la firme de Mickey.

Disney+ et l’histoire d’un lancement retardé

À la mi-mars 2020, le gouvernement avait demandé à Disney+ « d’ajuster son offre sur le marché », selon les Echos, de peur que les réseaux internet européens ne soient surchargés à cause de l’afflux de connexions à internet. La vidéo est en effet ce qui consomme le plus de bande passante sur le net, loin devant tout le reste, et les infrastructure de Disney+ ont des spécificités qui inquiétaient les pouvoirs publics. C’est pour cette raison que la plateforme de SVOD a accepté de repousser son lancement de deux semaines en France. La date du 24 mars a en revanche été maintenue pour d’autres pays européens comme l’Italie, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche, l’Irlande l’Espagne et le Royaume-Uni — où Disney s’est toutefois engagé à réduire son débit. Une semaine plus tôt, l’insouciance régnait encore ; les rumeurs allaient bon train sur la possibilité pour Disney d’avancer le lancement de sa plateforme, à cause de la situation liée à l’épidémie de coronavirus en France qui pousse les habitants à rester confinés chez eux. « Nous sommes désolés de ne pouvoir avancer le lancement de Disney+ », avait annoncé Disney+ sur Twitter. « Nous avons reçu des messages sur les réseaux sociaux, qui nous demandaient d’avancer la date de lancement. Malheureusement, ce n’était pas possible  », a confirmé au Monde Kevin Mayer, en charge de la stratégie consommateur chez Disney. Cette époque semble désormais bien lointaine. Disney a annoncé pour la première fois son service de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) Disney+ il y a près d’un an, le 11 avril 2019, lors d’une conférence avec ses actionnaires, faisant part de ses très hautes ambitions dans la vidéo en ligne. Depuis, la multinationale américaine continue de confirmer son statut de concurrent sérieux de Netflix, Amazon Prime Video et les autres plateformes actuelles. Le service de SVOD a été lancé dans quelques pays comme les États-Unis le 12 novembre 2019, et arrivera bientôt en France et en Europe. Coût de l’abonnement, interface, contenus : voici tout ce que l’on sait sur le futur service de SVOD de Disney.

Qu’est-ce que Disney+ ?

Disney+ est une plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD), ce qui signifie que les abonnés paient une somme fixe par mois pour avoir accès à un catalogue de contenus vidéo en streaming, accessibles de manière illimitée. C’est un concept différent de la VOD (vidéo à la demande) qui permet de payer à l’unité pour un contenu (en déboursant par exemple 3 euros pour louer un film, ou 10 euros pour l’acheter en dématérialisé). Le service fonctionne donc sur le même principe que Netflix, lancé en France en 2014, Canal+ Séries, ou encore Salto, la future plateforme française (qui devrait toutefois mélanger une partie de SVOD avec une partie de diffusion de chaînes en direct). Disney+ a un positionnement ouvertement très « familial », à l’inverse de Netflix, qui ne dispose pas vraiment de ligne éditoriale propre, mais se voit plus comme un grand supermarché qui propose des contenus variés pour que tous ses abonnés puissent s’y retrouver. On compare souvent les deux géants entre eux, alors qu’ils ont des postulats, des catalogues et des offres très différentes. Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons rédigé un grand comparatif des offres Disney+ et Netflix.

Quand sortira Disney+ en France ?

Disney+ est disponible depuis le 12 novembre 2019 aux États-Unis, au Canada, en Nouvelle-Zélande et aux Pays-Bas. Pour le reste de l’Europe, il faut se montrer plus patients. Le programme de déploiement que Disney avait annoncé était entre février et mai 2020 : c’est finalement au tout début de l’été que Disney+ arrive chez nous. En France, l’offre de Disney+ est disponible depuis le 7 avril 2020 : la multinationale a d’abord annoncé qu’elle avançait d’une semaine le lancement de son offre, qui était à l’origine prévue pour le 31 mars 2020, tout comme au Royaume-Uni, en Espagne, Allemagne et Italie. Aucun de ces pays ne bénéficiera d’un lancement plus tôt que prévu, malgré l’épidémie de coronavirus qui touche de nombreux États de l’Union européenne. Au contraire, Disney a expliqué que la France connaîtrait finalement un report de deux semaines pour éviter tout risque de saturation de bande passante.
Kevin Mayer, président en charge des relations clients, a soutenu que d’autres pays européens auraient accès à Disney+ le 24 mars comme prévu, mais sous surveillance accrue : «  En prévision d’une forte demande pour Disney+, nous mettons en place de manière proactive des mesures pour réduire l’utilisation globale de la bande passante d’au moins 25 % dans les pays lançant Disney+ le 24 mars », peut-on lire dans le communiqué officiel.
Disney a également annoncé que son service de SVOD arriverait au moins en Belgique, au Portugal et dans les pays scandinaves à l’été 2020. Disney projette d’avoir entre 60 et 90 millions d’abonnés d’ici 2024. En 2019, Netflix disposait de 158 millions d’abonnés dans le monde, ayant profité du statut de leader pendant des années.

Disney+ en Europe

La France est le seul pays où Disney a repoussé son lancement, à la demande du gouvernement français, qui justifiait cette exigence par des questions techniques — tandis que d’autres soulignaient les jeux de pouvoirs sous-jacents avec les opérateurs français. Disney+ a en revanche bien été lancé le 24 mars au Royaume-Uni, en Irlande, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Autriche et en Suisse. Au total, l’application aurait été téléchargée 5 millions de fois en 24 heures, iOS et Android confondu a relevé le Figaro après un communiqué d’App Annie (référence sur les statistiques de téléchargements d’apps), ce qui donne une idée de l’intérêt des populations pour le service de SVOD, mais n’est pas un indicateur fiable pour jauger exactement le nombre d’utilisateurs (par exemple, plusieurs personnes peuvent télécharger l’application et utiliser le même compte, vu qu’il peut y avoir jusqu’à 7 profils par abonnement).

Disney+ et le cas indien

En Inde, Disney+ avait été lancé par surprise le 11 mars 2020. Il s’agit d’une arrivée un peu spéciale, car la multinationale a décidé de passer par une application qui existait déjà, et était très populaire, Hotstar, qui lui appartient. Les contenus de Disney+ ont été rajoutés dans Hotstar, qui a été renommée Hotstar Disney+ pour l’occasion, avec un redesign de son interface. Mais, quelques heures plus tard, la multinationale avait finalement fait volte-face, précisant qu’il ne devait en fait s’agir que d’un « test » limité. Le 20 mars 2020, Disney a ensuite pris une décision plus importante : repousser le lancement officiel de Disney+ en Inde, pour une raison inattendue : le report du championnat annuel de cricket, extrêmement suivi en Inde. Disney espérait en effet s’appuyer sur le succès de la Indian Premier League, visionnable dans Hotstar, pour intéresser les abonnés à ses contenus Disney+. Il n’y a pas encore de nouvelle date officielle de sortie. Puis finalement, le 3 avril 2020, Disney+ s’est lancé officiellement en Inde avec un tarif très concurrentiel de 18,5 euros l’année (contre 69,99 euros en Europe), et sans se baser sur l’Indian Premier League,

Disney+ au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Disney+ sera disponible dans 17 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient à compter du 9 avril, a révélé Reuters le 2 avril. Il s’agit d’un partenariat exclusif avec le diffuseur OSN, qui va permettre la diffusion des contenus de la plateforme de SVOD sur des chaînes payantes et en streaming.

Quel est le prix de Disney+ en France ?

Les tarifs annoncés par Disney semble, de prime abord, très concurrentiels. Depuis la mi-janvier, on connaît le montant des abonnements pour Disney+ en Europe et en France : il faut compter 6,99 euros par mois (ou 5,99£ au Royaume-Uni) ou 69,99 euros par an (59,99 £). L’offre est sans engagement, ce qui signifie que les clients peuvent se désabonner quand ils le souhaitent. «  La résiliation prendra effet à la fin de la période de facturation en cours », a précisé Disney dans un tweet. Alors qu’en Europe, certaines branches de Disney lancent des promotions à 59,99 euros au lieu de 69,99 euros l’année, la France fait figure d’exception, car elle a noué un partenariat exclusif avec Canal+, qui sera le seul distributeur officiel du service de SVOD sur les box Internet. Nous avons pu confirmer que Disney+ n’offrira pas de réduction à 59,99 euros en France à son lancement. À l’international, les tarifs sont peu ou prou les mêmes : 6,99 dollars par mois ou 69,99 dollars par an (soit 5,75 dollars par mois) aux États-Unis, et 6,99 euros par mois aux Pays-Bas.

Disney+ dans Canal+ : le détail des offres pour anciens et nouveaux abonnés

Canal+ avait d’ores et déjà annoncé à ses clients actuels que les abonnés à son offre Ciné/Séries et Intégrale+ auront droit à Disney+ gratuitement dans leur abonnement. Les autres packs (Famille et Canal+) bénéficieront « seulement » de Disney+ gratuitement pendant un an. On connaît désormais aussi le détail entier de toutes les offres pour les nouveaux abonnés, qui incorporent majoritairement le service américain dans les abonnements Canal+ :
  • L’abonnement de base à Canal+ (19,90€/mois) contiendra Disney+ gratuitement, et ce  jusqu’à la fin de l’offre de lancement le 3 juin 2020 (engagement 2 ans) ;
  • Les packs Famille+ et Ciné/Séries incorporent Disney+ avec des réductions intéressantes (ils passent respectivement à 29,90€/mois et 34,90€/mois) ;
  • Le pack Intégrale+ incorpore Disney+ pour 89,90€/mois (engagement 2 ans)

Comment s’abonner à Disney+ en France ?

Il est possible de vous abonner à Disney+ dès maintenant, en passant soit par un abonnement à Canal+, soit directement dans votre navigateur d’ordinateur sur disneyplus.com, soit en téléchargeant l’application : Il y a une semaine de test gratuit avant de passer au paiement : attention, vous devrez quand même rentrer vos coordonnées bancaires pour pouvoir accéder à la semaine d’essai offerte.

Combien de profils sur Disney+ ?

Il sera possible de créer jusqu’à 7 profils différents pour une utilisation jusqu’à 4 écrans simultanés, et de télécharger les contenus de manière illimitée sur 10 appareils différents. Aux États-Unis, Disney propose également un abonnement groupé avec ses trois services de SVOD : Disney+, Hulu et ESPN+ (pour le sport), pour moins de 13 dollars par mois — cette offre n’existe pas chez nous.

Comment regarder Disney+ en France

Disney+ est accessible sur :
  • Site desktop ;
  • Tablette ;
  • Mobile ;
  • Consoles ;
  • Télévisions connectées
En France, Disney+ est disponible en OTT (sur mobile, tablette et ordinateur) mais aussi via les box internet grâce au partenariat inédit avec Canal+, annoncé le 14 décembre. En France, il y aura donc deux manières de regarder Disney+ :
  • Via les box internet des opérateurs : il faut utiliser l’app MyCanal pour avoir accès au catalogue Disney, car les deux géants ont conclu un accord récemment. Disney n’a pour l’instant passé aucun accord avec les FAI (SFR, Bouygues, Orange et Free), car il demanderait notamment une somme très élevée (Le Monde fait mention de 100 millions d’euros sur 5 ans par opérateur).
  • En OTT (over-the-top) c’est-à-dire en téléchargeant directement l’application Disney+ sur votre mobile, tablette ou box multimédia (Apple TV, Shield TV…).
Le 5 mars 2020, Amazon a annoncé qu’il sera possible de regarder Disney+ sur Fire TV Stick et sur les tablettes Fire d’Amazon. Disney+ a récemment partagé une vignette qui montre l’étendue des outils et appareils qui permettront de regarder ses contenus sur votre téléviseur :
  • Apple TV
  • Fire TV
  • Android TV
  • Roku
  • Chromecast
  • Consoles (PS4 et Xbox)
  • Téléviseurs connectés LG (« dans la mesure où leur téléviseur est équipé de webOS d’une version de 2016 ou supérieure  », précise la marque) et Samsung

Quels films et séries sur Disney+ ?

C’est la force de Disney : la multinationale est un ogre qui dispose d’un très grand nombre de marques (Pixar, Marvel, FOX). C’est pour cette raison que Disney a pu, par exemple, annoncer qu’il y aura, en exclusivité sur Disney+, les 30 saisons de la série culte Les Simpson (soit environ 242 heures de la célèbre famille jaune mises à la disposition des abonnés). Aux États-Unis le catalogue de Disney+ compte plus d’un millier de contenus, dont :
  • Les blockbusters Marvel actuels et futurs (Captain Marvel, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3, Doctor Strange 2, etc.),
  • Les Star Wars actuels et futurs,
  • Les films Pixar et Disney actuels et futurs (Toy Story 4, Frozen 2),
  • Les contenus de 21st Century Fox — rachetés pour 71,3 milliards de dollars — comme Avatar, la saga X-Men, mais aussi des séries cultes comme Futurama, Malcolm in the Middle (et donc, Les Simpson).
Disney+ aura également des contenus exclusifs qui sont en cours de production, dont plusieurs séries sur des super-héros (Loki, la Sorcière Rouge, Falcon, Hawkeyee, Winter Soldier) mais aussi des séries sur Star Wars comme The Mandalorian, qui a été diffusée à raison d’un épisode par semaine à partir du 12 novembre. « Disney sera lancé en novembre avec plus de 25 séries originales et 10 films originaux et des documentaires  », avait affirmé l’entreprise dans un communiqué. Le catalogue annoncé est de plus de 7 500 épisodes de séries et 500 films.

Le catalogue français de Disney+ dévoilé

En France, le catalogue est forcément plus hasardeux. en raison de la loi sur la chronologie des médias qui impose un certain nombre de contraintes aux plateformes de SVOD, en terme de délai avant de pouvoir récupérer un film après sa sortie en salles, qui peut s’étendre jusqu’à 36 mois en fonction des investissements financiers de la multinationale dans la fiction française — qui sont quasiment inexistants pour l’instant. Le 6 mars 2020, Disney a présenté dans un communiqué l’intégralité des séries, films et dessins animés qui seraient disponibles dans son catalogue français à son lancement le 24 mars. On y trouve beaucoup de contenus froids, à travers ses différentes marques et franchises (Disney, Pixar, Marvel, Star Wars, National Geographic). Nous avons compilé dans un autre article la totalité des titres présents dans Disney+ France : on y trouve beaucoup de dessins animés et films, ainsi que les 30 saisons des Simpson mais aussi 26 « créations originales » qui n’existeront nulle part ailleurs.

Les nouveaux contenus à venir sur Disney+

Une diffusion hebdomadaire pour les séries originales

Pour palier ce peu de contenus « frais », Disney+ a d’ailleurs décidé de reproduire sa stratégie américaine en France, et diffuser les épisodes de sa série The Mandalorian de manière hebdomadaire ; une stratégie qui peut paraître poussive car elle créera de facto une différence de traitement entre les abonnés français et les abonnés américains, qui paieront pourtant le même tarif pour leur abonnement. Dans un communiqué du 19 mars 2020, Disney a donné plus de précisions sur les dates de diffusion :
  • The Mandalorian : les deux premiers épisodes seront disponibles le 24 mars, puis le troisième arrivera le 27 mars. Ils sortiront ensuite tous les vendredis.
  • Star Wars : The Clone Wars : les deux premiers épisodes seront disponibles le 24 mars,  puis il y aura deux épisodes chaque vendredi à partir du 27 mars, et ce jusqu’au 17 avril 2020. L’idée est de pouvoir « rattraper » le retard (mais en insistant quand même sur la stratégie de diffusion hebdomadaire) par rapport aux États-Unis où la série est déjà sortie à la mi-février. À partir du 17 avril, il n’y aura plus qu’un épisode par semaine en diffusion simultanée à travers tous les pays.
Les autres séries originales sortiront aussi au compte-goutte, à raison d’un épisode chaque vendredi. Un film pour jeune public, Artemis Fowl, sera par ailleurs mis en ligne sur la plateforme en France en juin, sans passer par la case « sortie en salles de cinéma ».

Les problèmes de Disney+

Il semblerait que le positionnement très « familial » de Disney+ pose quelques soucis au niveau des choix créatifs. Récemment, le reboot annoncé de Lizzie McGuire, la série des années 2000, a été mis en pause après que la showrunneuse a été renvoyée par Disney. L’actrice Hilary Duff a suggéré qu’elle souhaiterait que le projet ne soit pas pour Disney+, mais qu’il soit transféré sur Hulu, l’autre plateforme de SVOD de la multinationale, qui se destine à un public plus adulte. Il faut dire que Disney avait déjà pris cette décision concernant deux autres productions : les adaptations en séries du livre High Fidelity et du film Love, Simon ont en effet été toutes les deux transférées sur Hulu avant leur lancement, car contentant trop de jurons et références à la sexualité. « Les cadres dirigeants n’étaient pas à l’aise avec l’idée d’insérer ça dans le catalogue familial de Disney+ », résume le Hollywood Reporter. Paradoxalement, la série Les Simpson, qui est aussi dans le catalogue Disney+, est pourtant très cynique et n’hésite pas à jouer sur la fibre provocatrice — mais au vu du succès de la série d’animation, Disney ne pourrait pas imaginer faire sans ses 30 saisons, qui sont un gros atout dans sa manche. En plus de ces choix, Disney aurait également annulé trois séries en développement, dont une basée sur l’univers de Tron.

Disney+ censure-t-il des films et dessins animés ?

Depuis que Disney+ est accessible en France, nous avons pu découvrir certaines modifications qui ont été apportées à des films Disney pour qu’ils correspondent à l’esprit « familial » voulu par la plateforme. Si certains dessins animés ont été modifié il y a bien longtemps car ils pouvaient porter des messages dangereux ou racistes, il semblerait qu’au moins l’un d’entre eux, le film Splash, ait été édité expressément pour Disney+ : des faux cheveux ont été rajoutés pour couvrir les fesses de l’actrice Daryl Hannah, que l’on voit bien dans la version originale.

L’interface Disney+

La plateforme française, comme nous avons pu le constater en l’essayant ce 7 avril 2020, est exactement similaire à la version américaine. Une page d’accueil très classique et épurée montre un contenu « à la Une » sous forme de bannière, avec au-dessous plusieurs franchises de Disney (Disney, Pixar, Marvel, Star Wars et National Geographic). Au niveau de la barre de menu, on voit une fonction Recherche, une liste de contenus (ceux que vous mettrez en attente de visionnage pour ne pas les oublier) mais aussi trois catégories de contenus : films, séries et « originals ». Au niveau des « fiches » de chaque contenu, l’interface de Disney+ ressemble vraiment à d’autres concurrents comme Netflix, avec une présentation brute, plutôt sobre et qui semble fonctionnelle. Les onglets en haut de la page d’accueil montrent l’importance donnée à la « liste d’attente » de l’utilisateur ou l’utilisatrice, ainsi que la mise en avant des contenus originaux de Disney+ — qui seront, rappelons-le, toutefois  peu nombreux au lancement français.

Quelques fonctionnalités méconnues de l’interface

Nous avons regroupé, dans un article à part, quatre fonctionnalités méconnues sur Disney+ mais qui peuvent être très utiles :
  • Comment modifier la taille, la police et la couleur des sous-titres ;
  • Comment désactiver la lecture automatique du prochain épisode ;
  • Comment afficher les bonus liés à contenu vidéo (making-off, scènes coupées, etc) ;
  • Comment choisir la qualité des vidéos que vous voulez télécharger sur mobile ou tablette

De la 4K sur Disney+

Disney+ propose normalement des contenus en 4K, ce qui est un énorme plus pour les amateurs de vidéo de bonne qualité. Il n’est toutefois pas sûr que les contenus disponibles soient tous en très haute définition : Disney précise en effet qu’il y a de la « ultra haute définition sur une sélection de contenus ». La multinationale va en revanche bloquer les smartphones sans Widevine L1, le système de Google sur Android. Il convient de noter qu’aucun film ni série de Disney+ ne sera accessible en 4K « pendant la durée du confinement », a précisé la plateforme dans son communiqué. En effet, comme en Europe, le débit sera réduit pour minimiser les risques de saturation des réseaux internet.

Comment télécharger les contenus de Disney+ sur votre smartphone ?

D’après Kevin Mayer, il est possible de télécharger « tous les contenus » — mais uniquement sur smartphone et tablettes. Rappelons que Netflix, par exemple, ne permet de télécharger également que certaines vidéos, et uniquement sur mobile. Il est possible de télécharger les contenus sur votre mobile, sans aucune limite — ce qui n’est pas le cas sur Netflix où seuls certains films et certaines séries peuvent être téléchargées sur smartphone. Comme l’ont noté nos confrères de Frandroid, il suffit de vous rendre dans l’app Disney+, puis  :
  • Cliquer sur votre profil ;
  • Se rendre dans les Paramètres ;
  • Aller dans les Téléchargements ;
  • Choisir la qualité (normal, moyen et élevé) du contenu enregistré.
Vous pouvez choisir si vous souhaitez que le téléchargement se fasse uniquement en Wi-Fi, ainsi que l’emplacement où vous souhaitez que soient stockés les contenus (sur le smartphone directement ou sur une carte SD si vous en avez une). Cet article a été publié la première fois début 2019. Il est régulièrement mis à jour avec les dernières nouveautés sur Disney+. Les liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. Les liens affiliés dans les articles n’ont aucun impact sur les choix éditoriaux de la rédaction de Numerama et l’angle des articles. On vous explique tout ici.
La source officielle de cet article : numerama.com
Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password