Edouard Philippe vainqueur au Havre, Marlène Schiappa recalée à Paris… Le second tour des quatre ministres encore en lice

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Edouard Philippe vainqueur au Havre, Marlène Schiappa recalée à Paris... Le second tour des quatre ministres encore en lice

Le Premier ministrea étéélu haut la mainau Havre. Les trois autres membres du gouvernement qui étaient toujours en course dimanche figurent, eux, sur des listes perdantes.

Ils étaientdix au premier tour, mais plus que quatre au second. Si une majorité de ministresont été directement élus ou réélus le 15 mars,quelques membres du gouvernement étaient encore engagés dans ce second tour desélections municipales, à commencer par le Premier ministre.

>> Municipales 2020 : suivez en direct les réactions et analyses après le second tour

Arrivé en tête au Havre (Seine-Maritime)au premier tour (avec 43,6% des voix), Edouard Philippetransforme l’essai, dimanche 28 juin, et décroche un second mandat à la tête de son fief normandavec 58,83% des suffrages, même s’il a assuré qu’il resterait au gouvernement s’il était élu à l’hôtel de ville. Qu’en est-il des trois autres ministres en ballottage ? Tour d’horizon des résultats.

Edouard Philippe garde Le Havre (etson poste de Premier ministre?)

Edouard Philippe lors des questions au gouvernement, à l’Assemblée nationale, le 16 juin 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le duel était serré. Le Premier ministrea finalement réussi à battresoncoriace concurrent communiste,Jean-Paul Lecoq, qu’il avait devancé au premier tour. Avec sa liste divers centre, il obtient 58,83% des voix au Havre.Sonrival (divers gauche), qui n’est pas parvenu à obtenir le ralliement de la liste écologiste, plafonnequant à lui 41,16%.« Les résultats sont nets et je voudrais remercier très sincèrement les Havraises et les Havrais qui nous ont chargé de poursuivre la transformation engagée il y a déjà bien longtemps », a réagi Edouard Philippe, évoquant « un acte de confiance et une responsabilité exceptionnelle ».Le chef du gouvernementjouait son avenir politique dans son bastion, mais aussi à Matignon, où son maintien, même avec cette victoire, reste incertain.

Edouard Philippe s’estévertué à ramener le scrutin à ses critères locaux, sans capitaliser sur son net regain de popularité après trois mois de gestion de crise du coronavirus. Malgré tout, cette « large victoire » est « liéeà la très bonne image qu’il a eue et qu’il s’est construite pendant la crise sanitaire »,estime le politologuePascal Perrineau,professeur des universités à Sciences Po.Surtout,le chef du gouvernement n’a cessé de clamer son amour pour la ville et la fonction d’édile, au point de mettre en ébullition lescommentateurs au sujetd’un supposé départ de Matignon.

LePremier ministreavait toutefois confirmé qu’il privilégierait son poste au sein du gouvernement à celui de maire s’il était élu, et laisseraitle second de sa liste, l’actuel maire Jean-Baptiste Gastinne (LR), aux manettes de la ville portuaire de plus de 170000 habitants. A condition, bien sûr, qu’Emmanuel Macron, qui prévoit un remaniement dans les jours ou les semaines qui viennent, continue de s’appuyer sur lui. Les deux hommes doivent se voir en tête-à-tête lundi matin à l’Elysée.Ce dernier n’a pour l’heure envoyé aucun signal clair. « Dans un camp macronien qui manque de figures populaires, se priver de quelqu’un d’aussi populaire, c’est peut-être un peu dangereux », souligne Pascal Perrineau auprès de franceinfo.

Un avis partagé par Stéphane Zumsteeg, directeur du département opinion de l’Institut Ipsos:« Edouard Philippe, ce n’est pas le François Fillon de Sarkozy, issu du même parti. C’est un allié politique, qui n’apparaît pas usé etquipèse lourd car il a apporté à Emmanuel Macron une partie de l’électorat de droite », explique-il pour franceinfo. En outre, « LREM ne dispose pas d’un grand vivier de premiers ministrables », ajoute-t-il.

>> Municipales : les résultats de la commune du Havre (Seine-Maritime) en détails

Marlène Schiappa ne siègera pas dans le 14e arrondissement

Marlène Schiappa en février 2020. 
Marlène Schiappa en février 2020. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

La secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes n’hérite même pas d’un siège de conseillère d’oppositiondans le 14e arrondissement de Paris. Marlène Schiappa figurait en deuxième positionsur la liste LREM, conduite par Eric Azière et arrivée entroisième position au premier tour(15,7%). Elle obtient 8,6% des suffrages au second, dans une quadrangulaire remportée par la liste d’union de la gauche dirigéepar la maire sortante Carine Petit (47,90%). La liste de la droite, emmenée par Marie-Claire Carrère-Gée, totalise 30,18% des voix. Quant à Cédric Villani, le candidat ex-LREM qui avait décidé de se maintenir malgré ses 12,1%, il décroche 13,29% des suffrages. Mais il ne siègera pas non plus.

« MarlèneSchiappaest allée au charbon en service commandé par l’Elysée.Il s’agit davantage d’une posture.Mais àl’issue du scrutin,ellepourramettre en valeurcette expérience de terrain, un atoutessentiel pour poursuivre une carrière politique », analysait avant le second tour pour France 24 Christian Delporte, professeur à l’université de Versailles et spécialiste d’histoire politique.

>> Municipales : les résultats du 14e arrondissement de Paris en détails

Gabriel Attal conserve son siège de conseiller municipal dans l’opposition à Vanves

Gabriel Attal à l'Assemblée nationale à Paris, le 26 mai 2020.
Gabriel Attal à l’Assemblée nationale à Paris, le 26 mai 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Gabriel Attal est rééluconseiller municipaldans l’opposition à Vanves (Hauts-de-Seine). Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse,seul membre du gouvernement à figurer sur une liste nuancée LREM,était en deuxième position sur la listeVivre Vanves, menée par Séverine Edou. Elle n’obtient que 19,87% des voix dans cette triangulaire remportée haut la main par le mairesortant Bernard Gauducheau (UDI), qui conserve son siège avec 53,35% des voix.La troisième liste, conduite parl’écologiste Pierre Toulouse et qui talonnait la liste LREM après le premier tour, obtient 26,77% des voix au second.

Ce score est malgré tout suffisant pour que les trois premiers de la liste de Séverine Edou, dont Gabriel Attal, le plus jeunemembre du gouvernement (31ans),siègent au conseil municipal.

>> Municipales : les résultats de la commune de Vanves (Hauts-de-Seine) en détails

Agnès Pannier-Runacher échoue dans le 16e arrondissement à Paris

La secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 avril 2020.
La secrétaire d’Etat à l’Economie, Agnès Pannier-Runacher, à l’Assemblée nationale, à Paris, le 29 avril 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La liste Ensemble pour Paris avec Agnès Buzyn, menée par Hanna Sebbah et sur laquelle figuraitla secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances,ne récolteque 23,79% des voix dans le 16e arrondissement,loin derrièrecelle de l’avocatFrancis Szpiner, soutien de la candidate LR Rachida Dati, qui obtient 76,2% des suffrages. Malgré le bon score de LREM aux dernières élections européennes dans le 16e, l’écart, déjà important au premier tour, n’a pas pu être comblé au second dans un arrondissement longtemps acquis à la droite.Agnès Pannier-Runacher,en septième position,ne siégeradonc pas au conseil municipal.

>> Municipales : les résultats du 16e arrondissement de Paris en détails

Source : France Info

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password