En Russie, l'économie vacille face au coronavirus

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
En Russie, l'économie vacille face au coronavirus

Publié le :

L’impact économique de l’épidémie de Coronavirus se fait sentir en Russie. Les dégâts y sont déjà très importants, en particulier pour les petites et moyennes entreprises ainsi que pour les nombreux salariés qui ne touchent plus leurs salaires depuis plusieurs semaines. C’est une véritable déroute économique qui se profile.

C’est une décision prise à la fin du mois de mars, qui a plongé toutes les entreprises de Russie dans le désarroi. Pour encourager les Russes à rester chez eux, Vladimir Poutine décide de leur octroyer des congés payés, une semaine d’abord, puis jusqu’à la fin du mois d’avril. Problème, il n’annonce aucune aide pour permettre aux entreprises de payer les salaires.

« Mon patron gagne de l’argent quand le salon ouvre, et qu’il y a des clients, nous explique Armen, un coiffeur de la région de Moscou. Mais depuis la fin mars, il n’a plus de clients, plus d’argent, et donc moi je ne gagne plus rien. » « Le problème, poursuit Armen, c’est que j’ai des emprunts à rembourser. 40 000, 45 000 roubles par mois, ça doit faire à peu près 500 euros, c’est un peu plus de la moitié de mon salaire. J’ai demandé un délai à ma banque et elle a refusé. Si tout ça continue, je ne sais vraiment pas comment je vais faire », s’inquiète-t-il.

Des aides du gouvernement russe qui arrivent trop tard

Accusé d’inertie face aux difficultés du secteur économique, Valdimir Poutine a fini par annoncer une aide exceptionnelle aux entreprises pour les aider à financer ces fameux congés payés. Cette mesure sera-t-elle suffisante ?

Pour certaines entreprises, au bord de la faillite, il est peut-être déjà trop tard. Anastasia Mesheryakova dirige une chaîne de restaurants à Moscou. Depuis le début de la crise, elle n’a réussi à garder, dit-elle, que la moitié de ses salariés. « J’ai fait les comptes hier : c’est simple notre chiffre d’affaires a été divisé par 10 ! Nous faisons encore travailler une cinquantaine de salariés, pour les livraisons… Mais les autres, on les a renvoyés chez eux, sans pouvoir les payer. Tout simplement parce qu’on ne peut pas faire autrement ! »  

De sombres prévisions pour la Russie

Selon plusieurs organisations patronales russes, plus de la moitié des petites et moyennes entreprises seraient menacées de faillite dans le pays en raison du coronavirus. Dans le secteur de la restauration et de l’hôtellerie, les prévisions sont encore plus pessimistes. « Malheureusement dans notre secteur la plupart des entreprises n’ont pas de trésorerie. Celles qui n’ont pas d’économies ou d’autres sources de revenus vont fermer », pense Anastasia Meshervakova.

Elle s’inquiète également pour l’après-confinement. « Si toutes les personnes qui venaient dans nos restaurants ont perdu leur job, et n’ont plus d’argent, nous dit-elle, il y a peu de chances qu’ils reviennent chez nous ». Les perspectives économiques pour la Russie sont particulièrement sombres : la récession qui se profile en 2020 pourrait aller de 5 à 10 % du PIB, selon les estimations.

Source du post: RFI

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password