il faut « se méfier » de certains compléments alimentaires qui perturbent le système immunitaire, prévient l’Anses

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
il faut "se méfier" de certains compléments alimentaires qui perturbent le système immunitaire, prévient l'Anses

En période de confinement, certains Français sont davantage enclins à consommer des compléments alimentaires pour renforcer leurs défenses immunitaires. Le docteur Aymeric Dopter de l’Anses met en garde : certains d’entre-eux peuvent interférer avec la réponse du corps à une infection.

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) met en garde en période d’épidémie sur certains compléments alimentaires qui affaiblissent le système immunitaire. « Nous nous sommes aperçus qu’un certain nombre de compléments alimentaires contenaient des plantes qui ont des propriétés anti-inflammatoires ou immunomodulatrices. Ces plantes peuvent interférer avec les défenses naturelles. C’est vrai en temps normal mais c’est plus particulièrement vrai en période d’épidémie », affirme samedi 18avril sur franceinfo le docteur Aymeric Dopter, adjoint au chef de l’unité des risques liés à la nutrition de l’Anses.

>> Coronavirus : suivez l’évolution de la crise sanitaire dans notre direct

franceinfo: L’Anses met en garde en ce moment contre la consommation de compléments alimentaires, ils peuvent perturber la réponse immunitaire?

Docteur Aymeric Dopter :Nous nous sommes aperçus qu’un certain nombre de compléments alimentaires contenaient des plantes qui ont des propriétés anti-inflammatoires ou immunomodulatrices. Ces plantes peuvent interférer avec les défenses naturelles. C’est vrai en temps normal mais c’est plus particulièrement vrai en période d’épidémie. Il y a toutes les plantes qui contiennent des dérivés salicylés, qui sont chimiquement très proches de l’aspirine, comme le saule, la reine des prés, le peuplier ou le bouleau. Et puis on va trouver d’autres plantes, l’harpagophytum, la réglisse, le curcuma, les échinacées. Notre avis ne se veut pas exhaustif, il donne quelques exemples de plantes qui ont ces propriétés et dont il faut se méfier.

L’inflammation est bénéfique quand elle n’est pas excessive. Au début d’une infection virale comme on connaît en ce moment, la mise en place de l’immunité passe par des phénomènes inflammatoires. Si ceux-ci sont gênés, ça peut être très gênant pour la suite.

Comment bien manger pendant le confinement?

C’est une période où on a tendance à perdre un peu ses repères, il convient surtout de conserver une alimentation variée et équilibrée. Ca veut dire manger comme on a l’habitude et puis surtout faire attention à certaines choses qui peuvent nous faire défaut. Par exemple, la vitamine D, qui est une vitamine nécessaire pour l’entretien des os et des muscles et qui participe aussi à la défense immunitaire. C’est une vitamine qui en période de confinement fait un petit peu défaut parce qu’on a tendance à être moins exposés au soleil, du fait qu’on sorte beaucoup moins. Donc c’est quelque chose qui faut aller chercher.

Pour la vitamine D, on va la retrouver essentiellement dans les poissons gras (hareng, sardine, saumon, maquereau), dans le jaune d’oeuf, dans le beurre et dans le fromage. Pour le poisson, il suffit de deux portions dont une portion de poisson gras une fois par semaine, donc deux portions par semaine. Pour ce qui est du reste, c’est à consommer dans les proportions habituelles.

Vous conseillez aux Français d’essayer de trouver un peu de soleil pour synthétiser cette vitamine D?

Une exposition même de 15 à 20minutes juste au niveau des mains, des avant-bras et du visage peut suffire à avoir la dose nécessaire pour pouvoir avoir un apport en vitamine D suffisant.

Source : Franceinfo

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password