Ils aident les Népalais à rebâtir plus solidement face au risque sismique

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Ils aident les Népalais à rebâtir plus solidement face au risque sismique

Suivez ici, tout au long de la semaine, l’actualité liée à l’environnement, l’écologie et au développement durable, dans nos départements, en France et dans le monde.

Ce Haut-Savoyard va lancer un calculateur d’impact environnemental pour les moniteurs de ski

Stéphane Lagarde est le fondateur d’Ecorider, la première école de ski engagée dans une démarche environnementale, basée à Chamonix (Haute-Savoie) et qui a aussi une antenne à Bisanne (Savoie).

S’appuyant sur son expérience accumulée ces 10 dernières années, il compte lancer un calculateur d’impact positif, avant tout destiné aux 20 000 moniteurs de ski français. Mais l’outil pourra être aussi utilisé par tous ceux souhaitant s’investir dans un mode de travail plus en phase avec l’environnement.



La poire Triomphe de Vienne. Photo archives Le DL/Jean-Yves ESTRE

Comment la poire Triomphe de Vienne a ressuscité en 10 ans

La poire Triomphe de Vienne est une variété datant de 1864, mais qui tombée en désuétude après la Seconde Guerre mondiale avant de disparaître.

Elle a fait son retour en 2008 grâce à la volonté commune des arboriculteurs et de la Ville de Vienne. Des centaines d’arbres ont été plantés. Et c’est l’office de tourisme qui a acheté intégralement les premières productions pour donner l’impulsion sur le territoire.

Aujourd’hui, le lycée hôtelier local s’en est emparé pour fabriquer des bûches aux fruits. Et un géant de la restauration collective a contribué au projet. « Si ça marche, Sodexo prendra encore plus de poires l’an prochain, pour déployer le dessert de Noël dans l’ensemble de ses restaurants de la région Auvergne-Rhône-Alpes », confie le directeur adjoint de l’établissement.

Eleveurs et associations écologistes ensemble contre le projet d’ecoscore sur les produits alimentaires

Cette semaine, éleveurs (l’interprofession de la viande Interbev), associations de consommateurs et écologistes (17 organisations), ainsi que l’intégralité de la filière bio française et la Confédération paysanne se sont élevés contre le projet du gouvernement de notation environnementale des produits alimentaires. Un système qu’ils jugent trop favorable à l’élevage intensif et industriel.

Cet « ecoscore » devrait entrer en test début 2021.

Mais la méthode de calcul pose problème car elle consiste à additionner les impacts environnementaux négatifs tout au long du cycle de production, sans tenir compte des points positifs comme l’entretien des prairies, le stockage du CO2 ou une moindre utilisation de pesticides.

Au Venezuela, face aux coupures d’eau, les forages privés se multiplient

Face aux coupures d’eau incessantes, les forages de puits privés se multiplient à Caracas, la capitale du Venezuela. Les habitants se cotisent pour avoir un accès direct à la nappe phréatique. Forer le sol jusqu’à 90 mètres de profondeur peut coûter jusqu’à 17 000 euros.

Près de neuf Vénézuéliens sur dix endurent des coupures d’eau. Quelque 56 % des 30 millions d’habitants du pays sont contraints de faire des réserves d’eau dans des bidons ou des bouteilles.


Voie ferrée SNCF à Saint-Egrève (Isère). Photo d'illustration Le DL/Vincent PAULUS


La SNCF tient son alternative au glyphosate pour désherber les voies (mais ça reste un herbicide)

La SNCF utilise entre 35 à 38 tonnes de glyphosate par an pour désherber ses voies et leurs abords, un impératif de sécurité.

Le groupe public, qui s’est lancé dans la recherche d’alternatives depuis 2016, a trouvé une solution : un herbicide composé à plus de 95 % d’acide pélargonique et d’une molécule de synthèse de la famille des sulfonylurées. La nouvelle solution, beaucoup plus chère, sera utilisée dès l’année prochaine.

A plus long terme, la SCNF souhaite sortir des produits phyto de synthèse et lorgne vers les expériences de ses voisins européens : de nouveaux produits de biocontrôle, le désherbage électrique, la vapeur d’eau, des robots faucheurs…

La société publique envisage aussi une étude sur les ondes électromagnétiques et songe à la pose de géotextiles ou à l’ensemencement choisi.

AFP

En Isère, cette plateforme chimique veut devenir la première débarbonée en Europe

Le groupement d’intérêt économique Osiris ambitionne de faire de la plateforme chimique des Rouches-Roussillon (Isère) la première en Europe à être totalement décarbonée.

Le site va bénéficier du plan de relance national pour mener à bien son projet, qui passe notamment par la mise en place d’une chaudière de valorisation énergétique destinée à traiter des résidus, et par l’arrêt total de l’utilisation du charbon.


La grotte Chauvet. Photo Stéphane JAILLET
La grotte Chauvet. Photo Stéphane JAILLET

La grotte Chauvet se dévoile encore un peu plus dans un atlas

La grotte Chauvet, découverte en 1994 dans le sud de l’Ardèche et qui abrite les plus vieilles peintures du monde, continue de se dévoiler.

Un atlas de 384 pages, premier volume d’une monographie, vient d’être publié et donne à voir des cartes très détaillées en grande dimension. Elles mettent en contexte la grotte avec sa diversité à la fois paysagère, géologique et géomorphologique.

Les prochains volumes seront consacrés à l’art pariétal, l’homme et l’animal.

Une commune sur trois éteint l’éclairage la nuit, un plus pour la biodiversité

En 20 ans, la quantité de lumière émise la nuit a augmenté de 94 %. Autant dire qu’il reste des efforts à fournir pour lutter contre la pollution lumineuse nocturne, et ainsi mieux préserver la biodiversité et la faune nocturne, réduire l’impact écologique et la facture énergétique.

Les deux confinements ont converti temporairement des villes à l’extinction de l’éclairage public, déjà pratiqué complètement dans 12 000 des 35 000 communes françaises.

C’est le cas à Magny-sur-Tille (Côte-d’Or) depuis 2009. Où l’extinction a permis de « respecter le cycle naturel et la vie animale, déclare à l’AFP le maire Nicolas Bourny. C’est bon pour la biodiversité, pour les chauves-souris par exemple, qui mangent les moustiques, mais c’est aussi bon pour les personnes car l’obscurité, qui évite les perturbations endocriniennes, fait partie du bien vivre ».

A Salaise-sur-Sanne (Isère), on envisage aussi la diminution voire l’extinction pour des raisons agricoles. Un conseiller municipal indique : « Les papillons de nuit, attirés par les candélabres, peuvent piquer les fruits. Si le problème arrivait, il serait envisageable de sectoriser les éclairages. »


Test de la vague artificielle sur le Thiou. Photo Quentin TRILLOT/Ville d'Annecy


Voilà le premier spot de surf sur rivière en site naturel dans la région

C’est une nouveauté en Auvergne-Rhône-Alpes. La vague artificielle aménagée sur le Thiou, à Annecy (Haute-Savoie), est le premier spot de surf de rivière en site naturel de la région.

Elle vient d’être testée cette semaine et sera inaugurée au premier trimestre 2021.

Le projet porté par l’association Surfeurs d’eau douce se veut sans impact sur l’écosystème.


Réparation de conduites d'eau à Aix-les-Bains. Photo Le DL/Muriel BERNARD
Réparation de conduites d’eau à Aix-les-Bains. Photo Le DL/Muriel BERNARD

En Savoie, on répare les canalisations avec une méthode présentée comme plus écolo

Pour la première fois, une collectivité savoyarde – la communauté d’agglomération Grand Lac – utilise une méthode permettant de réparer les canalisations sans avoir à ouvrir la route avec une longue tranchée.

La rénovation à la résine polyuréthane alimentaire, si elle fait gagner du temps et économiser de l’argent, serait aussi plus écologique, selon l’entreprise bretonne mandatée pour venir réaliser les travaux sur les réseaux d’eau potable d’Aix-les-Bains.

En Chartreuse comme à Privas, de nouvelles véloroutes en vue

Pouvoir relier le lac de Paladru depuis les autres lacs alpins (Léman, Annecy, Bourget et Aiguebelette) à vélo sur des itinéraires cyclables, tel est le projet qui se dessine en Chartreuse.

Cette future véloroute des cinq lacs pourrait s’étendre jusqu’à Voiron et donc être raccordée à la véloroute traversant la vallée de l’Isère, elle-même reliée à la ViaRhôna.

Plus au sud, en Ardèche, une nouvelle étape a été franchie pour la future voie douce de l’Ouvèze avec le vote du plan de financement. Cette véloroute de 20 kilomètres reliera Privas au Pouzin.

Sur le même thème, à lire aussi : notre panorama réalisé cet été sur les futures infrastructures pour le vélo en Savoie

Ella, 9 ans, morte à cause de la pollution de l’air à Londres

C’est la première fois que la justice britannique reconnaît le rôle de la pollution de l’air dans un décès : elle a estimé mercredi qu’elle avait contribué à la mort d’une fillette de neuf ans à Londres.

Ella Adoo-Kissi-Debrah est décédée le 15 février 2013 d’une grave crise d’asthme. Elle vivait à moins de 30 mètres d’une voie très empruntée, et a été exposée à des niveaux de dioxyde d’azote et de particules dépassant les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Entre 28 000 et 36 000 décès survenant au Royaume-Uni chaque année sont estimés être liés à la pollution de l’air. Le chiffre est de 7 millions à l’échelle du monde, selon l’OMS.

Sur le même thème, à lire aussi : la qualité de l’air se dégrade dans le secteur du Mont-Blanc ; et une étude montre que le diesel pollue parfois moins que l’essence


Chantier de construction de logements dans l'Ain. Photo d'illustration Le DL/Dominique BESSON


Le bâtiment n’a jamais autant émis de gaz à effet de serre

Les émissions de CO2 du secteur du bâtiment ont atteint un niveau jamais vu au niveau mondial, a prévenu mercredi l’ONU dans un rapport. L’étude concerne à la fois l’énergie utilisée lors de la construction et celle consommée par l’existant.

En 2019, le secteur a émis dix milliards de tonnes de CO2, qui est le principal gaz à effet de serre.

Le même jour, le groupe Bouygues a annoncé son intention de réduire de 30 % les émissions de sa filiale de travaux routiers et ferroviaires Colas, et de 40 % celles de ses autres activités de construction avant 2030. Des ambitions qui passent par l’utilisation accrue de béton à la fabrication moins polluante.

Son concurrent Vinci avait promis en début d’année de réduire ses émissions de CO2 de 40 % d’ici à la fin de la décennie.

AFP


L’Esplanade, à l'entrée de Grenoble, va être requalifiée. Photo Le DL/Anaïs MARIOTTI
L’Esplanade, à l’entrée de Grenoble, va être requalifiée. Photo Le DL/Anaïs MARIOTTI

Grenoble va multiplier les îlots de verdure, et Annemasse créer un nouveau parc

La Ville de Grenoble (Isère) a annoncé un plan d’aménagement de nouveaux îlots de verdure – 11 d’ici 2022 et 17 à horizon 2025 – afin d’amplifier la transition et de lutter contre le réchauffement climatique.

Certains chantiers vont bientôt débuter. Près d’un hectare de surface sera notamment désimperméabilisé et enherbé à son entrée de ville nord-ouest.

En Haute-Savoie, ce sont 800 arbres de plus qui vont être plantés dans les 5 ans à venir à Annemasse, où un nouveau parc verra le jour en 2022. La ville consacre actuellement 22 % de sa surface totale aux espaces verts.

Une dameuse fonctionnant à l’hydrogène bientôt en test

Une dameuse équipée d’une pile à combustible à hydrogène, combinée à un moteur électrique, va bientôt entrer en phase de test active, alliant réduction d’empreinte écologique et économie des ressources pour la gestion des pistes.

Cette innovation est présentée comme une première mondiale par son concepteur, le constructeur italien Prinoth. 

Les supermarchés doivent faire beaucoup plus contre les pesticides, demande Greenpeace  

Greenpeace a relevé dans un rapport les efforts insuffisants de la grande distribution française dans la lutte contre la présence de pesticides dans l’alimentation.

L’association de défense de l’environnement a lancé en 2015 la « Course zéro pesticide« , mettant en concurrence les sept enseignes qui pèsent 85 % des parts de marché, afin de « les encourager à s’attaquer au sujet de l’agriculture écologique ».

L’ONG souligne aussi les imperfections de certains labels comme Zéro résidu de pesticide (ZRP) qui « ne certifie pas l’absence de l’utilisation de molécules dangereuses ». Prudence aussi sur la certification Haute valeur environnementale, qui n’est qu’ »une première étape vers le changement de pratiques ». 


Marche pour le climat à Grenoble, le 1er février 2020. Photo archives Le DL/ Benoit LAGNEUX


De plus en plus d’actions en justice pour la cause climatique

Dénonçant l’inaction des gouvernements en matière climatique ou les politiques polluantes de grandes entreprises, de plus en plus de citoyens se tournent vers la justice

Plus de 1 700 affaires liées au climat dans le monde, majoritairement aux Etats-Unis, sont recensées sur la base de données du Sabin Center for Climate Change Law. La hausse du contentieux climat, est « spectaculaire depuis cinq ans », explique à l’AFP son directeur exécutif Michael Burger.

« Peu d’actions en justice ont vraiment abouti à des résultats positifs pour l’instant», estime Marta Torre-Schaub, chercheuse à l’université Panthéon-Sorbonne. Mais « les États ou les entreprises prennent au sérieux ces questions, parce qu’ils savent qu’il y a des risques de contentieux ».

Citons par exemple l’Affaire du siècle portée en France par des ONG et 2,3 millions de citoyens.

Première expérimentation de stockage d’hydrogène vert dans des cavités salines

La production d’hydrogène renouvelable, par électrolyse de l’eau, semble être une solution d’avenir. Dans cette perspective, la commune d’ Étrez (Ain) va accueillir le premier site français de stockage d’hydrogène « vert » dans des cavités salines, entre 500 et 1 500 mètres sous terre.

Storengy, leader européen en stockage souterrain de gaz naturel, va lancer l’expérimentation en 2021. Espérant faire de ce site « une référence sur le continent » selon son directeur des opérations.

Franz Lahaie, ingénieur à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques, souligne que, si l’hydrogène est un gaz facilement inflammable, le sel est propice à la sécurité. « Nous avons de très bons retours d’expérience sur la capacité d’une cavité dans le sel à pouvoir rester étanche sur le long terme et à tenir sur le plan mécanique. »


Panneau des risques d’avalanche. Photo d’illustration Le DL/Sylvain MUSCIO
Panneau des risques d’avalanche. Photo d’illustration Le DL/Sylvain MUSCIO

Météo France s’appuie désormais aussi sur des guides pour ses bulletins d’avalanche

Pour produire ses bulletins d’avalanche par massif, Météo France dispose de 150 postes nivo-météorologiques répartis dans les stations françaises, avec le relais des pisteurs.

Et nouveauté depuis cette année et une convention signée avec le Syndicat national des guides de montagne : une douzaine de professionnels vont fournir des observations depuis le terrain. Une expérimentation menée en Savoie, Haute-Savoie et dans les Hautes-Alpes.

A Ferney, on va replanter les mêmes espèces de tilleuls qu’au temps de Voltaire

Les abords du château de Voltaire, à Ferney-Voltaire (Ain), changent de visage. Cette phase de requalification passe par l’abattage d’arbres malades, maltraités à cause du passage des véhicules et de tailles sévères.

Pour les remplacer, une trentaine de tilleuls, issus d’une longue sélection. « Ils correspondent à l’espèce que Voltaire avait plantée à l’époque », indique le maire Daniel Raphoz.


Forêts dans le bassin bellegardien. Photo archives Le DL/Michael NAULIN


La France va planter 50 millions d’arbres pour repeupler ses forêts

Le plan de repeuplement des forêts françaises portera sur 50 millions d’arbres afin de lutter contre les effets du réchauffement climatique, a indiqué le ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Forêts Julien Denormandie.

Trouver des essences d’arbres adaptées au climat changeant et suffisamment de graines et de plants disponibles va être un « énorme défi », a déclaré le ministre sur la chaîne Cultivonsnous.tv. « Le volet de repeuplement des forêts est, je pense, le plus grand depuis l’après-guerre », a-t-il ajouté.

Ce plan doit notamment répondre aux dégâts causés par les scolytes, des coléoptères qui creusent des trous dans les arbres fragilisés par la sécheresse.

Sur le même thème, à lire aussi : notre reportage avec des agents de l’Office national des forêts réalisant un diagnostic de l’état de santé général dans le bassin bellegardien (Ain)

AFP

Passer un Noël éco-responsable, pour vous, ça veut dire…

Passer un Noël éco-responsable, pour 62 % des Français, ça veut dire d’abord manger des produits locaux lors des repas de fête. Pour 42 %, cela passe par les cadeaux, par exemple avec des emballages zéro déchet.

Et 36 % pensent que prendre le train plutôt que l’avion ou la voiture fait partie des meilleures résolutions à prendre, selon un sondage réalisé fin novembre par Harris Interactive auprès d’un millier de personnes.


Bouteilles en plastique de Coca-Cola. Photo d'illustration Evonne YUWEN TEOH/Unsplash
Bouteilles en plastique de Coca-Cola. Photo d’illustration Evonne YUWEN TEOH/Unsplash

Près de la moitié du plastique sert aux emballages alimentaires en France

L’industrie agroalimentaire française occupe le deuxième rang des principaux responsables de l’empreinte carbone du pays, juste derrière les activités pétrolières, indique le Commissariat général du développement durable. Ce qui place cette activité loin devant la construction, l’agriculture, l’automobile ou le transport aérien, pourtant montrés du doigt.

En cause, ses importations lointaines, mais surtout ses emballages, premiers utilisateurs du plastique produit dans le monde. En France, 45,5 % de la consommation de matières plastiques sert à fabriquer des emballages, indique l’Atlas du plastique de la fondation Heinrich Boll.

Pendant ce temps, Greenpeace vient de placer Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé dans le trio de tête des « plus grands pollueurs au monde en matière de déchets plastiques« .

Dans le Vaucluse, une recyclerie ambulante pour sensibiliser au sujet des déchets

En janvier, l’association Les Petits débrouillards 84 va prendre la route à bord de son recyclobus. Le but : sillonner les quartiers prioritaires d’Avignon (Vaucluse) pour sensibiliser au recyclage et à la réduction des déchets.

Le véhicule est en cours de réaménagement, principalement avec des matériaux de récupération, et disposera notamment d’un espace de petites réparations et d’un vélo-blender (pour mixer des fruits à la force des jambes). 

Sur le même thème, à lire aussi : ce Haut-Savoyard chasse les déchets dans son quartier


Arbre atteint de chancre coloré. Photo archives Le DL/Jérôme TALLON


Le chancre coloré cause des dégâts dans le sud de la France

Le chancre coloré change le visage de beaucoup de villes dans le sud de la France. Cette maladie, qui affecte les platanes, se propage par les racines de l’un à l’autre et conduit à leur abattage, touche en particulier le Vaucluse.

« On avait 3 000 platanes et leur nombre ne cesse de diminuer », indiquait cet été Fabrice Martinez-Tocabens, l’adjoint à l’environnement d’Avignon, où l’on constatait alors « 15 à 20 % de pertes ».

L’impact est visible sur le patrimoine arboré des communes. Dans le cœur des habitants aussi : à Robion, le maire Patrick Sintés s’est dit « conscient du traumatisme » engendré par la disparition d’arbres qui ont vu grandir des générations.

Un coût également, pour les finances : à Violès, la coupe de 22 platanes se chiffre à près de 10 000 euros. Tandis qu’à Courthézon, cela incite au panachage d’essences à planter pour « éviter, en cas de maladie contractée par un arbre, de devoir abattre toute une zone verte ».

Motif d’espoir : à Marseille, où le chanvre coloré est apparue dans les années 90, le phénomène a pu être endigué en une dizaine d’années, d’après Fabrice Martinez-Tocabens.

Sur le même thème, à lire aussi : dans le Chablais (Haute-Savoie), la commune de Chens-sur-Léman est la première à expérimenter la création d’une immense chênaie, un défi face au réchauffement climatique


Vaches laitières de l'EARL du Grand Rozière. Photo Le DL/Michel THOMAS
Vaches laitières de l’EARL du Grand Rozière. Photo Le DL/Michel THOMAS

Cette ferme iséroise veut réduire son empreinte carbone… et reçoit le soutien de Danone

L’exploitation agricole du Grand Rozière, installée à Ruy-Montceau (Isère), veut réduire son empreinte carbone de 5 à 8 % tout en améliorant le bien-être animal et la qualité du lait produit.

Comment ? En semant des variétés plus résistantes à la sécheresse pour favoriser le pâturage, en plantant des haies et des arbres, en produisant davantage de méteils (un mélange de céréales)…

Dans son effort, la ferme est soutenue par les citoyens qui alimentent sa cagnotte en ligne… et par la multinationale Danone. « On voudrait que cette action pousse d’autres exploitants […] à franchir le pas », commente Simon Rey, chef du secteur lait de Danone Grand-Est.

En Ardèche, l’exemple d’une station d’épuration à énergie positive et qui rejettera deux fois moins de boues

Une nouvelle station d’épuration entrera en service fin janvier à Aubenas (Ardèche).

Cet équipement de dernière génération se veut à énergie positive, producteur d’un gaz vert destiné à être injecté dans le réseau public, et émetteur de deux fois moins de boues qu’actuellement.

Par ailleurs, les graisses et les sables de la station, autrefois traités dans la Drôme et le Gard, seront désormais valorisés localement.

Le Congrès mondial de la nature se réunira en septembre 2021 à Marseille

Le Congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature, réunion majeure sur la biodiversité reportée pour cause de pandémie, se tiendra finalement début septembre 2021 à Marseille.

L’événement, qui a lieu normalement tous les quatre ans, est l’occasion pour des milliers d’acteurs de la conservation de la nature – gouvernements, ONG, experts – d’établir des priorités et de lancer de nouvelles actions de protection des écosystèmes. Il est également le moment de la mise à jour de la liste rouge des espèces menacées.


Pêcheur. Photo d'illustration Fredrik ÖHLANDER/Unsplash


La pêche interdite dans le troisième plus grand fleuve du monde, afin de reconstituer la faune

Après des décennies de pollution et de surexploitation, le gouvernement chinois a décrété l’interdiction de la pêche dans le Yangtsé, le plus grand fleuve du pays et le troisième à l’échelle mondiale.

Cette décision, qui touche le gagne-pain de près de 300 000 foyers, sera effective pendant 10 ans, y compris sur les affluents et les lacs reliés. Objectif: reconstituer la faune fluviale.

Le Yangtsé est le premier contributeur mondial de déchets plastiques dans les océans. Les 11 barrages sur son parcours ont perturbé l’écosystème, particulièrement la migration du poisson.

En outre, quatre espèces qui ne vivaient qu’ici ont disparu et 61 autres sont menacées, selon un rapport du WWF.

Sur le même thème, à lire aussi : après la pollution de la Fure en Isère, de petits oiseaux donneront des informations sur l’état de la rivière ; le bon état de la zone humide de Mondragon (Vaucluse) se mesure au retour de la loutre d’Europe alors qu’un plan de gestion a été présenté pour le site

AFP

Les deux tiers des mesures du plan de relance incompatibles avec l’objectif de neutralité carbone

Le plan de relance français, un ensemble de 97 mesures soutenues par 100 milliards d’euros sur deux ans, doit davantage viser l’objectif de neutralité carbone, recommande le Haut conseil pour le climat (HCC).

Ses experts, scientifiques, ingénieurs ou économistes, ont comptabilisé 28 milliards d’euros « favorables à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre ».

En revanche, « les deux tiers du plan soutiennent l’activité économique dans la continuité des pratiques actuelles. Elles pourraient avoir un effet significatif à la hausse sur les émissions de gaz à effet de serre par rapport à la trajectoire de réduction de la France, et font courir le risque d’un verrouillage dans des activités fortement émettrices à long terme », avertit le rapport, relayé par l’AFP.


Habitation touchée par le séisme, au Teil en 2019. Photo archives Le DL/Fabrice ANTERION
Habitation touchée par le séisme, au Teil en 2019. Photo archives Le DL/Fabrice ANTERION

Une étude veut cerner le rôle de l’infiltration de l’eau dans le séisme du Teil en 2019

Le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) cherche à savoir comment l’eau de fortes pluies a pu jouer un rôle dans le déclenchement du séisme du Teil (Ardèche) du 11 novembre 2019 (magnitude de 5,4).

L’étude scientifique est financée par LafargeHolcim, dont l’activité de la carrière a été pointée du doigt le mois dernier comme ayant accéléré le processus naturel conduisant au tremblement de terre.

Deux nouveaux élevages contaminés par la grippe aviaire en France

Deux nouveaux élevages de canards, en Vendée et dans les Deux-Sèvres, ont été infectés par la grippe aviaire, portant le total d’exploitations françaises contaminées à cinq depuis le début du mois, a annoncé le ministère de l’Agriculture.


Station des Arcs (Savoie). Photo archives Le DL/Thierry GUILLOT


Une huitième station de ski labélisée pour son engagement dans le développement durable

La station de ski des Arcs vient d’obtenir le label Flocon vert, créé en 2011 par l’association Mountain riders. Cette certification garantit l’engagement des destinations touristiques de montagne dans une politique de développement durable.

C’est la première station de Savoie à obtenir ce label, et la huitième à l’échelle nationale après Megève, Chamonix Mont-Blanc, Châtel (Haute-Savoie), Chamrousse (Isère), Les Rousses (Jura), Valberg (Alpes-Maritimes) et La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées-Atlantiques).

Sur le même thème, à lire aussi : Saint-François-Longchamp et Le Grand-Bornand veulent aussi leur Flocon vert

En Ardèche, une association œuvre à la promotion du métier d’herboriste

L’Association pour le renouveau de l’herboristerie et son institut créé en 2014 œuvrent pour la reconnaissance du métier d’herboriste et perpétuent ses connaissances.

Née à Paris, l’association s’est ancrée depuis en Ardèche où est en train d’être construit son nouveau bâtiment afin de pouvoir proposer davantage de formations.

Elle en dispense déjà 25 à quelque 200 élèves par an. Lesquels peuvent ainsi accéder à une palette de métiers : producteur de plantes, teinturier végétal, fabricant de cosmétique, guide botanique…

Sur le même thème, à lire aussi : la Haute-Savoie compte un tiers des plantes connues en France


Des carottes cultivées avec un pesticide interdit. Photo d'illustration K8/Unsplash
Des carottes cultivées avec un pesticide interdit. Photo d’illustration K8/Unsplash

La justice valide la destruction de carottes cultivées avec un pesticide interdit

La justice a donné tort lundi en référé à cinq entreprises de maraîchage normandes qui avaient utilisé un pesticide interdit et refusaient la destruction de leur production.

Des traces de dichloropropène, produit phyto interdit en France depuis 2018, avaient été relevées sur plusieurs parcelles semées de carottes à Créances et aux alentours.

Les plaignants font partie des personnes mises en cause dans une enquête sur l’importation illégale d’Espagne de 80 tonnes de produits à base de dichloropropène.

Une étoile filante aperçue dans le ciel isérois

Une étoile filante évoluant à une vitesse de 93 600 km/h a été observée ce dimanche après-midi, en particulier dans le nord de l’Isère.


La fromagerie L’Étoile du Vercors. Photo archives Le DL/Marine LANGEVIN


En Isère, Lactalis va inaugurer sa station d’épuration après des années de pollution de l’eau

Le groupe laitier Lactalis va inaugurer ce mardi sa station d’épuration autonome à la fromagerie L’Etoile du Vercors, à Saint-Just-de-Claix (Isère).

Le point final d’un dossier ultra-conflictuel qui aura duré plus de dix ans. Et surtout, enfin, l’arrêt du déversement dans l’Isère des effluents de l’entreprise, installée depuis 1942.

En 2019, Lactalis avait été condamné par la justice pour “jet ou abandon de déchets dans les eaux superficielles ou souterraines” et “exploitation d’une installation classée sans respecter les mesures prescrites par arrêté pour la protection de l’environnement”.


Gypaète barbu. Photo AdobeStock
Gypaète barbu. Photo AdobeStock

Des périmètres établis pour favoriser la (fragile) reproduction du gypaète barbu

Le gypaète barbu, dont la fragile reproduction donne au mieux un poussin à l’envol par an, demeure une espèce menacée en Europe et les effectifs n’augmentent que lentement.

Des actions sont mises en œuvre pour assurer la tranquillité des oiseaux autour des sites de nidification.

Exemple dans le Parc du Mercantour qui s’étend jusqu’en Haute Ubaye, où les activités humaines (travaux, survols, sports extrêmes…) sont proscrites durant plusieurs mois sur des périmètres déterminés. On compte seulement cinq couples de gypaètes dans ce secteur des Alpes du Sud…

Sur le même thème, à lire aussi : le vagabondage d’un jeune gypaète des Alpes a passionné les Anglais tout l’été ; en Haute-Savoie se trouve l’unique centre d’élevage du gypaète de France dédié à la reproduction de l’espèce

L’Ukraine veut inscrire Tchernobyl au patrimoine mondial de l’Unesco

Le gouvernement ukrainien souhaite que les vestiges de Tchernobyl, la pire catastrophe nucléaire de l’Histoire, rejoignent le patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

Objectif : protéger le site et… favoriser la venue des touristes. On y a dénombré 124 000 visiteurs en 2019, un record ! La décision finale est attendue au plus tôt en 2023.


L’Île de Fraser, en Australie. Photo Jose MIZRAHI/Unsplash
L’Île de Fraser, en Australie. Photo Jose MIZRAHI/Unsplash

La plus grande île de sable au monde ravagée par le feu

De gigantesques incendies ont détruit plus de la moitié des forêts de l’Île de Fraser, en Australie. Les feux, qui ont débuté il y a plus de deux mois, viennent seulement d’être maîtrisés par les pompiers.

Cette catastrophe écologique sur la plus grande île de sable au monde (longue de 122 km), inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, intervient un an après la saison des feux de forêts qui a vu une superficie équivalente à celle du Royaume-Uni partir en fumée et qui a causé la mort de 33 personnes en Australie.

La source officielle de cet article : ledauphine.com

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password