Deux Français sur trois inquiets face au début du déconfinement

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Après huit semaines de confinement, l’inquiétude des Français face à l’épidémie de coronavirus reste très élevée, et la perspective d’un déconfinement à partir du 11 mai prochain est loin d’apaiser les Français, comme le révèle un nouveau sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi.

De manière générale, d’abord, plus de 8 Français sur 10 (82%) continuent de faire part de leur inquiétude face à la propagation du virus: 25% sont encore très inquiets, 57% plutôt inquiets. 18% d’entre eux ne se disent à l’inverse pas vraiment voire pas du tout préoccupés.

La confiance dans l’exécutif en baisse

Dans le détail, le début du déconfinement annoncé par Emmanuel Macron, à partir du 11 mai prochain avec la réouverture progressive des établissements scolaires, préoccupe les deux tiers des Français interrogés. 66% d’entre eux se disent actuellement inquiets, dont 14% très inquiets. A l’inverse, 34% se disent confiants et seuls 3% très confiants.

Un sentiment d’inquiétude qui est majoritaire dans l’ensemble des catégories socio-professionnelles, mais qui s’exprime plus clairement chez les femmes (72%), les personnes de 35 à 49 ans (72%), les catégories les plus populaires (70%) ou au sein des foyers où la situation financière est plus tendue (74%).

Elabe

Une mauvaise gestion du déconfinement?

Par ailleurs, les sondés restent sceptiques sur la gestion gouvernementale de la crise du Covid-19. Une large majorité de Français considère toujours que l’approvisionnement en masques ou en tests de dépistage a été mal géré par le gouvernement, et cette critique s’étend maintenant à la préparation du déconfinement. En effet, les Français sont aujourd’hui une majorité (63%) à porter une opinion négative sur la préparation du déconfinement par les autorités politiques et sanitaires: un chiffre en hausse de 11 points par rapport à la semaine précédente.

La confiance accordée à l’exécutif pour gérer cette crise s’établit cette semaine à 42% (-3 points par rapport à mercredi dernier), et se retrouve ainsi quasiment à son plus bas niveau depuis le 21 mars dernier, alors qu’il était de 41%. Et lorsqu’on leur demande quel pays gère, selon eux, le mieux cette crise sanitaire sans précédent, 3 Français sur 4 (73%) citent l’Allemagne en comparaison à la France.

Vers un port massif des masques?

Avec les bouleversements engendrés par cette crise sanitaire, les habitudes des Français semblent changer. Le sondage montre que ces derniers envisagent d’avoir désormais massivement recours aux masques dans leur vie quotidienne, puisque plus de 7 Français sur 10 envisagent d’en utiliser un quelle que soit la situation envisagée.

Un chiffre qui grimpe à 9 Français sur 10 concernant les transports en commun ou encore pour la visite à des personnes vulnérables. Le Premier ministre Edouard Philippe avait d’ailleurs laissé entendre, dimanche, que le port du masque pourrait devenir obligatoire dans les transports en commun dès la fin du confinement.

Les chiffres révèlent également que 85% des Français envisagent de porter un masque en faisant leurs courses, 80% sur leur lieu de travail et 75% comptent même en faire porter à leurs enfants dès leur retour sur les bancs de l’école, à partir du 11 mai prochain. Tout ceci dans l’hypothèse où les masques seraient disponibles pour l’ensemble de la population.

Elabe

Mais qu’il s’agisse d’une accommodation au confinement ou de la perspective d’une sortie de crise, le moral des Français s’améliore légèrement. Les personnes interrogées évaluent désormais leur moral à 6.4/10, soit 0.3 points de plus par rapport à la semaine passée, et 0.7 points de plus par rapport à il y a trois semaines. 70% des Français disent avoir le moral, il s’agit de la plus haute mesure enregistrée depuis le début du confinement.

Elabe

Etude ELABE réalisée pour BFMTV. Echantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet le 20 et 21 avril 2020 après la conférence de presse d’Edouard Philippe et Olivier Véran.

 

Source de cet article

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password