la droite renforce sa majorité, les écologistes créent un groupe… On vous résume les résultats en 4 points-clés

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
la droite renforce sa majorité, les écologistes créent un groupe... On vous résume les résultats en 4 points-clés

Comme prévu, la droite sénatoriale conserve sa majorité au palais du Luxembourg, au terme d’un scrutin marqué par une poussée verte qui permet aux écologistes de reconstituer un groupe parlementaire.

Les urnes ont livré leur verdict. Comme attendu, le Sénat va rester contrôlé par la droite pour les trois prochaines années. L’alliance de la droite et du centre sort renforcée des élections sénatoriales, dimanche 27 septembre.

>> CARTE. Elections sénatoriales : découvrez les résultats, département par département

Un scrutin marqué par le retour à la chambre haute d’un groupe écologiste. Les candidats de LREM, eux, ont passé une soirée moins pénible que prévu.

La droite reste majoritaire

« Cette élection, dans un contexte sanitaire, économique et social inédit, vient conforter la majorité sénatoriale de la droite et du centre », a déclaré le président du Sénat, Gérard Larcher. Candidat à sa réélection au « plateau », il devrait être reconduit dans un fauteuil. Le groupe LR, fort de 144 membres dans le Sénat sortant, maintient ses positions.

Son allié de l’Union centriste (51 membres avant le scrutin) pourrait par ailleurs grossir ses rangs. « La majorité sénatoriale sort confortée de ce scrutin. On devrait gagner 5 à 8 sénateurs supplémentaires », indique son président Hervé Marseille.

Les écolos retrouvent un groupe parlementaire

Les écologistes franchissent la barre des 10 sièges nécessaires à la constitution d’un groupe au Sénat. Parmi eux, cinq élus sortants jusqu’à présent répartis dans différents groupes, et pas forcément adhérents d’Europe Ecologie-Les Verts : Esther Benbassa (EELV), Guillaume Gontard, Joël Labbé (ex-EELV), Ronan Dantec (ex-EELV) etSophie Taillé-Polian (Génération.s).

Ce dimanche soir, les écologistes peuvent compter sur de nouveaux entrants, notamment issus des départements où EELV a obtenu des victoires aux élections municipales. Thomas Dossus et Raymonde Poncet obtiennent ainsi deux sièges dans le Rhône, où ils menaient une liste d’union de la gauche. L’alliance à gauche a également réussi à Jacques Fernique (Bas-Rhin) et Guy Benarroche (Bouches-du-Rhône). En Ille-et-Vilaine, Daniel Salmon a en revanche réussi son pari en chipant un siège au PS, tout comme Monique de Marco en Gironde.

« On va pouvoir porter des textes écolos et les propositions de la Convention citoyenne pour le climat. C’est une étape avant les régionales et les départementales, aréagi Esther Benbassa.Nous commençons à être présents dans les territoires ruraux, alors qu’on nous a souvent reproché d’être des bobos, des élus du centre-ville. »

LREM limite la casse

« On était donnés pour morts-vivants. Mais on se rend compte que l’équation personnelle, dans ce type d’élection, est essentielle »,commente le sénateur LREM André Gattolin. Malgré des élections municipales catastrophiques, le parti présidentiel parvient à se maintenir au Sénat.

Symbole de cette résistance surprise : la réélection du président (et créateur) du groupe LREM au Sénat, François Patriat, alors que les observateurs le disaient menacé dans son département de la Côte-d’Or.Celui qui fut l’un des premiers soutiens d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2017tient ainsi sa revanche contre son ex-camarade François Rebsamen, maire socialiste de Dijon, qui s’était promis de le faire battre. La candidate PS Colette Popard échoue à faire son entrée au palais du Luxembourg, la droite conservant ses deux sièges.

Bonne soirée également pour le secrétaire d’Etat au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. Contraint à un second tour dans l’Yonne, il conserve son siège, conquis en 2014. Le deuxième ministre en lice, Sébastien Lecornu (Outre-Mer), conquiert un siège dans son département de l’Eure, mais rate l’objectif de virer en tête face à la liste officielle de la droite et du centre d’Hervé Maurey, qui obtient deux sièges.

Le RN sauve son unique siège

Le Rassemblement national continuera à siéger au Sénat. Stéphane Ravier, sénateur sortant, a réussi contre toute attente à sauver son siège, après la perte du 7e secteur de Marseille lors des élections municipales. « Je disposais de beaucoup moins de grands électeurs qu’en 2014, il a donc fallu les chercher avec les dents de la conviction », a-t-il réagi sur Public Sénat.

Pas de miracle en revanche pour le RN dans le Var. Le siège conquis en 2014 par David Rachline (démissionnaire en 2017 en raison du cumul des mandats) échappe cette fois au parti de Marine Le Pen.

Source : France Info

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password