La rémunération flexible reste nécessaire dans la politique des ressources humaines. Voici pourquoi

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La rémunération flexible ou le plan cafétéria font partie intégrante de la politique des ressources humaines des entreprises. Il s’agit d’un moyen innovant pour les entrepreneurs d’adapter la rémunération de chaque employé selon leurs préférences. D’ailleurs, le plan cafétéria permet de gérer la complexité des nombreuses formes de rémunération alternative. Toute réforme de la sécurité sociale et de la fiscalité du travail doit tenir compte de cette réalité. La rémunération flexible ou le plan cafétéria méritent aussi une plus grande considération à l’avenir.

Belgique : une sécurité sociale complexe, des coûts salariaux

L’OCDE encourage une réforme du système de sécurité sociale belge. L’harmonisation des régimes distincts pour les salariés et les indépendants devrait réduire considérablement la complexité actuelle. Au même moment, l’UE estime que les coûts salariaux sont encore trop élevés en Belgique, malgré le tax shift. Cela a un impact sur le pouvoir d’achat net des employés ainsi que sur le coût total de la main d’œuvre des employeurs.

La complexité de la sécurité sociale n’a pas été la base de son fondement mais est le résultat d’une recherche continue de réduction des coûts salariaux, souvent par la création de nouvelles formes de rémunération. C’est d’ailleurs ainsi que l’écochèque a vu le jour en 2009 à la suite de négociations entre les représentants des employeurs et des employés, scellées par la ministre Onkelinx. Auparavant, la voiture de société était d’ailleurs encouragée par le gouvernement grâce à un régime (para)fiscal favorable. En parlant de voiture de société, il est également important d’éviter de faire un pas en arrière telle que l’annulation du « cash-for-car » par la Cour Institutionnelle, déplorée notamment par des partis politiques comme le MR, l’Open-VLD ou encore la N-VA (qui d’ailleurs souhaite réadapter ce système plutôt que de l’enterrer définitivement).

Gérer la complexité et la rémunération personnalisée

Les entreprises ont développé une nouvelle façon de faire face à cette complexité : les salaires flexibles ou le plan cafétéria. Dans le cadre d’un budget déterminé, les employés constituent leur propre enveloppe salariale. Un plan cafétéria donne donc beaucoup plus de poids aux employés. Ce qui est intéressant pour un employé ne l’est pas nécessairement pour son collègue.

Les recherches menées par la Vlerick Business School montrent que la rémunération flexible fait clairement partie de la politique de rémunération stratégique des entreprises. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une tendance propre à la Belgique. La personnalisation des conditions de rémunération est devenue un phénomène mondial. Les employés veulent choisir par eux-mêmes et les employeurs leur en donnent de plus en plus la possibilité.

La rémunération flexible : un double soutien pour les entrepreneurs

En Belgique, le plan cafétéria prévoit un double soutien. Tout d’abord, elle permet de contrôler les coûts salariaux et de renforcer le pouvoir d’achat des salariés. Tout en ne créant pas un nouvel avantage (para)fiscal mais bien en leur offrant un choix optimal parmi les avantages salariaux qui existent déjà. Deuxièmement, il renforce la rétention des talents. Le choix personnalisé rend le package salarial plus attractif. Happy employees make happy clients. Et c’est ce que recherchent toutes les entreprises belges.

Réformer pour améliorer

Toute réforme de la sécurité sociale et de la fiscalité du travail devrait prendre en compte la valeur ajoutée de la rémunération flexible pour la politique de ressources humaines des entreprises. Surtout maintenant que la rémunération flexible est de plus en plus courante.

Toute réforme de la sécurité sociale et de la fiscalité du travail devrait tenir compte de cette réalité. La rémunération flexible mérite également une plus grande considération à l’avenir.

Après plus de deux ans de travail et de recherches, le rapport du Conseil Supérieur des Finances sur la réduction de la fiscalité du travail est presque terminé. Une modification de la sécurité sociale belge doit être conforme au nouveau système fiscal. C’est la seule façon de renforcer la position concurrentielle des entreprises et du marché du travail belges.

Source de cet article : Lalibre.be

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password