laboratoires, ordonnance, remboursement… Tout ce qu’il faut savoir avant de se faire tester

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
laboratoires, ordonnance, remboursement... Tout ce qu'il faut savoir avant de se faire tester

Plus de 2500 laboratoires en France proposent désormais le test de dépistage du coronavirus. Un examen désormais remboursé à 100% par l’Assurance maladie.

« La France est prête pour tester massivement », déclarait le ministre de la Santé, Olivier Véran, quelques jours avant le déconfinement. Les Français étant libres de sortir de chez eux depuis le lundi 11mai, la question du dépistage apparaît désormais centrale pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Quel type de test pratiquer? A quel moment? Comment en bénéficier et où trouver un laboratoire? Autant de questions auxquelles franceinfo vous répond.

>> Masques, tests… Retrouvez les dernières infos sur l’épidémie de Covid-19 dans notre direct

Quel type de test pratiquer?

Les tests virologiques PCR. Pour savoir si vous êtes infecté par le virus, un seul type de test est utile: levirologique RT-PCR qui va détecter si le matériel génétique du virus est présent dans vos voies respiratoires. L’examen, qui ne dure que quelques secondes, consiste à introduire un écouvillon dans les fosses nasales du patient afin de récupérer l’ARN du virus.

En cas de résultat positif, cela signifie que vous êtes porteur duSars-CoV-2: il faut alors éviter tout contact avec autrui et surveiller une éventuelle aggravation de votre état de santé. Si le test est négatif, il y a des chances pour que vous ne soyez pas porteur du virus, mais il est impossible d’en être sûr à 100%. Vous pouvez être dans la période d’incubation de la maladie et avoir une charge virale trop faible pour être détectée. Vous pouvez également être un « faux négatif », ce qui arrive dans environ 30% des cas, selon certaines études.

Les tests sérologiques. Les tests sérologiques, qui consistent en une analyse de sang pour rechercher des anticorps, n’ont pas la même finalité. Ils sont utiles pour savoir si vous avez été, par le passé, en contact avec le virus, mais ne permettent pas de savoir si vous êtes immunisé, comme le souligne la Haute Autorité de santé. Ces tests ne sont indiqués que dans des situations bien particulières (par exemple pour des personnes développant des symptômes après un test PCR négatif, ou pour le personnel soignant en contact fréquent avec le public). Ces tests sérologiques, qui ne sont toujours pas validés par les autorités de santé et n’ouvrent pas droit à un remboursement, ne font pour le moment pas partie de la stratégie de prise en charge.

A quel moment se faire tester?

En cas d’apparition de symptômes évocateurs du Covid-19 (fièvre, toux, perte de goût ou d’odorat, gêne respiratoire…), il faut consulter sans délai votre médecin traitant, qui vous prescrira certainement un test PCR à réaliser en laboratoire d’analyses. En cas de test positif, le médecin vous demandera alors les noms et coordonnées des personnes que vous avez croisées, afin de pouvoir les contacter et leur demander de se faire tester.

Si vous n’avez pas de symptômes, mais que vous avez été identifié comme un cas contact d’une personne malade, il est conseillé de pratiquer un test PCR sept jours après le contact en question, car il s’agit du moment où le virus a le plus de chances d’être détecté. S’il est réalisé trop tôt, le risque de « faux négatif » augmente.

Une ordonnance est-elle obligatoire?

Si vous êtes symptomatique, une ordonnance est obligatoire. Elle vous sera demandée par le laboratoire qui effectuera le test PCR. Pour obtenir cette ordonnance, vous n’êtes pas obligé de vous rendre physiquement au cabinet du médecin (c’est même hautement déconseillé): privilégiez le contact téléphonique.

Si vous n’avez pas de médecin traitant ou que ce dernier n’est pas disponible, il faut appeler la plateforme de la Sécurité sociale au 0972729909 (appel non surtaxé), qui vous orientera vers un praticien. En dehors des horaires d’ouverture ou en cas de symptômes graves, vous pouvez appeler le 15.

Si vous êtes une personne identifiée comme cas contact, vous pouvez subir directement un dépistage, sans passer par la case médecin. Attention: il faut pour cela avoir été enregistré comme cas contact dans la base de données de l’Assurance maladie « Contact Covid ». Le laboratoire vérifiera votre présence dans cette base avant de pratiquer le test.

Le dépistage est-il remboursé?

Le coût d’un test PCR est de 54euros. Depuis le 7 mars, ce montant était remboursé à 60% par la Sécurité sociale, le reste étant pris en charge par les mutuelles. Depuis le 11mai, il est remboursé à 100% par l’Assurance maladie.

Les tests sérologiques, eux, ne sont pour le moment pas remboursés par la Sécurité sociale. Ils pourraient cependant l’être prochainement, une fois qu’ils auront été homologués par les autorités sanitaires.

Tous les laboratoires pratiquent-ils ces tests?

Tous les laboratoires de ville ne proposent pas les tests PCR pour dépister le Sars-CoV-2. Le site sante.fr, mis en place par le ministère, recense les 2506 points de dépistage répartis sur le territoire. En renseignant votre code postal, vous identifiez immédiatement le laboratoire le plus proche de chez vous.

Il est conseillé de ne pas se rendre à l’improviste au laboratoire pour la réalisation du test. En ce qui concerne le dépistage du Covid-19, certains laboratoires ne fonctionnent que sous forme de « drive ». D’autres, si leurs locaux le permettent, accueillent les patients sur rendez-vous lors de créneaux dédiés. « Dans mon laboratoire, on est ouverts pour la biologie courante le matin, et pour le Covid-19 l’après-midi, uniquement sur rendez-vous », indique par exemple le président du Syndicat des biologistes, François Blanchecotte.

Les laboratoires ont-ils suffisamment de tests?

Actuellement, les patients ne rencontrent aucune difficulté à se faire tester, selon François Blanchecotte. « On a tellement acheté de réactifs, je me demande même s’il ne va pas nous en rester dans le frigo!plaisante-t-il. S’il y a une explosion des cas quelque part, avec 1000 ou 2000 tests à faire au même endroit, il pourra y avoir un problème de bras, de nombre de préleveurs », prévient-il cependant.

La semaine précédant le déconfinement, près de 70000 tests ont été réalisés (dont environ 1500 positifs), selon les données du ministère de la Santé. Reste à savoir si le déconfinement fera bondir la circulation du virus, ou si l’épidémie pourra être maîtrisée.

Source : France Info

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password