L’actu éco du jour : la start-up Comongo lève 500 000 euros, le casino d’Annecy a installé une application qui bloque ses machines en fin de partie pour les désinfecter…

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
L'actu éco du jour : la start-up Comongo lève 500 000 euros, le casino d'Annecy a installé une application qui bloque ses machines en fin de partie pour les désinfecter...

 

Suivez ici l’actualité économique régionale et nationale de ce jeudi 4 juin, actualisée chaque heure de 9h à 18h.

<<< Pour nous contacter au sujet d’informations économiques : LDLentreprises@ledauphine.com

Isère : la start-up Comongo lève 500 000 euros pendant le confinement et compte recruter

Comongo, start-up grenobloise créée en 2015 qui conçoit des solutions numériques, annonce avoir bouclé une levée de fonds de 500 000 euros le 6 mai dernier, soit en plein confinement. Ce nouveau tour de table, qui suit une première levée en préamorçage en avril 2019, a rassemblé l’ensemble des investisseurs historiques ainsi que des « actionnaires issus de l’édition de logiciel SaaS, du e-commerce et ouvrant la start-up à de nouveaux réseaux nationaux ». Cet apport financier va permettre à Comongo de terminer le développement des modules de Comonimage, son produit phare qui est présenté comme « la seule application en ligne d’automatisation des audits qualitatifs de communication ». Autre priorité : renforcer sa dynamique commerciale. « Nous allons recruter en vente et marketing », déclare dans un communiqué le président fondateur de Comongo, Stéphane Labartino, qui nourrit des objectifs de développement à l’international en 2021. Comongo a son siège social à Vif (Isère), mais se développe au sein du Village by CA, accélérateur de start-up de Grenoble.

Pauline Soutrenon, directrice R&D associée et Stéphane Labartino, président fondateur de Comongo. Photo archives Le DL/Matthieu ESTRANGIN

Haute-Savoie : le casino d’Annecy a installé une application qui signale les fins de partie pour nettoyer les machines à sous

Au casino de l’Impérial palace à Annecy (Haute-Savoie), une application a été développée pour signaler aux responsables de salle la fin d’une partie. Dès lors, la machine se bloque et ne sera de nouveau accessible qu’une fois l’opération de désinfection effectuée. C’est une des mesures de sécurité sanitaire mises en place par la direction dans le cadre de la réouverture de l’établissement de jeux, ce mardi. « Il a fallu réfléchir à chaque mètre carré où nos employés allaient passer […] Et penser la sécurité d’interaction entre nos employés et nos clients. De cette manière, j’ai redécouvert l’Impérial », a déclaré Philippe Gourgaud, directeur général du groupe PVG, propriétaire de l’Impérial ainsi que de restaurants, hôtels, spas et résidences entre Annecy et La Clusaz où se trouve son siège. PVG prévoit d’ailleurs l’ouverture d’un nouvel hôtel à Annecy pour mai 2021. Lire ici

C’est à lire aussi…

– A Ruy (Isère), le gérant du parc aventure Yapluka a calculé que la désinfection des baudriers utilisés pour les parcours dans les arbres lui coûtera 50 centimes par client. Soit 3 000 euros, sur une base de 6 000 visiteurs attendus. Si Eric Cascales devait mettre son matériel 72 heures de côté, il verrait son stock divisé par quatre. Et l’affaire ne serait plus rentable… Lire ici

– A Samoëns (Haute-Savoie), l’office de tourisme souhaite offrir des bons d’achats et des remises sur des séjours à des soignants de deux hôpitaux en première ligne lors de la crise sanitaire. La municipalité envisage de débloquer une enveloppe de 100 000 euros pour mener à bien cette opération. Lire ici

Le skipper Romain Attanasio prendra le 8 novembre le départ du Vendée Globe. Le Haut-Alpin d’origine pourra compter sur le soutien d’un nouveau sponsor, Best Western Hotels & Resorts France. C’est un geste fort, en cette période de crise, de la part du groupe hôtelier qui détient 300 établissements et génère 181 millions d’euros de chiffre d’affaires en France. Lire ici

Les Rotary clubs du district 1760 (Bouches-du-Rhône, Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Gard et Vaucluse) ont lancé la plateforme Solidaritesortiedecrise.org. Laquelle met en relation des entrepreneurs (rotariens ou non) avec des experts (rotariens ou non) qui partagent leurs compétences et leurs réseaux de manière bénévole. Lire ici

Chaque jour, les salariés de Vulli doivent prendre leur température avant d’entrer sur le site. Photo Le DL/Yannick PERRIN

Chaque jour, les salariés de Vulli doivent prendre leur température avant d’entrer sur le site. Photo Le DL/Yannick PERRIN
 

Haute-Savoie : Vulli prend la température de ses salariés chaque matin

L’entreprise Vulli, connue pour son jouet Sophie la girafe vendu dans 85 pays à travers le monde, n’a eu à stopper sa production que durant une quinzaine de jours au début du confinement. Depuis, l’activité a repris progressivement sur son site de Rumilly (Haute-Savoie) qui emploie une centaine de collaborateurs. Chaque jour, ceux-ci doivent prendre leur température avant d’entrer sur le site. Un livret de 21 pages détaillant toute l’organisation, quasiment poste par poste, leur a été remis, en même temps qu’un kit sanitaire, explique Stéphanie Arnaud, directrice générale adjointe de Vulli. Il a fallu faire preuve d’adaptation : ainsi, dans les bureaux, des parois ont été installées en recyclant le matériau qui sert habituellement pour l’emballage des produits. Lire ici

Ain : le niveau de vie médian dans le pays de Gex est, à 35 000 euros, l’un des plus élevés de France

Le niveau de vie médian des habitants de l’Ain s’élève à 22 000 euros, et monte même à 35 000 euros dans le pays de Gex, ce qui en fait un des plus hauts en France métropolitaine. Cette statistique est tirée d’une étude de l’Insee Auvergne-Rhône-Alpes, se basant sur des chiffres de 2017. Le pays de Gex compte aujourd’hui environ 100 000 habitants. De nombreux actifs sy installent, attirés par les emplois à Genève, qui abrite plusieurs organisations internationales. Ceux-ci bénéficient de revenus suisses plus élevés tout en résidant côté français où le coût de l’immobilier reste inférieur. Lire ici

Vaucluse : Uber Eats débarque à Pertuis, sa quatrième implantation dans le département

Uber Eats, l’application de livraison de repas à domicile, arrive à Pertuis (Vaucluse). L’entreprise annonce dans un communiqué que le service est opérationnel dès aujourd’hui, avec 15 restaurants partenaires dans la ville. C’est sa quatrième implantation dans le département, après Avignon, Carpentras et Orange. « Nous sommes ravis que les restaurateurs en zone verte puissent rouvrir leurs portes. Dans cette optique, nous continuons à les soutenir, notamment […] en n’appliquant pas de commission sur les commandes à emporter. Ces prochaines semaines seront consacrées à l’élaboration de nouveaux partenariats avec des restaurants et à l’extension de notre zone de livraison » explique Guillain Borde, responsable de l’Expansion d’Uber Eats en France. Le service est désormais disponible dans près de 200 agglomérations françaises et s’appuie sur plus 20 000 restaurants partenaires.
La livraison de repas à domicile représente 18 % des revenus de l’entreprise américaine Uber à l’échelle mondiale, soit 2,5 milliards de dollars en 2019 (+73 % sur un an), mais demeure largement déficitaire accusant 1,3 milliard de dollars de pertes sur un an.

Actualités - L'actu éco du jour : la start-up Comongo lève 500 000 euros, le casino d'Annecy a installé une application qui bloque ses machines en fin de partie pour les désinfecter...

Un livreur de repas d’Uber Eats, ici à Aix-les-Bains (Savoie). Photo d’illustration Le DL/Pierre-Eric BURDIN

Roland Gomez, directeur général du groupe Proman. Photo DR

Roland Gomez, directeur général du groupe Proman. Photo DR
 

Alpes-de-Haute-Provence : Proman annonce lancer « le premier CDI de droit commun dans l’intérim »

Proman, qui se présente comme le leader français et le quatrième acteur européen sur le marché du travail temporaire avec 75 000 intérimaires en mission chaque jour, annonce le lancement du CDI aux fins d’employabilité, « le premier CDI de droit commun dans l’univers de l’intérim ». Il est destiné prioritairement des personnes éloignées de l’emploi qui peuvent l’utiliser pour s’insérer. Proman, dont le siège social est situé à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), va déploier l’offre au niveau national via sa filiale Flexeo, l’ayant testée dans un premier temps dans les secteurs du BTP, de la logistique agroalimentaire et de l’industrie. Cette offre « permettra aux collaborateurs de bénéficier de tous les avantages d’un CDI à part entière et de construire un projet professionnel grâce à un accompagnement personnalisé. Pour nos entreprises clientes, c’est une solution flexible, un gain de temps, et donc de productivité », déclare dans un communiqué Roland Gomez, directeur général du groupe Proman.
Le groupe Proman compte plus de 660 agences et emploie 1 800 salariés. Il affiche un chiffre d’affaires de 2,73 milliards d’euros en 2019 en tenant compte de la récente acquisition du groupe belge Agilitas.

L’opérateur de télécommunications Orange s’est adapté à une forte hausse du trafic pendant le confinement

Les réseaux de télécommunication d’Orange ont été fortement sollicités pendant le confinement. Valérie Thérond, directrice Grand Sud-Est chez l’opérateur, observe que le télétravail a été multiplié par 10, la visioconférence par 2, le trafic des services de messagerie instantanée comme WhatsApp par 5, le trafic voix sur mobile par 3, et le trafic internet fixe a connu une hausse de 20 à 30 %. Si les réseaux ont tenu le coup, c’est parce qu’ils « sont conçus pour faire face à des augmentations régulières de trafic », explique Valérie Thérond. Qui indique aussi que, pour les entreprises, Orange a fait « évoluer 400 offres clients pour adapter le débit et les capacités réseaux. Toutes les entreprises n’étaient pas habituées au télétravail. Il a fallu les accompagner. » Lire son interview ici

Isère : EDF investit 3 millions dans un nouveau transformateur pour la centrale de Grand’Maison

Située sur la commune de Vaujany (Isère), la centrale hydroélectrique de Grand’Maison vient de recevoir un nouveau transformateur. Cet équipement a été livré par convoi exceptionnel le 29 mai, après trois jours de route. Conçu à Lyon par la société JST transformateurs, il représente un investissement de 3 millions d’euros pour l’énergéticien EDF, qui gère la centrale. Ce transformateur plus puissant que l’existant, d’un poids de 210 tonnes à vide et long de 8 mètres, est le quatrième à être renouvelé depuis 2013. Il faudra près de 4 mois pour le raccorder totalement et le mettre en service. En période de forte demande, chacun des 6 transformateurs de la centrale peut retransmettre l’énergie produite par deux turbines vers le réseau à 400 000 volts afin de la rendre transportable sur de longues distances sur les lignes haute tension. La centrale de Grand’Maison, qui est la plus puissante d’Europe, « peut fournir autant que deux réacteurs nucléaires et l’équivalent de la consommation résidentielle des villes de Lyon, Grenoble et Chambéry réunies », indique EDF dans un communiqué.
Le groupe EDF compte 35,1 millions de clients, dont 25,4 millions en France. Il a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 71,3 milliards d’euros.

Actualités - L'actu éco du jour : la start-up Comongo lève 500 000 euros, le casino d'Annecy a installé une application qui bloque ses machines en fin de partie pour les désinfecter...

Le nouveau transformateur en route pour être livré à la centrale de Grand’Maison, le 29 mai. Photo Le DL/Aliette VIARD

Savoie : Hydrocool vend 2000 bornes automatiques de distribution de gel hydroalcoolique par semaine

Originaire de Tignes (Savoie) où il garde de solides attaches, Nicolas Sclippa est à la tête du bureau d’études HydroCool, destiné à trouver des solutions dédiées à l’hygiène. Sa société installée en région parisienne a commencé la commercialisation de bornes de gel hydroalcoolique en septembre 2019. Au rythme de 10 à 20 bornes par mois. Mais avec la crise sanitaire, les demandes ont bondi. « Nous en sommes à 2000 par semaine », explique l’entrepreneur savoyard, qui rend personnalisables ces bornes comme supports de communication ou objets de sponsoring. Il vient aussi de mettre au point, avec son chimiste, un spray désinfectant qui protège une surface des bactéries et virus pendant deux heures.

Les infos de la matinée en France et dans le monde

– L’Union des métiers des industries de l’hôtellerie travaille à la commercialisation, dès janvier 2021, d’un contrat d’assurance indépendant pour les professionnels. Le syndicat chiffre à près de 10 milliards d’euros la perte d’exploitation du secteur entre le 15 mars et le 15 juin. Lire ici

Plusieurs actions en justice ont été lancées contre l’assureur Axa qui a refusé d’indemniser les pertes de restaurants fermés à cause du coronavirus. Lire ici

– En Suisse, le canton de Genève lance une opération de relance pour le secteur de l’hôtellerie. Parmi les mesures, 10 000 nuitées proposées à un tiers de leur prix, et ce jusque dans les palaces. Le canton a enregistré 3 millions de nuitées en 2019. Lire ici

– La compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé qu’il lui faudrait engager une « profonde restructuration ». Elle a perdu 2,1 milliards d’euros au premier trimestre.

En Allemagne, un plan de relance de 130 milliards d’euros pour les années 2020 et 2021 a été présenté. Parmi les mesures : la baisse temporaire de la TVA, une allocation de 300 euros par enfant pour les familles, le doublement de la prime à l’achat d’un véhicule électrique…

 

La source officielle de cet article : ledauphine.com

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password