Låpsley : «Comme si la vie était suspendue»

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Centenaire de l'armistice : trois Femen forcent la sécurité au passage du cortège de Trump

L’eau «Le titre de l’album, Through Water, est une métaphore pour décrire ce que c’est que d’être jeune dans le monde d’aujourd’hui, où on est pris constamment entre des hauts des bas. Comme si on était suspendu entre plusieurs éléments. L’eau, la mer en particulier, possède cette dualité. C’est à la fois un lieu de paix et de tranquillité, mais aussi quelque chose qui peut être si dangereux et destructeur… J’ai eu l’idée il y a un an environ de shooter sous l’eau la pochette de mon disque. Avec le soutien de l’équipe de direction artistique de mon label, nous avons eu des discussions passionnantes avec les photographes avec qui nous souhaitions travailler pour concrétiser le projet. Nous avons évoqué plusieurs pistes et finalement opté pour un concept relativement simple – qui a en plus l’avantage d’être intemporel. L’eau n’a aucun lien avec une époque précise, ce qui rend l’image beaucoup plus puissante.»

Le photographe «Je voulais initialement bosser avec Pelle Cass [célèbre photographe américain qui utilise beaucoup la postproduction pour fabriquer des lieux surpeuplés sur ses clichés, ndlr]. Son travail possède à la fois beaucoup de quiétude et une énergie incroyable. Finalement, c’est Steph Wilson [photographe anglaise spécialisée dans la mode, ndlr] qui a pris la photo, dans le réservoir d’un studio de cinéma de l’Essex, en Grande-Bretagne. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, la référence de cette photo n’est pas la pochette de Nevermind de Nirvana, mais celle de Five Angels for the Millenium de Bill Viola (2001).»

La personne «C’est moi, bien entendu ! C’est comme si la vie était suspendue. Je trouve très belle cette position qui me donne la capacité de m’arrêter dans la chute, et de contrôler en quelque sorte le chaos. Steph m’a proposé le choix entre trois photos, c’était difficile de savoir laquelle était la meilleure. Celle-ci symbolise pour moi au mieux cet équilibre entre inconfort et tranquillité. On entend cela dans l’album qui évolue entre des atmosphères sombres, où on peut ressentir un certain malaise, et des climats plus apaisés. Mon attitude ne devait donc pas être basée sur une seule émotion. En fait, je pense qu’elle reflète les qualités humaines.»


Patrice Bardot

Låpsley Through Water (Her Own Recordings/XL Recordings/Beggars)

Source du post: liberation.fr

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password