Le Charles de Gaulle est arrivé à Toulon avec plusieurs dizaines de cas de Covid-19 à bord

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
BOL D’AIR POUR LES HORTICULTEURS 3

Ils sont arrivés en milieu d’après-midi ce dimanche. Le porte-avions Charles de Gaulle, mais aussi la frégate Chevalier Paul qui l’escortait, rentrent à Toulon. Mais cette fois-ci, ni presse, ni famille sur le quai. Tout contact entre les marins et le milieu extérieur doit être évité.

Le Groupe aérien Embarqué a quant à lui rejoint ses différentes bases aéronavales, Hyères pour les hélicoptères.

Une « opération inédite » pour l’armée

Tous les marins, environ 1700 à bord du Charles de Gaulle et 200 sur la frégate Chevalier Paul seront placés en quatorzaine.

Un peu plus tôt dans la journée, la Préfecture Maritime a livré dans un point presse les détails de leur prise en charge. « Les marins qui présentent des symptômes seront transférés vers des lieux dédiés, en accord avec le service de santé des armées et l’hôpital militaire de Sainte-Anne », a expliqué le Capitaine de frégate Christine Ribbe, en charge de la communication. « Les marins qui n’ont pas de symptômes vont être confinés en quatorzaine ».

« Il y aura des tests de dépistage pendant ce confinement. Notre objectif est que les marins rejoignent leurs foyers une fois que la situation sera clarifiée », précise la représentante de la Préfecture Maritime.

Les marins sont transférés par des moyens militaires vers leurs sites de quatorzaine, des sites militaires, principalement dans le Var : bus, camions, véhicules, mais aussi moyens nautiques qui seront privilégiés, l’objectif étant d' »‘éviter tout contact entre les marins et le milieu extérieur ».

 

L’opération a été annoncée samedi soir par le Ministère des Armées dans un communiqué : « Plusieurs dizaines de cas de Covid-19 au sein du porte-avions et de son escorte justifient des mesures particulières au retour des marins en métropole ».

Les navires, avions et hélicoptères seront quant à eux désinfectés.

Dès vendredi, le ministère confirmait la présence du coronavirus à bord : « Les résultats des 66 tests réalisés ont conclu à la présence de 50 cas de Covid-19 à bord du Charles de Gaulle ». C’était deux jours après l’annonce de cas suspects.

« Aucune agravation de l’état de santé des marins à bord n’est constatée à l’heure actuelle », précise-t-on de même source.

Pour l’heure, le ministère ne communique pas sur l’origine de la contamination. Le navire n’a pas été en contact avec un élément extérieur depuis le 15 mars, date de sa dernière escale à Brest. Trois marins ont été évacués et transférés à l’Hôpital d’instruction des armées (HIA) Sainte-Anne, à Toulon.

Dans un communiqué, le ministère des Armées avait annoncé ce mercredi 8 avril que le Covid-19 était présent à bord du porte-avions Charles de Gaulle.

Le navire dont le port d’attache est Toulon avait été déployé en Atlantique dans le cadre de la mission Foch.

Le porte-avions était dans sa phase de retour vers la Méditerranée et le Var. 

Il a été décidé d’anticiper son retour à Toulon, initialement prévu le 23 avril. Le bâtiment « était déjà en train de rentrer, il fait au plus court », a précisé le cabinet de la ministre Florence Parly, sous-entendant que cette « décision de bon sens » ne posait aucun problème sur le plan opérationnel.

  

Aux Etats-Unis aussi

Le 2 avril denrier, le gouvernement américain avait refusé d’évacuer les 4 000 soldats d’un porte-avions où des centaines de marins sont contaminés par le Covid-19 :
 Le commandant du navire, qui avait fait demi-tour pour revenir à cette base, avait alors annoncé que la contagion se développait très rapidement.

« Nous ne sommes pas en guerre. Il n’y a aucune raison que des marins meurent », a écrit à son état-major le commandant Brett Crozier.
 
 

Source: Franceinfo

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password