« Le coronavirus va doper le désir de maison, rêve numéro un des Français »

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

« Touché, mais pas coulé par l’épidémie de Covid-19 », assure Loïc Vandromme, patron du groupe normand Hexaom (ex-Maisons France Confort), poids lourd centenaire de la construction de maisons dans l’Hexagone (2 100 collaborateurs, 7 650 maisons vendues en 2019).

Le Point : Comment votre profession et votre groupe font-ils face à la crise sanitaire ?

Immobilier - « Le coronavirus va doper le désir de maison, rêve numéro un des Français »
www.lecrenay.com © Franck LECRENAY

Loïc Vandromme : Dès la première semaine de confinement, nos contacts commerciaux se sont effondrés : une chute vertigineuse de 80 % ! Parallèlement, nous avons subi quelques annulations de commandes, mais aucune lame de fond, fort heureusement. La majorité de nos collaborateurs n’a pas été mise en chômage partiel. Ils continuent d’œuvrer à distance grâce aux outils digitaux facilitant le télétravail, que nous avions déjà testé et qui, bon gré, mal gré, s’impose aujourd’hui comme une réalité à grande échelle. À ce jour, nous avons ainsi pu réaliser les deux tiers de nos objectifs commerciaux et pu reprendre environ 40 % de notre activité.

Lire aussi Coronavirus : « 3 000 agences immobilières risquent de fermer »

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez sur le terrain ?

Nos chantiers de maisons neuves ou de rénovation s’inscrivent dans une chaîne globale, dont ils dépendent en bout de course. Avec la mise en confinement, la fermeture brutale des dépôts de vente de matériaux aux artisans a entraîné deux ruptures majeures d’approvisionnement. Cela concerne les planchers, sans lesquels vous ne pouvez pas couler de vide sanitaire, ni monter les étages d’après. Mais aussi toute la partie des menuiseries extérieures (fenêtres, portes-fenêtres, baies vitrées) fabriquées de façon industrielle. Après une semaine de trou complet, les sociétés ont écoulé leur stock en mode « drive » puis ont remis récemment en route leurs lignes de production.

La signature électronique des contrats de construction est déjà en vigueur chez nous

Quid de la main-d’œuvre sur les chantiers ?

Faute d’autorisation d’exercer leur métier sur un chantier ou de connaître les mesures de précaution sanitaires obligatoires en la matière, bon nombre d’artisans ont suspendu leur activité durant les premières semaines de confinement. Ministères de la Santé, de l’Économie et du Travail, syndicats (FFB, OPTB, CAPEB)…, les acteurs de la profession se sont concertés afin de rédiger un guide des bonnes pratiques dans ce domaine. Sa sortie il y a une quinzaine de jours a accéléré la reprise du travail des artisans. Dans les faits, ceux-ci doivent obligatoirement porter un masque s’ils travaillent à moins d’un mètre de distance, pouvoir se laver les mains avec de l’eau savonneuse ou du gel hydroalcoolique. Ne pas être plus d’une personne par véhicule, etc.

Y a-t-il d’autres freins administratifs et juridiques ?

La signature électronique des contrats de construction est déjà en vigueur chez nous depuis longtemps. L’instruction des permis de construire dans les mairies et les communautés d’agglomération était délicate, en raison des sous-effectifs et/ou de certains bureaux fermés. Mais l’ordonnance rectificative du 16 avril devrait accélérer le processus et assurer la reprise. Par ailleurs, les notaires sont désormais autorisés à valider tous les actes par visioconférence.

Lire aussi On peut désormais signer chez le notaire à distance

Comment voyez-vous la suite ?

C’est un peu la bouteille à moitié pleine ou à moitié vide. Pour notre part, le temps de la crise sanitaire d’urgence nous fera perdre 10 % de notre chiffre d’affaires, soit une centaine de millions d’euros. Nous espérons rattraper un peu du temps perdu au mois d’août. À condition que les artisans continuent leur ouvrage durant ce mois estival. Beaucoup d’entre eux ayant des attaches dans d’autres pays, il est fort probable qu’ils restent en France avec la fermeture des frontières. La plupart des entreprises de construction devraient avoir suffisamment de trésorerie pour réussir à passer la crise. Sauf celles qui avaient fait des investissements peut-être trop hasardeux. Plus problématique : les taux d’intérêt d’emprunt ont commencé à remonter depuis deux semaines et certaines banques se montrent d’ores et déjà plus frileuses dans leurs conditions d’octroi de crédit. Des préaccords de financement peuvent être remis en cause, surtout si vous êtes commerçant. S’il y a moins de demande, cela aura sans doute une incidence sur le prix de vente des terrains qui pourrait être revu légèrement à la baisse. A contrario, cette période de confinement va permettre aux politiques et aux particuliers de réfléchir et de faire leur propre bilan. La ville ne peut pas accueillir tout le monde pour s’y loger, souvent dans des cages à lapins ! La mise en pratique du télétravail, les jardins où l’on peut se détendre avec ses enfants, de l’espace habitable à moindre coût… Tous ces critères sont autant d’arguments qui plaident en faveur de l’habitat individuel, d’une migration en province, plus ou moins loin des métropoles. L’épidémie de coronavirus fait pâlir l’attrait de certaines villes coûteuses, saturées, polluées. N’oubliez pas que la maison individuelle reste plébiscitée par la majorité des Français.

Immobilier : « 60 % des particuliers continuent leurs recherches »

Source : Lepoint.fr

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password