à Paris, « le problème majeur pour les associations, c’est le manque de masques

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
à Paris, "le problème majeur pour les associations, c'est le manque de masques", estime l'adjointe chargée des Solidarités

« Les associations de solidarité ne pourront pas continuer longtemps si leurs personnels ne sont pas protégés parce qu’il va y avoir des gens malades », estime Dominique Versini.

A Paris, « le problème majeur pour les associations » qui viennent en aide aux sans-abri pendant cette période de confinement, « c’est le manque de masques », a expliqué sur franceinfo mercredi 18 mars Dominique Versini, adjointe à la maire de la capitale chargée des Solidarités, de la lutte contre l’exclusion, l’accueil des réfugiés et la protection de l’enfance. « Les masques sont gérés par l’Agence régionale de santé. La Ville de Paris avait un stock dont elle a transmis une bonne partie à l’Etat et maintenant on attend que l’Etat en produise d’autres », a expliqué l’adjointe.

Si elle dit trouver « normal » que les masques soient prioritairement utilisés par les soignants, « les associations de solidarité ne pourront pas continuer longtemps si leurs personnels ne sont pas protégés parce qu’il va y avoir des gens malades », prédit-elle, estimant qu’il n’y a « pas de raison que les travailleurs sociaux viennent travailler la peur au ventre ».

Pour héberger au mieux les personnes qui sont à la rue pendant l’épidémie, la Ville de Paris « a proposé à l’Etat 15 gymnases » vides : l’Etat en a accepté six car « chaque fois, ils doivent trouver des associations pour les gérer et ces associations fonctionnent déjà avec la moitié de leurs effectifs ». Dominique Versini déplore : « Elles n’arrivent pas à gérer des choses nouvelles ». Dans ces gymnases, « la distance sanitaire entre les personnes est respectée », explique l’adjointe.

Il y aura un professionnel de santé qui passera tous les jours. Si une personne présente des symptômes, elle pourra être isolée dans un vestiaire.Dominique Versini, adjointe chargée des Solidarités à Paris à franceinfo

Par ailleurs, Dominique Versini a expliqué que « des chambres d’hôtel sont en train d’être cherchées » par l’Etat.

Source du contenu

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password