Le mot du Délégué général : Pierre-Luc Desgagné

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus : la mairie d’Autun, en Saône-et-Loire, au chevet des commerçants

Je reprends contact avec vous alors que la Foire du Livre de Bruxelles, où de nombreux auteurs-(trices) québécois(es) étaient présent(e)s encore cette année, vient de s’achever. Ils nous ont fait honneur.

L’hiver 2020 a été bien rempli. Nous sommes demeurés actifs sur tout le territoire que nous couvrons et les démarches entreprises depuis plusieurs mois commencent à porter fruit. Lors de mon passage au Luxembourg à la fin du mois de janvier, le gouvernement de ce pays nous a confirmé son intérêt et sa volonté d’aller de l’avant avec la signature d’une entente cadre portant sur l’enseignement supérieur, l’innovation et la culture. Il s’agit d’une nouvelle importante qui confirme la qualité de la relation que nous avons développée.

J’ai profité de ce séjour également pour participer à un Forum sur les « fintechs » où j’ai eu la chance de prononcer l’allocution de clôture. Une rencontre avec le recteur de l’Université du Luxembourg s’est aussi tenue tout comme une autre avec un groupe de Québécois vivant au Grand-Duché. Ces derniers, en plus d’être fort heureux de cette initiative nouvelle visant à mobiliser notre diaspora, ont confirmé leur intérêt à ce que ce réseau vive et se développe. Nos compatriotes restent nos meilleurs ambassadeurs.

Le détenteur de la Chaire du Québec à l’hiver 2020, M. Jérôme Dupras, a donné deux conférences très courues et de grande qualité à Bruxelles. Il a fait la démonstration de son talent en vulgarisant des concepts complexes. L’intérêt de ses recherches sur les écosystèmes économiques est manifeste et les thèmes sur lesquels il travaille demeurent universels. Nos partenaires belges ont été impressionnés par ce qui se fait chez nous sur ces enjeux.

Février aura aussi été l’occasion de confirmer et d’annoncer l’arrivée de Theodorus au Québec. Ce fonds, actif dans le développement des innovations en sciences de la vie, viendra compléter l’offre de financement de nos entreprises de ce secteur d’activité. Plusieurs entreprises qui souhaitent obtenir un soutien financier alors qu’elles sont dans la phase préliminaire de leur développement pourront ainsi bénéficier de l’apport d’un fonds géré par des experts connaissant leurs réalités et leurs besoins.

Parlant d’économie, notre équipe a suivi de près le processus de ratification de l’AECG aux Pays-Bas. Nous avons mis notre réseau à contribution. Le vote à la seconde chambre s’est déroulé le 18 février dernier. Une majorité de députés a appuyé la ratification. Il s’agit d’une très bonne nouvelle mais nous demeurons vigilants puisque le Sénat, la première chambre, devra aussi se prononcer sur la question dans les prochaines semaines.

J’ai eu l’occasion aussi de me rendre, pour la première fois comme Délégué général, à Strasbourg, en France, pendant la session de février du Parlement Européen. Ce fut un déplacement à la fois utile et instructif. Utile puisque j’ai eu l’occasion notamment de faire une présentation devant les membres de la Délégation du Parlement européen pour les relations avec le Canada afin d’y expliquer nos activités, notre rôle et l’intérêt que porte le Québec à sa relation avec l’Union Européenne. Instructif puisqu’étant en mesure de rencontrer un bon nombre de députés, de diverses provenances, j’ai pu les éveiller aux questions québécoises et ces derniers m’auront permis de mieux saisir certains des enjeux de fond sur lesquels leur institution se penche. Une équipe du Conseil de l’Europe m’y a aussi réservé un accueil chaleureux. La réputation du Québec est excellente. Il faut miser là-dessus et entretenir des relations de qualité avec nos interlocuteurs européens.

En Belgique finalement, en plus de rencontres à caractère économique, j’ai eu le privilège de m’entretenir avec le ministre-président de la Flandre, M. Jan Jambon. En suivi de son échange avec le premier ministre du Québec à Davos, nous avons discuté d’intelligence artificielle, de logistique des transports et du potentiel de développement de l’industrie portuaire. J’en ai profité bien sûr pour l’inviter au Québec qu’il pourrait visiter pour la première fois en cette année 2020.

Les derniers jours m’auront aussi permis de recevoir à nos bureaux M. Willy Borsus, un ami du Québec, vice-président de la Wallonie, ministre de l’Économie, de la Recherche et de l’Innovation, du Numérique, de l’Agriculture, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire. Nous avons identifié des pistes claires de collaboration dans des secteurs économiques où les échanges pourraient être augmentés, comme celui de la transition écologique. La Belgique et le Québec ont certains enjeux communs et notre relation basée sur la confiance et le respect doit être poussée un cran plus loin.

C’est toujours un plaisir pour moi de communiquer avec vous. Je vous tiendrai informés au cours des prochains mois de nos activités mais surtout des efforts diversifiés que nous consacrons à la promotion et à la défense des intérêts du Québec.

Pierre-Luc Desgagné
Délégué général

Source : Gouv.qc.ca

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password