Le Père Noël est une ordure : 7 anecdotes méconnues sur le film culte

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Le Père Noël est une ordure : 7 anecdotes méconnues sur le film culte

La comédie du Splendid revient cet après-midi sur France 2. Un 19 avril ? C’est cela, oui ! Attention film culte et incontournable de Noël. Impossible de passer les fêtes de fin d’année sans que soit proposéLe Père Noël est une orduresur l’une des chaînes du petit écran. Une tradition qui pourrait fleurer bon l’indigestion tant cette comédie a été diffusée et rediffusée à la télé, mais les aventures déjantées de la troupe du Splendid continuent, plus de 30 ans après, à faire mouche auprès du public. Au point d’être également proposées en plein mois d’avril, pour rigoler un peu en ces temps de confinement. Si les répliques sont devenues cultes et n’ont échappé à personne, certains détails du film sont bien moins connus du grand public. La preuve en 7 points en attendant la rediffusiondela comédie deJean-Marie Poiré sur France 2, juste après le journal de 13h.

Le Père Noël n’a pas été un succès en salles
Son statut de film culte,Le Père Noël est une ordurene l’a pas gagné dans les salles obscures. A sa sortie, et malgré le succès de la pièce de théâtre dont il est adapté, ce long-métrage est loin de faire un carton. Malmené par les critiques qui ne sont pas forcément emballées, il attire environ 1.6 million de spectateurs. C’est grâce au petit écran, où il passe chaque année à Noël, que le phénomène prend de l’ampleur.

Le Père Noël avait un nom de code
Difficile de faire accepter à la Mairie de Paris une autorisation de tournage pour un film s’appelantLe Père Noël est une ordure. Pour pouvoir mettre en boîte les premières scènes qui se passent sur les Grands Boulevards, la production a dû ruser et donner un faux titre de film. Surfant sur l’engouement desBronzés, elle a opté pourLes Bronzés fêtent Noël.

Première Cinéma Club 8 : Les anecdotes de Patrice Leconte sur Les Bronzés font du ski

Le Père Noël n’a pas pu prendre le bus
Le titre du film deJean-Marie Poirén’a pas seulement posé problème pour les autorisations de tournage. Côté promo, l’accueil n’a pas été des plus chaleureux notamment du côté de la RATP qui a refusé de diffuser les affiches du film. La faute à un titre trop provoquant. Même frilosité du côté de certains cinémas qui ont retouché le titre pour ne pas choquer les enfants et leurs parents. L’équipe a profité de la polémique autour de son nompour imaginer une bande-annonce complètement décalée :

Source :  PREMIERE

Roberta Flores
Roberta Flores
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password