le président du conseil scientifique confie son dilemme pour décider du confinement

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
le président du conseil scientifique confie son dilemme pour décider du confinement

L’immunologue Jean-François Delfraissy fait partie des scientifiques qui ont conseillé l’exécutif durant l’épidémie de Covid-19.

La commission d’enquête de l’Assemblée nationale, qui a commencé ses auditions mardi, a entendu jeudi 18 juin quelques-uns des membres du conseil scientifique, dont son président Jean-François Delfraissy.C’est en effet ce groupe d’expertsqui a aiguillé les décisions du gouvernement durant toute la crise sanitaire. L’immunologue est revenu sur la gestion de l’épidémie decoronavirus et les décisions qu’il a dû prendre.

Un confinement difficile à décider

Le confinement annoncé par Emmanuel Macron lundi 16 mars a été validé par le conseil scientifique. Cette décision a coûté des heures de sommeil à son président, qui a assuré face à la commission d’enquête n’avoir pas dormi « pendant trois ou quatre nuits à la suite de ça ». « C’est quelque chose de très difficile pour aider à prendre cette décision en notre âme et conscience », a ajouté Jean-François Delfraissy. « C’est quelque chose qui ne s’était jamais produit. »

Quelques minutes plus tard, un autre membre du conseil scientifique, l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, a affirmé face aux députés que « le choix du confinement était pour nous imposé par la crise qui se préparait dans les services de réanimation ». « Mais même les autres pays européens, qui n’étaient pas dans cette situation critique, ont fait le choix du confinement », a-t-iljustifié.

Une prise de conscience tardive

Jean-François Delfraissya reconnu n’avoir « pris conscience de la gravité de la crise que relativement tardivement, vers le 20 février ». Il explique cette prise de conscience tardive notamment par le fait que lors d’une réunion à l’OMS, les Chinois, alors touchés de plein fouet par le virus, « ne disaient rien » et donc « masquaient un certain nombrede choses ». Les données italiennes et les données des réanimateurs qui s’accumulaient l’ont finalement poussé à envoyer « un signal d’alerte à l’Elysée ».

Une responsabilisation assumée

Jean-François Delfraissy est également revenu sur la responsabilisation qui lui a parfois été reprochée. « Les avis du conseil scientifique ont donné une responsabilité à chacun des individus », a-t-il assuré. Selon lui, les Français étaient responsables de remettre leursenfants à l’école. Les personnes de plus 70 ans étaient responsables de rester confinés. « Je sais qu’on m’a fait dire que j’avais souhaité que toutes les personnes de plus de 70 ans soient confinés, non, c’était une recommandation », a-t-il lâché. Il a rappelé que « 85% des décès »concernaient des personnes de plus de 70 ans. Le téléchargement de l’application StopCovidou le choix du lieu du confinement quand un individu était dépisté positif relevait également de « la responsabilité citoyenne ».

Le risque d’une deuxième vague « doit être considéré »

Le président du conseil scientifique a tenu à rappeler qu’une deuxième vague du Covid-19 était possible. Ce ne serait pas une réapparition selon lui, mais plutôt un retour du virus par l’hémisphère sud où la situation n’est pas aussi maîtrisée qu’au nord. « L’ensemble du conseil scientifique considère que le risque d’une vraie deuxième vague, venant de l’hémisphère sud, est un risque qui doit être considéré », a-t-il assuré. Les membres du conseil en ont informé les autorités françaises et ils appellent à « se préparer », notamment à l’approche de la période hivernale. L’enjeu pour Jean-François Delfraissy est d’éviter à tout prix un nouveau confinement généralisé qui ne sera pas« ni possible, ni souhaitable, ni ne serait accepté par la population française ».

La science sort de cette épidémie « bousculée »

Jean-François Delfraissy a confié son inquiétude après cette crise. « Il va falloir qu’on ressert les boulons de façon importante pour qu’une fois de plus la confiance avec les Français (…), qui a été un peu touchée, soit reconstruite », a-t-il indiqué. Toutes les polémiques notamment sur le cas de l’hydroxychloroquine et l’étude de The Lancetont provoqué « un certain malaise » chez l’immunologue. « La science et la médecine, et pas qu’en France, sort de là un peu bousculée », a-t-il ajouté. « On a vu de très nombreux non-sachants devenir des sachants sur différents réseauxde télévision », a-t-il aussi regretté.Jean-François Delfraissy a aussi eu quelques mots sur Didier Raoult. Il a concédé que celui-ci a quitté le conseil scientifique. « Il m’apparaissait totalement légitime » qu’il en fasse partie selon l’immunologue. Il regrette cette décision quin’a pas facilité le dialogue avecle défenseur de l’hydroxychloroquine.

Source : France Info

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password