Législatives au Mali: le second tour n'a pas mobilisé

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Législatives au Mali: le second tour n'a pas mobilisé

Au Mali, le second tour des élections législatives a eu lieu ce dimanche, malgré la pandémie de coronavirus et l’insécurité. Un scrutin destiné à élire 125 des 147 députés que compte l’Assemblée nationale, les autres ayant remporté leur siège dès le 1er tour. L’affluence était faible dans la capitale et à l’intérieur du Mali,plusieurs bureaux de vote sont également restés fermés.

Avec nos correspondants à Bamako, Coralie Pierret et Serge Daniel

Les bureaux de vote au Mali ont fermédepuis 18h (TU). La journée a été perturbée par la pandémie de Covid-19. Certains électeurs disent avoir fait le déplacement par « devoir citoyen ».« En prenant toutes les précautions nécessaires », précise un électeur, masque sur le nez. L’Assemblée devait être renouvelée depuis 2018 et « le mandat des députés est aujourd’hui expiré », rappelle un second votant. D’autresont fait aujourd’hui le choix de l’abstention. Chez eux, l’incompréhension reste entière. «Pourquoi avoir maintenu ce secondtour?», questionnent certains.

Ce matin, des masques étaient distribués dans quelques bureaux de vote. Alors que dans d’autres, il n’y avait seulement qu’une seule station de lavage de mains. Selon la Cocem, une coalition d’observateurs indépendants, les mesures de protection ont été renforcées au second tour. Avec un bémol tout de même : « toutes les mesures cruciales n’ont pas été prises en compte partout », lit-on dans un communiqué de la mi-journée.

Alors cette pandémie a-t-elle effrayé les Bamakois désireux de se rendre aux urnes ? La grande inconnue du jour reste la participation. Si traditionnellement, les élections législatives au Mali mobilisent assez peu, les estimations de participation du second tour ne sont pas encore connues.

Et àl’intérieur du pays…

A l’intérieur du Mali, les électeurs se sont déplacés à pas de sénateur pour aller voter ce dimanche. Ce sont des députés qu’on devait élire… Pas de monde devant les bureaux de votes.Mais généralement le matériel électoral était sur place, selon les témoins. Pas de vote dans des circonscriptions électorales du centre et du nord du pays soit parce que le matériel électoral a été détruit –c’est le cas de la localité de Gossi, située dans la région de Tombouctou–, soit à cause de la présence des jihadistes qui ont empêché l’arrivée sur place du matériel électoral.

La pratique d’achat de vote dénoncée par des observateurs nationaux dans les régions de Sikasso au sud et Kayes à l’ouest. Et même dans un centre de vote de Mopti au centre. Plus au nord, dans un bureau de vote de la localité de Diré, partisans de listes concurrentes ont fait usage d’armes à feu. Enfin, les kits sanitaires fournis par le ministère malien de la Santé pour lutter contre la maladie à coronavirus étaient à l’intérieur du Mali, plus présents dans les centres de vote que lors du premier tour.

Source de cette publication : RFI

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password