les ouvriers du textile au Bangladesh manifestent pour exiger le paiement de leurs salaires

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
les ouvriers du textile au Bangladesh manifestent pour exiger le paiement de leurs salaires

En raison du coronavirus, les grandes marques de prêt-à-porter occidentales ont annulé ou repoussé pour au moins 3,1 milliards de dollars de commandes auprès des fabricants bangladais.

« Nous voulons nos salaires ». Des milliers d’ouvriers du textile ont manifesté lundi 13 avril au Bangladesh pour exiger le paiement de leurs salaires, impayés en raison des annulations de commandes dues à la pandémie de coronavirus, a rapporté la police locale. Les exportations de vêtements, fabriqués pour le compte de grandes marques occidentales, représentent 84% des exportations du Bangladesh.

Des ouvriers, principalement des femmes âgées d’une vingtaine et d’une trentaine d’années, ont bloqué des routes de la capitale Dacca. « Nous n’avons pas été payés depuis deux mois. Nous sommes affamés », a déclaré Brishti, l’une des 800 employés de la manufacture Tex Tailors du quartier d’Uttara.

Les manifestants ont dû enfreindre l’ordre de confinement imposé par le gouvernement du Bangladesh depuis le 26 mars, qui a entraîné la fermeture de la plupart des usines textile du pays. »Si nous n’avons pas de nourriture dans notre estomac, à quoi bon suivre le confinement ? Nous sommes plus inquiets de la faim ou du paiement de notre loyer que du virus », a expliqué Brishti. 

Depuis que la pandémie de Covid-19 a forcé les pays occidentaux à se confiner, les grandes marques de prêt-à-porter ont annulé ou repoussé pour au moins 3,1 milliards de dollars de commandes auprès des fabricants bangladais, selon la Bangladesh Garment Manufacturers and Exporters Association.« Le mois dernier, lorsque la maladie est arrivée, le patron nous a fait travailler dix à onze heures par jour pour livrer à temps. Certains jours, nous avons travaillé jusqu’à minuit. Mais aujourd’hui les propriétaires (d’usines) sont aux abonnés absents », a raconté un manifestant de 21 ans.

Le gouvernement de la Première ministre Sheikh Hasina a demandé aux responsables des usines de verser le salaire de leurs employés, mais les organisations syndicales s’inquiètent que nombre d’ouvriers ne soient pas payés. « Ils ont besoin de leur salaire, de leur gagne-pain; de nombreuses usines ont licencié des travailleurs sans les payer. Qu’arrivera-t-il aux travailleurs demain ? », a déploré Nazma Akter, dirigeant d’un puissant syndicat d’ouvriers du textile. « Gouvernement, acheteurs, propriétaires (d’usines), personne ne prend ses responsabilités. »

Source: Franceinfo

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password