L’Etat condamné pour «faute lourde» dans une affaire de féminicide

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus : une fermeture généralisée des écoles est-elle envisagée en France ?

C’est une «immense victoire», après«des années de combat». De celles qui suscitent «une explosion de joie, malgré le contexte dramatique», pour l’avocate de la famille, Me Isabelle Steyer. L’Etat a été condamné pour «faute lourde» à verser 100000 euros de dommages et intérêts à la famille d’Isabelle Thomas, tuée en 2014 à Grande-Synthe (Nord) par son ex-conjoint, contre lequel elle avait déposé plainte pour violences conjugales. L’homme avait aussi tué les parents d’Isabelle, avant de se suicider en prison, éteignant l’action judiciaire à son égard. Depuis, Cathy Thomas, sœur et fille des victimes, se battait aux côtés de son avocate pour faire reconnaître une série de «dysfonctionnements»ayant conduit à la mort de ses proches.

«Sa dangerosité n’a pas été prise en compte»

Isabelle Thomas, prof de maths quadragénaire du Valenciennois, avait déposé plainte contre son conjoint Patrick Lemoine en juin2014, après que celui-ci a tenté de l’étrangler. Placé en garde à vue, l’homme avait été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’entrer en contact avec sa victime, en attendant son procès, fixé à la mi-août. Pourtant, il n’avait eu de cesse de violer ce contrôle judiciaire, en suivant Isabelle et en multipliant appels et SMS de menaces. Celle-ci avait alors déposé une nouvelle plainte en juillet, puis une main courante, pour signaler le non-respect de ce contrôle judiciaire. Convoqué, Patrick Lemoine ne s’était pas présenté au commissariat. Pour Me Steyer, «sa dangerosité n’a pas été prise en compte»: pas de mesure d’éloignement, ni de renforcement ou de révocation de son contrôle judiciaire, nonobstant une série «de clignotants de morts», pointés lors de l’audience du 10 février. Le 4 août 2014, l’homme a assassiné Isabelle, ainsi que ses parents, au terme d’une course-poursuite dans les rues de Grande-Synthe (Nord). Il s’est suicidé en prison en octobre 2014.

À lire aussi:Le témoignage de Cathy Thomas, paru dans Libération en juillet dernier: «Féminicide: comme s’il avait voulu la faire souffrir jusqu’au bout»
Ennovembre2018, Cathy Thomas et son avocate intentaient une action envers l’Etat pour «fonctionnement défectueux du service de la justice», pointant trois anomalies: la mise en place d’un contrôle judiciaire inadapté, l’absence de réponse face au non-respect du contrôle judiciaire et la carence des services de police au moment des assassinats.«Dans ce dossier, le service public de la justice n’a pas dysfonctionné»,avait rétorqué le représentant de l’Etat, Me Alexandre de Jorna, lors de l’audience de février.

«Une justice libre, indépendante, autonome»

Dans son jugement, rendu mi-mars mais dévoilé ce lundi par l’Agence France Presse, le tribunal judiciaire a écarté deux des trois griefs mis en avant par les plaignantes, mais a en revanche reconnu que les services de police «n’avaient pas tout mis en œuvre pour retrouver Patrick Lemoine alors qu’il violait son contrôle judiciaire».«Cettefautedes services de police a ainsi mis Patrick Lemoine en position de commettre les trois assassinats», soulignent les juges. Jointe par Libération ce lundi, Me Isabelle Steyer salue«une justice libre, indépendante, autonome», qui sonne à ses yeux comme «une piqûre de rappel démontrant que la parole des femmes n’est pas entendue dans les commissariats». L’avocate dit espérer que cette décision de justice «contribue à une meilleure prise en compte de la parole des femmes à tous les niveaux, des commissariats aux magistrats». En2018, 121femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex. Chaque année en France, environ 220000femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles.

À lire aussi :Notre récit de l’audience du 10 février dernieret notre grand format consacré aux féminicides, que Libération recense depuis le 1er janvier 2017:«Meurtres conjugaux, des vies derrière les chiffres»


Virginie Ballet

Source du post: liberation.fr

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password