L'inclinaison d'Uranus expliquée par une collision ?

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
L'inclinaison d'Uranus expliquée par une collision ?

Étrange Uranus. Il y a quelques temps, une analyse des vieilles données de la sonde Voyager 2 indiquait que la planète perdait une partie de son atmosphère à cause de son champ magnétique. Aujourd’hui, une équipe de scientifiques japonais a créé un modèle, publié le 30 mars 2020 dans la revue Nature, permettant d’expliquer l’axe singulier de la planète Uranus, de ses anneaux et de sa myriade de lunes. 

Si la plupart des planètes de notre système solaire gravitent autour du Soleil dans la même direction et sur le même plan, possible vestige de la façon dont celui s’est formé à partir d’un disque de gaz et de poussière en rotation, Uranus est la seule à faire bande à part avec une inclinaison de son axe d’environ 98°.

Cette coquetterie planétaire a longtemps laissé perplexes les astronomes. L’équipe de chercheurs de l’Institut des sciences de la vie terrestre (ELSI), dirigée par le professeur Shigeru Ida, pourrait avoir une explication. Selon eux, la planète gazeuse aurait été heurtée par une planète glacée de 1 à 3 fois la taille de la Terre, faisant basculer celle-ci et créant dans un même temps son système d’anneaux et de lunes. 

Différences entre la formation de notre Lune et celles d’Uranus 

S’il y a de fortes chances pour que notre satellite se soit formé à la suite de la collision entre la Terre et un autre corps rocheux, il y a 4,5 milliards d’années, la formation du système des lunes d’Uranus pourrait être différent à cause de sa distance par rapport au Soleil. 

La Terre est principalement formée, à cause de la chaleur inhérente à sa position proche du Soleil, d’éléments dits non-volatils, qui ne forment pas de gaz aux pressions et températures normales de la Terre et qui sont principalement des roches. En revanche, et pour la raison inverse, Uranus est constituée d’éléments volatils, comme l’eau ou l’ammoniac par exemple, et qui sont gelés en permanence. Lors de l’impact de la Terre avec Thea, le corps ayant supposément mené à la création de la Lune, les débris se sont vaporisés mais pour rapidement se solidifier. La matière rocheuse solidifiée s’est alors agrégée à la Terre ou à la Lune.

Dans le cas d’Uranus, si le résultat de l’impact a également mené à une vaporisation des débris, les températures glaciales ont maintenu ceux-ci à l’état gazeux pendant plus longtemps.  Peu à peu, la majeure partie de ces débris a rejoint le masse la plus importante, qui deviendrait Uranus, et les restes ont quant à eux formé le système de lunes, 27 au total, de la planète. 

L’inclinaison des lunes : une preuve irréfutable

Mais selon le professeur Ida, la preuve irréfutable qu’Uranus a bien été heurtée par un autre corps planétaire réside dans son système de lunes. Si l’impact a fait basculer la planète sur son axe, ses 27 satellites évoluent également sur ce plan incliné, ce qui permet de penser que ceux-ci ont bien été formés à la suite d’une collision.  

Le modèle créé par les chercheurs pourrait aider à expliquer la configuration d’autres planètes glacées dans notre système solaire, comme Neptune par exemple, mais pourrait également être utilisé pour comprendre la formation des exoplanètes de type super-terre, constituées en grande partie de glace d’eau.  

Source : Sciences et avenir

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password