Loyers en Corse : le golfe d’Ajaccio sur la première place du podium 2021

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Loyers en Corse : le golfe d'Ajaccio sur la première place du podium

Connaître, en un clic, le prix du mètre carré dans sa commune. Et les autres. C’est ce que propose une carte interactive du ministère du logement. Sans surprise, en Corse, c’est le sud de l’île quipratique les prix les plus élevés. Et la région s’impose comme l’une des plus chères de France.

Pour vivre en Corse, en location, sans se ruiner, une solution. Louer votre appartement entre Lento et Bocognano. Loin des grands centres urbains. Et de la mer.

Il vous en coûtera 900 euros pour100 mètres carrés. Charges comprises. En Corse vous ne trouverez pas moins cher pour la même surface, à en croire le ministère de la transition écologique, auquel est rattaché le ministère du logement.

L’ensemble de la Corse dans le rouge

C’est l’un des nombreux enseignements que l’on peut retirer de la carte de France des loyersqu’il propose depuis le mois de décembre dernier. Les 34968 communes de métropole et d’outre-mer du pays y sont recensées. Et plus de dix millions d’annonces ont été prises en compte. La carte, fait savoir le gouvernement, sera renouvelée tous les deux ans.

« La connaissance des loyers participe au bon fonctionnement du marché locatif privé et représente un enjeu majeur dans la conduite des politiques nationales et locales de l’habitat. Jusqu’à présent, aucun indicateur de loyers ne couvrait l’ensemble du territoire national avec une méthodologie de calcul transparente », nousprécise le ministère.

Le marché locatif, en Corse, atteint des sommets en comparaison de la moyenne nationale.

© MaxPPP

La Corse, ce n’est une surprise pour personne, est dans le rouge. Totalement dans le rouge. Ce qui signifie que si vous voulez louer un appartement en Corse, vous ne trouverez rien à moins de 9,4euros le mètre carré. Nulle part. Pas plus dans les villages les plus reculés que dans les grands centres urbains et touristiques.

L’affirmation peut paraître un peu péremptoire. Ces chiffres ne sont effectivement qu’une moyenne effectuée grâce à la collecte des données auprès de Seloger.com, leboncoin.com, ou pap.com. Une moyenne basée sur les loyers d’annonce, par mètre carré, charges comprises, pour un appartement type du parc privé locatif en 2018.

Mais les moyennes sont faites pour servir de baromètre à un marché, et en Corse, de toute évidence, il n’est pas aisé de se louer à un prix correct.

La Corse, du nord ou sud et de l'est à l'ouest, se situe dans la fourchette haute des loyers français.
La Corse, du nord ou sud et de l’est à l’ouest, se situe dans la fourchette haute des loyers français.

© Observatoire des Territoires

La vue sur le golfe se paie cher

Nous avons effectué un classement de cinqdes principales villes de l’île, en fonction du prix moyen pour un appartement de 50 mètres carrés. C’est Bastia qui est la ville la plus abordable, avec une facture de 620 euros. Pour la même surface, il faudra débourser 780 eurosà Porto-Vecchio, soit 160 euros de plus.

Mais c’est, et de loin, dans le golfe d’Ajaccio que les loyers flambent le plus. Et disons le d’emblée, la ville d’Ajaccio, avec14,3 euros le mètre carré, n’est pas la commune la plus inaccessible.

A Alata, Afa, Sarrola-Carcopino ou Bastelicaccia, le mètre carré se négocie aux alentours de 15 euros. Et de l’autre côté du golfe, ça monte en flèche. Grosseto-Prugna, 16 euros.Albitreccia ou Pietrosella, 16,2 euros.

16,2 euros le mètre carré

Le grand Ajaccio détrône donc Porto-Vecchio dans le classement des endroits les plus chers de Corse. Si les deux s’appuient sur des paysages splendides, l’attraction ajaccienne est indéniablement plus forte sur l’ensemble de l’année, en raison de son statut de premier centre urbain et économique de l’île.

Les périphéries plus recherchées que les centres

On l’a vu, la commune d’Ajaccio est entourée de communes aux loyers plus élevés. C’est également le cas, dans une moindre mesure, dans le nord de l’île. Bastian’est pas non plus la commune la plus chère de son bassin de population.

Ville Di Pietrabugno, au-dessus de Bastia, attire des locataires plus aisés.
 

A Furiani et San Martino, le mètre carré se négocieà 12,7 euros, soit aux mêmes tarifsquà Bastia. Biguglia se situeun chouïa au-dessus, à 12,8 euros. Ville di Pietrabugnos’impose, elle,comme la commune la moins abordable de la micro-région, jusqu’au bout du Cap Corse. Il faudra débourser 13,6 euros le m² pour s’y installer.

Reste maintenant à avoir une idée d’où se situe l’île par rapport au reste de la France. Nous avons donc comparé, à l’aide de cette carte interactive,lesvilles corses aux principales villes françaises. Une comparaison riche en enseignements, même si ces chiffres, bruts, mériteraient d’être pondérés, entre autres,par la flambée des offres de location l’été en Corse, qui fait mécaniquement gonfler la moyenne.

On constate, entre autres, qu’il est aussi onéreux de se loger à Pietrosella qu’à Lyon. Que la proximité de la plage de Palombaggiase paie aussi cher qu’une vue sur la Promenade des anglais.

Et que se loger à Ajaccio demande plus de moyens qu’à Lille, Bordeaux ou Toulouse.

La région la plus pauvre de France, et l’une des plus chères

Il n’est pas question ici de rentrer dans des polémiques sans fin sur les mérites d’une ville ou d’une autre, ou d’opposer les charmes d’une cité balnéaire insulaire baignée de soleil à une grande ville du centre de la France, oùles infrastructures, les transports en commun, les services ou encore l’offre culturelle sont spectaculairement plus affirmés.

Chacun examinera les prix pratiqués dans un endroit où un autre à la lumière de ses propres priorités et de ses préférences.

Nous nous contenterons juste de rappeler qu’enCorse, selon le bilan économique de l’Insee de 2018, un ménage sur cinq vit sous le seul de pauvreté, et un habitant sur cinq dispose d’un revenu de moins de 970 euros par mois… Le taux de pauvreté, de 19,8 % sur l’île, est le plus élevé de France. (La moyenne nationale est de 14 %).

Et c’est avec ce revenu qu’un habitant sur cinq doit trouver à se loger.

Alors difficile de dire si la misère est moins pénible au soleil, mais une chose est sûre,les loyers y sont plus élevés…

Source officielle de cet article : site web ici

Marino Stozza
Marino Stozza
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password