Quel est le taux de mortalité des malades du Covid-19 en réanimation ?

Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Coronavirus: l’heure des comptes, le temps du dégoût

C’est une des zones d’ombre dans les statistiques sur le Covid-19. Depuis le début de la crise, les autorités sanitaires délivrent de nombreuses informations sur les patients hospitalisés, leur profil, les éventuelles comorbidités. En revanche, aucun chiffre n’est donné sur la mortalité des personnes entrant à l’hôpital pour raison de Covid-19, et encore moins pour les personnes admises en réanimation. Interrogée il y a deux semaines par CheckNews sur le sujet, Santé publique France reconnaissait que cet indicateur était absent du portail Géodes, qui héberge de nombreuses statistiques de l’agence de santé.

Auteur Luc Peillon – Source du post: liberation.fr

Le 17 avril, lors de son point presse quotidien, Jérôme Salomon s’est défendu de toute rétention d’informations sur le sujet, et a livré des premiers éléments de réponse. A la question d’une journaliste sur le manque de transparence sur la mortalité en service de réanimation, le directeur général de la santé répondait ainsi:«On est totalement transparent, puisque le point épidémiologique de Santé publique France est en ligne et [sur ce document] il y a les statistiques de réanimation. C’est donc exactement ce que j’indiquais à chaque fois: nous avons de grandes variations de mortalité en fonction de l’âge, en fonction de la présence ou non de facteurs de risques, en fonction de la gravité du tableau clinique […].
Pour vous donner les premiers résultats, le taux de mortalité n’est pas de50%, comme je l’ai lu dans certains documents, mais plutôt de10%. C’est déjà beaucoup, mais ce ne sont pas les50% parfois cités, (avec une) variation qui va de5% pour les formes les plus bénignes, à 20% pour les états beaucoup plus préoccupants». Et d’ajouter: «Les réanimateurs disent toujours que donner un taux brut de mortalité n’a pas de sens, parce que tout dépend beaucoup de l’état du patient.»
Une mortalité de10% en service de réanimation? Ce chiffre a fait réagir certains médecins sur les réseaux sociaux, comme le généraliste Yvon LeFlohic.

De fait, ce taux de mortalité de10% cité par Jérôme Salomon représente en réalité un taux (très provisoire), et est loin d’illustrer la situation, à terme, des patients atteints de Covid-19 placés en réanimation. Le directeur de la santé tire ainsi cette statistique du point épidémiologique que Santé publique France daté du 16 avril. Et notamment du tableau 3B (page11).

Ce tableau se base sur un réseau sentinelles regroupant désormais 144services de réanimation en France. C’est une «photographie», sur un peu moins d’un mois (du 16mars au 12avril2020), de la situation des patients Covid+ au sein de ces services, dont au moins65% présentent un SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë) modéré ou sévère et55% subissent une ventilation invasive.
Or on peut effectivement noter que sur 2806patients présents en réa sur cette période dans ces 144services, 291 d’entre eux sont décédés. Soit, 10,37% de l’ensemble, le chiffre que retient le directeur général de la santé.
Mais on apprend également que 735personnes en sont sorties et, surtout, qu’il en reste1780, entrées à des dates différentes en réa au cours de ce mois, et dont le statut final n’est pas encore connu. Dans la mesure où le sort de la grande majorité des cas est encore à venir (certaines d’entre elles vont guérir, d’autres vont décéder), impossible d’affirmer que le taux de mortalité en réa, sur la base de ce tableau, est de10%.
Ce que reconnaissent d’ailleurs les services de Jérôme Salomon: «Les propos du directeur général de la Santé se fondent effectivement sur une photographie des données de Santé publique France, et sur le nombre de patients décédés parmi les patients admis en réanimation, soit la mortalité « à l’instant T » au niveau de l’échantillon de Santé publique France. Ce n’est pas une information sur la mortalité à l’issue d’un séjour en réanimation pour un patient ».»
Par ailleurs, un taux de mortalité commun aux différents patients Covid-19 admis en réanimation est à relativiser. Cela dépend des établissements, de la gravité des cas, de leur profil et aussi du type de réanimation.
La mortalité en réa dépend ainsi du processus, plus ou moins invasif, mis en œuvre sur les patients, eux-mêmes dans un état plus ou moins grave. Il faut alors faire la différence entre des services de réa où les patients sont davantage sous ventilation artificielle, et les services qui ont été transformés pour l’occasion en réa, et où de nombreux malades atteints du Covid sont sous oxygénation. Et pour lesquels le taux de mortalité pourra être inférieur. Par exemple, le groupe de patients du réseau sentinelles sur lequel le bulletin de Santé publique France apporte des informations, et qu’évoquait Jérôme Salomon, ne comprend «que»55% de patients subissant une ventilation invasive.

Réseau Reva

S’il existe donc plusieurs variables qui invitent à la prudence quant à l’évocation d’un taux de mortalité général pour les patients admis en réanimation, des chercheurs travaillent néanmoins à recueillir des données sur le sujet. C’est le cas du réseau Reva (Réseau européen de ventilation artificielle), sous la responsabilité, en France, deMatthieu Schmidt, médecin réanimateur à la Pitié-Salpêtrière à Paris. L’étude porte dans l’Hexagone sur un groupe de plus 3300malades, répartis au sein d’environ 200centres de réanimation, et dont80% subissent une ventilation invasive.
L’idée, avec cette étude, est donc d’observer, dans la durée, un même groupe de personnes entrées au même moment en service de réanimation.«Pour avoir de vrais chiffres de mortalité, il faut travailler sur une même cohorte, confirme à CheckNews ce médecin. Au sein de Reva, nous avons isolé 1800malades hospitalisés avant le 28mars. Après le 23avril, ces malades auront donc tous passé au moins vingt-huitjours en réa. On pourra alors donner un taux de mortalité à J+28.»Un recueil de données «long et fastidieux» qui ne devrait pas être achevé avant une dizaine de jours.
Si le chiffre n’est pas encore connu, d’aucuns, sous couvert d’anonymat, estiment que le taux de mortalité pourrait alors atteindre40% au bout d’un mois.
Dans l’attente de ces résultats, d’autres études commencent à esquisser un taux probable de mortalité en réa pour les patients atteints de Covid-19. Dont un document interne de l’AP-HP, que CheckNews a pu consulter, et qui évoque une mortalité bien supérieure aux10% de la direction générale de la Santé.
Ainsi, dans le «tableau de bord» de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris du 7avril et relatif au Covid, une étude s’intéresse, à date, à un groupe de personnes entrées en même temps en réanimation.
Et d’où il ressort, au 7avril, que sur 1589entrées en réa le 28mars en Ile-de-France, 252 d’entre elles, soit15,9% étaient décédées après dixjours.
Actualités - Quel est le taux de mortalité des malades du Covid-19 en réanimation ?
Le document relate également la situation d’un groupe beaucoup plus petit (on est alors au début de l’épidémie) entré en réanimation à l’AP-HP le 18mars. Au 7avril, soit vingt jours plus tard, 27,4% d’entre eux étaient décédés.
Actualités - Quel est le taux de mortalité des malades du Covid-19 en réanimation ?
On peut donc déduire de ce document que pour un groupe identifié, le taux de mortalité en réa atteint près de16% après dix jours et plus de27% (pour un autre groupe) après vingt jours. Contacté, l’AP-HP indique que la cohorte du 18mars, qui en est donc désormais à J+34, a même atteint un taux de mortalité de31%. Mais là encore, il ne s’agit pas du taux de mortalité définitif, puisque18% des patients de cette cohorte sont toujours en réanimation. «Au global, on devrait être, au niveau national et en moyenne, et à l’issue de la crise, à un taux compris entre 30 et 40% de mortalité en réanimation», indique l’AP-HP.
Contacté par CheckNews, le responsable du syndicat des réanimateurs, Annane Djillali, s’attend lui aussi au même taux: «Dans les services de réanimation en tant que tels, c’est-à-dire où les patients Covid sont à90% sous ventilation artificielle, donc sans inclure les services transformés depuis la crise en réa avec des patients sous simple oxygénothérapie, nous nous attendons effectivement à un taux de mortalité, à vingt-huit jours, compris entre35% et45%.»Il s’agit d’ailleurs, selon lui, du taux constaté pour les patients, hors Covid, atteints de SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë).
Mais encore une fois, ce pourcentage, qui est une moyenne, pourra varier selon les établissements. Au CHU de Rouen, par exemple, le chef du service de réanimation, Benoît Veber, évoque pour l’heure un taux de mortalité d’environ12%.«Notre cohorte n’est pas terminée, donc ce n’est pas le taux de mortalité définitif», reconnaît le praticien, qui se veut néanmoins optimiste:«Notre taux ne devrait pas être excessif. Chez nous, la vague est arrivée plus tard. Et notre stratégie a été de retarder au maximum l’intubation, pour éviter ce tournant très agressif pour les poumons.»

Mortalité des patients hospitalisés

A noter, aussi, que les patients admis en réanimation sont, par nature, les malades les plus graves, d’où un taux de mortalité important. Ils ne représentant qu’une partie, minoritaire, de l’ensemble des personnes hospitalisées pour le Covid-19.
Précisons enfin qu’il n’existe pas non plus de données sur la mortalité des patients Covid-19 hospitalisés en général (réanimation et hospitalisation conventionnelle). On connaît le nombre de personnes sorties guéries de l’hôpital (39 175 au 21 avril), le nombre de patients décédés à l’hôpital (12 892 au 21 avril, sans distinction entre les décès en réanimation et ceux survenus en hospitalisation conventionnelle). Mais il est impossible d’en déduire un taux mortalité précis, sinon provisoire, car près de 30000patients (29 984 au 21 avril) sont encore hospitalisés.

Maria Rodriguez
Maria Rodriguez
Inscrivez-vous à notre newsletter

Sign In QUÉBEC 89

Account details will be confirmed via email.

Reset Your Password